Yvonne Knibiehler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Yvonne Knibiehler, née en 1922 à Montpellier, est une universitaire, essayiste, historienne et féministe française. Mère de trois enfants, professeure émérite de l'université d'Aix-en-Provence, spécialiste de l'histoire des femmes et de la maternité, engagée dans toutes les grandes causes du XXe siècle, elle est l'auteure de plusieurs ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yvonne Knibiehler a fait des études supérieures à Montpellier de 1940 à 1944. Elle obtient l'agrégation d'histoire et géographie en 1945.

Elle enseigne dans le secondaire à Nîmes (Gard). Elle a vécu au Maroc de 1949 à 1954 et a enseigné à Oujda. Puis elle a enseigné à Enghien (Seine-et-Oise), puis au Lycée Théodore Aubanel à Avignon (Vaucluse) jusqu'en 1964. Elle se dirige ensuite vers l'université, comme assistante (1964), puis maîtresse de conférences (1970). Elle soutient sa thèse de doctorat d'État en novembre 1970 sur François-Auguste Mignet, puis devient professeure (1972) à l'Université de Provence (Aix-Marseille I). Elle prend sa retraite de l'enseignement en 1984, après s'être spécialisée en histoire des femmes, de la famille et de la santé.

« Souvent à contre-courant de la pensée dominante, elle a montré en plein combat féministe que la maternité demeurait un enjeu central de l'identité féminine. Aujourd'hui, alors que de plus en plus de femmes sont incitées à rentrer dans leur foyer, elle dénonce la fatigue des mères. » (quatrième de couverture, Qui gardera les enfants ?)

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1973.
  • L'Histoire des mères du Moyen Âge à nos jours (avec Catherine Fouquet), édition illustrée Montalba, 1980 ; Hachette Pluriel, 1982.
  • La femme et les médecins (avec Catherine Fouquet, Hachette littératures, 1983.
  • Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française 1880-1980 (avec Véronique Leroux-Hugon, Odile Dupont-Hesse, Yolande Tastayre), Hacette, 1984.
  • La femme au temps des colonies (avec Régine Goutalier), Stock, 1985, (2e édition 1990).
  • Les pères ont aussi une histoire, Hachette, 1987.
  • Histoire des femmes (sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot), Plon, 1991, participation au tome IV.
  • Des français au Maroc : la présence et la mémoire, 1912-1956 (avec Geneviève Emmery et Françoise Leguay), Denoël, 1992.
  • La Révolution maternelle depuis 1945 : femmes, maternité, citoyenneté, Perrin, 1997.
  • Germaine Poinso-Chapuis. Femme d'État, Edisud, Aix-en-Provence, 1998.
  • Direction de l'ouvrage collectif Repenser la maternité, Panoramiques no 40, 1999.
  • Histoire des mères et de la maternité en Occident, PUF, 2000, ("Que sais-je ?", no 3539).
  • Maternité, affaire privée, affaire publique, (sous la direction), Bayard, 2001.
  • Histoire des mères et de la maternité en occident, 2002
  • La Sexualité et l'histoire, Paris, Odile Jacob, 2002, 267 p.
  • Avec Paul Cesbron, La Naissance en Occident, Paris, Albin Michel, 2004.
  • Direction Maternité et parentalité, (avec Gérard Neyrand), École Nationale de la Santé Publique ENSP, 2004.
  • Qui gardera les enfants ? Mémoires d'une féministe iconoclaste, Calmann-Levy, 2007, 318 p.
  • Histoire des infirmières en France au XXe siècle, Hachette littérature éd, Coll pluriel, 2008, 441 p.
  • La virginité féminine, mythes, fantasmes, émancipation, Paris : Odile Jacob, 2012, 221 p.

Études[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]