Yvonne Cormeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yvonne Cormeau
Yvonne Cormeau.jpg
Yvonne Cormeau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
HampshireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Belge, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinctions

Yvonne Cormeau () fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent du service secret britannique Special Operations Executive, qui travailla pendant treize mois dans le sud-ouest de la France occupée comme opérateur radio du réseau WHEELWRIGHT, aux côtés du chef de réseau, George Starr « Hilaire ».


Biographie[modifier | modifier le code]

1909. Naissance de Yvonne Biesterfeld le 18 décembre à Shanghai, Chine.

Éducation en Belgique et en Écosse.

1937. Elle vit à Londres. Elle épouse Émile Cormeau, comptable. Son mari rejoint la Rifle Brigade.

1940. En novembre, son mari est blessé en France et renvoyé en Angleterre. Peu après, il est tué lors d’un bombardement de Londres qui atteint leur logement. Yvonne a la vie sauve grâce à une baignoire qu’elle reçoit au-dessus de la tête et qui la protège.

1941. Veuve récente, Yvonne décide de « prendre la place de son mari dans les Forces Armées ». En novembre, elle rejoint le WAAF avec un poste administratif. Elle servira successivement à Innsworth et à Swinderby.

1943. Elle répond à un appel qu'elle lit sur le tableau des annonces : on recherche des linguistes. Le 15 février, elle est recrutée par le SOE et suit l’entraînement d’opérateur radio pour la section F.

1943 - 1944. Après son entraînement, elle est parachutée dans la nuit du 22 au 23 août sur Saint-Antoine-du-Queyret, au nord-est de Bordeaux. Elle vient y tenir le rôle d’opérateur radio pour le réseau WHEELWRIGHT. Elle effectue ses opérations clandestines en France occupée sous le nom de guerre « Annette ». Pendant ses treize mois d'activité auprès de George Starr, elle envoie 400 messages, qui permettent notamment l'organisation de 147 parachutages d'armes. Elle évite l’arrestation de peu. Après le 29 novembre, en présence de Maurice Buckmaster et du représentant du général de Gaulle, le colonel « Hilaire » et le capitaine « Annette » reçoivent des mains du colonel Monnet, sur le front des troupes, la croix de guerre 1939-1945. Le 13 décembre, la délégation britannique, conduite par le colonel Maurice Buckmaster et comprenant le colonel « Hilaire » et le capitaine « Annette », viennent en Gascogne, à Castelnau-sur-l'Auvignon et à Condom.

1945. Elle est démobilisée avec le grade de Flight Officer (en) de la WAAF. Elle travaille alors comme traductrice. Elle devient la charnière des vétérans du SOE et organise leur dîner annuel du 14 juillet.

1997. Elle meurt le 25 décembre à 88 ans.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Béatrice Yvonne Biesterfeld, épouse Cormeau, puis Farrow
  • Comme agent du SOE :
    • Nom de guerre (field name) : « Annette »
    • Nom de code opérationnel : FAIRY (en français FÉE)
    • Nom de code du Plan, pour la centrale radio : SARAFARI
    • Nom familier, pour les maquisards : Madame Annette

Famille[modifier | modifier le code]

  • Son père : Belge, officiel consulaire.
  • Sa mère : Écossaise
  • Son premier mari : Charles Édouard Émile Cormeau

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Order of the British Empire (Military) Ribbon.png

Ribbon - Defence Medal.png Ribbon - War Medal.png

Palmes academiques Chevalier ribbon.svg

Musée[modifier | modifier le code]

Sa tenue, complète mais trouée par une balle, son porte-documents taché de sang et son uniforme d’officier de la WAAF sont exposés à l’Imperial War Museum de Londres.

Monument[modifier | modifier le code]

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche Yvonne Cormeau, avec photographie sur le site Special Forces Roll of Honour.
  • (fr) Michael Richard Daniell Foot (trad. Rachel Bouyssou, préf. Jean-Louis Crémieux-Brilhac), Des Anglais dans la Résistance : le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, Éd. Tallandier, coll. « Histoires d'aujourd'hui », , 1re éd., 799 p. (ISBN 978-2-8473-4329-8). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France : An Account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944 (Government Official History), Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass Publishers, , 3e éd. (1re éd. Her Majesty's Stationery Office, 1966) (ISBN 978-0-4154-0800-4, présentation en ligne)
    Ce livre, qui présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France, est une référence essentielle sur le sujet.
  • Raymond Escholier, Maquis de Gascogne, collection « Documents d'aujourd'hui » no IV, Genève, Éditions du Milieu du Monde, 1945 ; réédition : Éditions du Bastion, 2004.
  • (en) Article wikipedia de langue anglaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Motif :
    « Capitaine Annette,
    Connue de toute la Résistance dans le Sud-Ouest de la France sous le nom de Madame Annette... Parachutée, est arrivée en France en août 1943 ; a tenu le maquis depuis cette époque jusqu'à la Libération. Remarquable opérateur radio, a été la cheville ouvrière de la Résistance. A pris part aux combats de Castelnau, Lannemaignan, où elle a su, avec courage et sang-froid, sauver ses appareils sous le feu de l'ennemi. A été pour les maquisards une véritable sœur. » [Source : Escholier, p. 203.]
  2. Source : Libre Résistance, no 7, p. 5.