Yves Pouliquen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Yves Pouliquen, né le à Mortain et mort le à Paris, est un essayiste et ophtalmologue français, spécialiste des maladies de la cornée.

Il est élu à l'Académie nationale de médecine en 1992 et à l'Académie française en 2001.

Il est le président de la fondation Singer-Polignac de 2006 jusqu'à son décès[1] et le président d'honneur de l'Organisation pour la prévention de la cécité[2], qu'il présida de 1997 à 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'instituteur, son père meurt alors qu'il a treize ans, à la suite de quoi sa mère déménage à Avranches pour créer et diriger un pensionnat de jeunes filles. Élevé avec ses deux frères dans cette ville, Yves Pouliquen entre au collège Émile Littré en 1942 pour y suivre des études secondaires et obtenir son baccalauréat en 1949[3].

Yves Pouliquen vient à Paris et entre en Mathématiques supérieures au lycée Louis-le-Grand, mais découvre qu'il n'est pas fait pour cette discipline et abandonne au bout de deux mois. Il fait alors ses études universitaires en faculté de médecine où il rencontre une jeune fille dont le père est ophtalmologiste et qui deviendra son épouse[3].

Il passe son externat des hôpitaux en 1954 et entre comme interne des hôpitaux en 1956. Il se spécialise en ophtalmologie en 1963. Nommé ophtalmologiste des Hôpitaux et professeur agrégé en 1966, il devient professeur à titre personnel en 1979 et chef du service d’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1980 à 1996. Il dirige l'Unité 86 de recherche en ophtalmologie de l’INSERM entre 1979 à 1998 et présidé la Banque française des yeux de 1985 à 1999[4].

Il est élu à l'Académie française en 2001, au 35e fauteuil, qu'occupait jusqu'alors Louis Leprince-Ringuet. Il est président d'honneur de la Société Jules-Barbey-d'Aurevilly[5].

Il meurt à Paris le [6].

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1967 : La Transparence de la cornée, éditions Masson.
  • 1969 : Atlas d'histologie et d'ultrastructure de l'œil, éditions Masson.
  • 1973 : Les Homogreffes de la cornée, éditions Masson.
  • 1974 : Les Lentilles souples, édition Masson.
  • 1983 : L'Herpès de la cornée, précis d'ophtalmologie, éditions Masson.
  • 1990 : La Cataracte, éditions Hermann.
  • 1992 : La Transparence de l'œil, éditions Odile Jacob, rééd. 2011.
  • 1995 : Les Yeux de l'autre, éditions Odile Jacob.
  • 1999 : Un oculiste au temps des Lumières : biographie de Jacques Daviel, éditions Odile Jacob.
  • 2003 : Le Geste et l'Esprit, éditions Odile Jacob.
  • 2006 : Mme de Sévigné et la médecine du Grand siècle, éditions Odile Jacob.
  • 2008 : Le Médecin et le Dictateur, éditions Odile Jacob.
  • 2009 : Félix Vicq d'Azyr, les Lumières et la Révolution : le médecin de Marie-Antoinette, éditions Odile Jacob.
  • 2010 : Discours de réception de Jean-Christophe Rufin à l'Académie française et réponse d'Yves Pouliquen, éditions Gallimard.
  • 2011 : Lunettes ou laser ? : choisir sa vision, éditions Odile Jacob (avec Jean-Jacques Saragoussi).
  • 2013 : Cabanis : la vie d'un idéologue, éditions Odile Jacob.
  • 2014 : Que sais-je ? Que suis-je ? : pas à pas et tous comptes faits, éditions Odile Jacob.
  • 2018 : L'Œil dévoilé, l'œil guéri, Odile Jacob (ISBN 978-2-7381-3968-9).
  • 2019 : Les Immortels et la Révolution, Odile Jacob (ISBN 978-2-7381-4967-1).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fondation Singer-Polignac, Yves Pouliquen, Président de la Fondation depuis 2006
  2. Site de l'Organisation pour la prévention de la cécité
  3. a et b « Yves Pouliquen : Le magicien d'œilauteur=Fabrice Nodé-Langlois », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. « Le professeur et académicien Yves Pouliquen invité d'honneur du salon », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  5. Statuts et conseil d'administration de la Société Jules-Barbey-d'Aurevilly, décembre 2019.
  6. « Décès de M. Yves Pouliquen (F35) », sur academie-francaise.fr.
  7. Décret du 30 décembre 2011 portant élévation aux dignités de grand-croix et de grand officier

Liens externes[modifier | modifier le code]