Yvonne Le Tac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
RueYvonneLetac.jpg

Yvonne Le Tac, née Yvonne Manière le à Paris et morte le à Paris, est une institutrice et directrice de l'école des filles située au no 7 de la rue portant désormais son nom, à Paris. Elle fut résistante et déportée à Ravensbrück et Auschwitz-Birkenau.

Biographie[modifier | modifier le code]

La maison de Bretagne d'Yvonne Le Tac à Saint-Pabu fut un important point de passage pour Londres depuis la France. Membre du réseau Overcloud, elle y hébergeait les clandestins qui embarquaient à bord d'un canoë afin de rejoindre au large des côtes une navette de la Royal Navy[1].

Elle fut arrêtée le 7 février 1942 et déportée à Ravensbrück, Lublin-Majdanek, puis Auschwitz-Birkenau[1]. Le camp libéré par les Soviétiques, Yvonne Le Tac est rapatriée à Marseille via Odessa, où elle retrouve une partie de sa famille, également rescapée des camps de la mort.

Elle retourne dans sa maison de Bretagne, mais s'y casse trois vertèbres lors d'une chute. Elle ira alors à Paris pour finir ses jours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Article dans Gens de la Lune de février 1958 consultable sur Le blog mémoire de guerre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Le Tac, Yvonne Le Tac : une femme dans le siècle : de Montmartre à Ravensbrück, Paris, éditions Tirésias, , 152 p. (ISBN 2-908527-77-4)