Yves Langevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yves Langevin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
Institut d'astrophysique spatiale
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Paris-Diderot (doctorat) (jusqu'en )
ComUE Université Paris-Saclay (d) (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Parentèle
Paul Langevin (arrière-grand-père)
Pierre Curie (arrière-grand-père)
Marie Curie (arrière-grand-mère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
ComUE Université Paris-Saclay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Yves Langevin, né le , est un astrophysicien et planétologue français, spécialiste de l'étude de la planète Mars. Il a été directeur de l'Institut d'astrophysique spatiale d'Orsay (IAS) de l'université Paris-Saclay.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Langevin est ancien élève de l'École normale supérieure (1970 S)[1] et a soutenu deux thèses de doctorat, la première à l'Université Paris Diderot en 1975 et la seconde à l'Université d'Orsay en 1978.

Il a étudié la minéralogie de la planète Mars[2] et les possibles raisons pour lesquelles son évolution et celle de la Terre ont rapidement divergé[3].

Il a été directeur de l'Observatoire des sciences de l'Univers de l'université Paris-Saclay (OSUPS). Don Hassler a pris sa succession à la direction de l'IAS[4].

Yves Langevin a dirigé notamment quatre thèses de physique à Orsay, dont celle d'Eric Dooryhee sur l'étude par résonance paramagnétique électronique de défauts formés par les ions de grande énergie en 1987, et celle de Mathieu Vincendon sur la modélisation du transfert radiatif dans l'atmosphère martienne en 2008[5].

Il est aussi vice-champion de France du jeu de go (1971), ainsi qu'un grand amateur de bridge, ayant remporté le championnat de France par paires (1998).

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2018, il a obtenu la Médaille Runcorn-Florensky de l'Union européenne des géosciences (EGU)[6],[7], nommée d'après les géophysiciens Keith Runcorn (en) et Kirill Florensky (en).

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom a été donné à l'astéroïde (5290) Langevin de la ceinture principale d'astéroïdes.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils des physiciens nucléaires Michel Langevin[8] et Hélène Langevin-Joliot[9].

Il est par son père l'arrière-petit-fils de Paul Langevin, et par sa mère le petit-fils de Frédéric et Irène Joliot-Curie et l'arrière-petit-fils de Pierre et Marie Curie.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La comète: le voyage de Rosetta, texte de Hanns Zischler traduit de l'allemand, sous la direction de Jean-Pierre Bibring, avec Laurent Jorda, avec la participation de Martin Hilchenbach, Yves Langevin et Stefano Mottola, traduction par Jean Torrent, Paris, Éditions Xavier Barral, 2019.
  • Nouveaux développements dans la connaissance du système solaire, journées d'études organisées par le Comité de l'ATP de planétologie de l'Institut national d'astronomie et de géophysique, par Yves Langevin, Jacques Crovisier et Michel Combes, CNRS, Paris, 23, 24 et .
  • Contribution à l'étude des interactions entre la surface lunaire et le milieu spatial, thèse de doctorat en astrophysique, Université Paris Diderot, 1975.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]