Yves Préfontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Préfontaine.
Yves Préfontaine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Yves Préfontaine, (Montréal, - Montréal, )[1], est un écrivain québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Préfontaine publie ses premiers poèmes dès l'âge de 15 ans. Intéressé par la radio, il devient, à 18 ans, animateur d'émissions à Radio-Canada. Son succès lui permet d'animer pour la télévision une série de 14 émissions sur le jazz avec Oscar Peterson.

En 1959, il est l'un des membres fondateurs des revues Situations et Le Québec libre. Ultérieurement, il se joint au comité de direction de la revue Liberté, dont il sera rédacteur en chef de 1961 à 1962. En parallèle, il est un collaborateur régulier de journaux (Le Devoir, La Presse, Le Nouveau Journal), ainsi que de plusieurs revues, dont La Barre du jour, Mœbius et Maintenant.

Après l'obtention d'une maîtrise en anthropologie de l'Université de Montréal, il vit à Paris de 1966 à 1970 pour y poursuivre un doctorat à l'École pratique des Hautes Études. De retour au Québec, il enseigne un temps à l'Université McGill, puis occupe différents postes au ministère des Communications du Québec et aux Affaires publiques de Radio-Canada. Il a aussi été directeur de cabinet du ministre d'État au développement culturel et professeur au département des communications de l'Université du Québec à Montréal.

En 1968, il est lauréat du Prix Jean-Hamelin pour Pays sans parole et, en 1990, du Prix Québec-Paris pour son recueil Parole tenue : poèmes 1954-1985. En 2000, il remporte le Prix Félix-Antoine-Savard de poésie pour la suite (non titrée), publiée dans le numéro 19 de la revue Exit.

Ses poèmes sont traduits en anglais, espagnol, hongrois, italien, roumain et croate.

Le fonds d’archives Yves Préfontaine est conservé au centre d’archives de Montréal de la Bibliothèque et des Archives nationales du Québec[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Boréal (1957)
  • Les Temples effondrés (1957)
  • L'Antre du poème (1960)
  • Pays sans parole (1967)
  • Le Grainier (1969)
  • Débâcle, suivi de À l'orée des travaux (1970)
  • Nuaison (1981)
  • Le Désert maintenant (1987) ; réédition en France aux éditions Le Temps des cerises en 2008
  • Les chemins perdus quelque part se confondent (1987)
  • Parole tenue : poèmes 1954-1985 (1990), anthologie
  • Être, aimer, tuer (2001)
  • Les mots tremblent (2008)
  • Terre d'alerte (2009)

Autres publications[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Avis de décès d'Yves Préfontaine », sur Services Commémoratifs Mont-Royal (consulté le 4 avril 2019)
  2. Fonds Yves Préfontaine (MSS50) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)

Liens externes[modifier | modifier le code]