Yvon Belaval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvon Belaval
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Yvon Belaval, né à Sète en 1908 et mort le 19 novembre 1988, est un philosophe et philologue français, spécialiste de Leibniz et du XVIIIe siècle. Jouant un rôle institutionnel important, il a été à l'origine du renouveau des études collectives sur les inédits leibniziens[1]. Il a aussi été secrétaire général de l'Institut International de Philosophie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marin avant de se tourner vers la carrière professorale, il enseigne au lycée de Caen en 1939-1940, ville où il retrouve l'homme de lettres Maurice Sachs, connu à la fin des années 1920 dans l'entourage de Cocteau[2]. Agrégé de philosophie à trente-trois ans (1941), docteur ès lettres, il devient professeur de philosophie au lycée Montesquieu au Mans (1942-1947)[3], puis à l'université de Lille, où il fait recruter le jeune Michel Foucault comme assistant en 1953.

En 1965, il intègre la Sorbonne, où il termine sa carrière. En 1969, il est, avec Paul Ricœur, le concurrent malheureux de Foucault pour succéder à Jean Hyppolite au Collège de France, malgré le soutien de Martial Gueroult[4].

Il est aussi visiting professor à Harvard et Berkeley.

En 1963 il est cofondateur de la Société française d'étude du XVIIIe siècle. En 1966 il devient cofondateur et vice-président de la Leibniz-Gesellschaft.

Il dirige les volumes II et III de l'Histoire de la philosophie dans l' Encyclopédie de la Pléiade, parus en 1973-1974.

Recherches[modifier | modifier le code]

Spécialiste de Leibniz et de son influence sur Voltaire, Diderot, et Hegel, il insiste sur la supériorité scientifique du philosophe et considère sa métaphysique comme la base de la pensée allemande. Il oppose également la cohérence du monde leibnizien, réglé par la finalité, au cartésianisme qui brise sans cesse toute continuité.

Il s'est également intéressé au problème de l'expression.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications d'Yvon Belaval[modifier | modifier le code]

  • Le souci de sincérité, Éditions Gallimard, 1944, 208 p.[5]
  • La rencontre avec Max Jacob, Charlot, , 176 p. (ISBN 978-2-7116-0062-5). Rééd. Vrin, 1974, 176 p.
  • La recherche de la poésie, Éditions Gallimard, 1947, 187 p.
  • L'esthétique sans paradoxe de Diderot, Éditions Gallimard, 1950, 311 p.
  • "Au siècle des Lumières", in Histoire des littératures, Éditions Gallimard, coll. "La Pléiade", t. 3, 1958, p. 567-674.
  • Les philosophes et leur langage, Éditions Gallimard, 1952, 218 p. ; traduit en anglais par Norbert Guterman sous le titre Philosophers and their language, Ohio University Press, 1966.
  • La pensée de Leibniz, Bordas, 1952, 287 p.
  • Les conduites d'échec. Essai sur l'anthropologie contemporaine, Éditions Gallimard, 1953, 283 p.
  • Leibniz critique de Descartes, Éditions Gallimard, 1960, 560 p.
  • Laboratoire central, 1960.
  • Leibniz, inititation à sa philosophie, Librairie philosophique J. Vrin, 1961, 6° éd. 1989 284 p.
  • Remarques, Éditions Gallimard, 1962, 143 p.
  • Poèmes d'aujourd'hui, Éditions Gallimard, 1964.
  • Nathalie Sarraute, Éditions Gallimard, 1965.
  • "Continu et discontinu en histoire de la philosophie", in Philosophie et méthode, Bruxelles, 1974.
  • L'avenir perdu, Éditions du Seuil, 1975, 219 p.
  • Études leibniziennes, Éditions Gallimard, 1976 ; coll. "Tel", 1993, 398 p.
  • "La synthèse kantienne au XVIII° siècle", Studia Leibnitiana, 14 (1982).
  • Le Siècle des Lumières et la Bible, en collaboration Dominique Bourel, Paris, Éditions Beauchesne, 1986
  • Leibniz de l'âge classique aux lumières. Lectures Leibniziennes, présentés par Michel Fichant, Paris, Éditions Beauchesne, 1995
  • sous la dir. d'Yvon Belaval : Histoire de la philosophie, Éditions Gallimard, coll. "La Pléiade", t. 2 : De la Renaissance à la révolution kantienne, t. 3 : Du XIX° siècle à nos jours, 1973-1974 ; 1986-1991, XX-1142, XVI-1385 p.
  • A quoi pensent les philosophes ?", Autrement, n° 102, nov. 1988, p. 239-245.

Études sur Yvon Belaval[modifier | modifier le code]

  • John Pappas, « Yvon Belaval (1908-1988) », Diderot Studies, vol. 24, 1991, p. 243-244.
  • Michel Fichant, "Yvon Belaval (24 février 1908-19 novembre 1988", Revue d'histoire des sciences, t. XLII, 4, 1989, p. 407-412 [1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. André Robinet, préface du volume des Études Philosophiques d'avril-juin 1989.
  2. Maurice Sachs, ou les travaux forcés de la frivolité, Henri Raczymow, Gallimard, 1988, p. 331. Yvon Belaval est l'éditeur des œuvres posthumes de Maurice Sachs.
  3. http://montesquieu.lemans.free.fr/
  4. Cf. la biographie de Foucault par Didier Eribon.
  5. Compte rendu de Maurice Blanchot dans le Journal des débats politiques et littéraires, 3 août 1944.