Yvonne Knibiehler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Yvonne Knibiehler
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Autres informations
Distinctions
Chevalier de l'ordre national du Mérite
Chevalier des Palmes académiques (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Yvonne Knibiehler, née en 1922 à Montpellier, est une universitaire, essayiste, historienne et féministe française. Mère de trois enfants, professeure émérite de l'université d'Aix-en-Provence, spécialiste de l'histoire des femmes et de la maternité, engagée dans toutes les grandes causes du XXe siècle, elle est l'auteure de plusieurs ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yvonne Knibiehler a fait des études supérieures à Montpellier de 1940 à 1944. Elle obtient l'agrégation d'histoire et géographie en 1945.

Elle enseigne dans le secondaire à Nîmes (Gard). Elle a vécu au Maroc de 1949 à 1954 et a enseigné à Oujda. Puis elle a enseigné à Enghien (Seine-et-Oise), puis au Lycée Théodore Aubanel à Avignon (Vaucluse) jusqu'en 1964. Elle se dirige ensuite vers l'université, comme assistante (1964), puis maîtresse de conférences (1970). Elle soutient sa thèse de doctorat d'État en novembre 1970 sur François-Auguste Mignet, puis devient professeure (1972) à l'Université de Provence (Aix-Marseille I). Elle prend sa retraite de l'enseignement en 1984, après s'être spécialisée en histoire des femmes, de la famille et de la santé.

« Souvent à contre-courant de la pensée dominante, elle a montré en plein combat féministe que la maternité demeurait un enjeu central de l'identité féminine. Aujourd'hui, alors que de plus en plus de femmes sont incitées à rentrer dans leur foyer, elle dénonce la fatigue des mères. » (quatrième de couverture, Qui gardera les enfants ?)

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1973.
  • L'Histoire des mères du Moyen Âge à nos jours (avec Catherine Fouquet), édition illustrée Montalba, 1980 ; Hachette Pluriel, 1982.
  • La femme et les médecins (avec Catherine Fouquet, Hachette littératures, 1983.
  • Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française 1880-1980 (avec Véronique Leroux-Hugon, Odile Dupont-Hesse, Yolande Tastayre), Hacette, 1984.
  • La femme au temps des colonies (avec Régine Goutalier), Stock, 1985, (2e édition 1990).
  • Les pères ont aussi une histoire, Hachette, 1987.
  • Histoire des femmes (sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot), Plon, 1991, participation au tome IV.
  • Des français au Maroc : la présence et la mémoire, 1912-1956 (avec Geneviève Emmery et Françoise Leguay), Denoël, 1992.
  • La Révolution maternelle depuis 1945 : femmes, maternité, citoyenneté, Perrin, 1997.
  • Germaine Poinso-Chapuis. Femme d'État, Edisud, Aix-en-Provence, 1998.
  • Direction de l'ouvrage collectif Repenser la maternité, Panoramiques no 40, 1999.
  • Histoire des mères et de la maternité en Occident, PUF, 2000, ("Que sais-je ?", no 3539).
  • Maternité, affaire privée, affaire publique, (sous la direction), Bayard, 2001.
  • Histoire des mères et de la maternité en occident, 2002
  • La Sexualité et l'histoire, Paris, Odile Jacob, 2002, 267 p.
  • Avec Paul Cesbron, La Naissance en Occident, Paris, Albin Michel, 2004.
  • Direction Maternité et parentalité, (avec Gérard Neyrand), École Nationale de la Santé Publique ENSP, 2004.
  • Qui gardera les enfants ? Mémoires d'une féministe iconoclaste, Calmann-Levy, 2007, 318 p.
  • Histoire des infirmières en France au XXe siècle, Hachette littérature éd, Coll pluriel, 2008, 441 p.
  • La virginité féminine, mythes, fantasmes, émancipation, Paris : Odile Jacob, 2012, 221 p.

Études[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]