Yves Hémar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yves Hémar
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
École des beaux-arts de Paris (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Conflit
Mouvement
Maîtres
Distinctions
Œuvres principales

Yves Victor Hémar est un architecte français du XXe siècle né à Saint-Malo le et décédé le à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Victor Hémar, employé des télégraphes, et de Anne Marie Perrine Dauphin. Il épouse, le , Suzanne Eugènie Joséphine Marcelle Leroux. Il est admis en 1906 à l'école nationale des Beaux-Arts de Paris, dans l'atelier de Jules-Godefroy Astruc puis de Victor Laloux. Il interrompt sa scolarité le temps d'effectuer son service militaire, il est sapeur au sein du 1er Régiment du Génie, entre le et le . Il est diplômé le [1]. Yves Hémar participe à la Première Guerre mondiale à partir du jusqu'à sa démobilisation le [2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'œuvre de l'architecte malouin Yves Hémar s'inscrit dans le style néo-breton, dont il est un des représentants les plus créatifs avec Georges-Robert Lefort, James Bouillé et Lebreton. Cette étonnante école architecturale est née du souci de reconstruire le pays sans négliger son identité après le conflit de 1914-1918, s'inspirant des peintres de l'école de Pont-Aven mais aussi de l'esprit nordique et même hongrois. Ce style marquera l'architecture des années 1920 aux années 1950.

Outre sa participation à la création de la station balnéaire moderne de Sables-d'Or-les-Pins en 1922, une partie de la reconstruction de Saint-Malo intra-muros (partie située entre la rue Jacques-Cartier et la Grand-Rue), de nombreuses maisons de villégiature sur la côte d'Émeraude[3], on lui doit aussi :

  • la grande poste de Saint-Malo (1928)
  • la villa Castel-Mond, à Dinard (1928)[4]
  • la villa Le Revenant à Saint-Lunaire (1928)[5]
Piscine d'eau de mer de Bon-Secours à Saint-Malo

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur en 1932[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Inaugurés dès 1935 conjointement avec la station de biologie marine de Dinard, qui emménageait alors en provenance de Saint-Servan, l'aquarium et le musée de la mer de Dinard ont été définitivement fermés en 1996. La station de recherche en biologie marine existe encore, elle est même restée à Dinard intramuros en s'installant au no 38 de la rue du Port-Blanc. Les installations de l'aquarium et du musée de la mer, par contre, sont restées longtemps vides et désaffectées jusqu'à ce que le Muséum national d'histoire naturelle les ait vendues à une entité privée qui en 2015 en a fait un complexe hôtelier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. INHA, base Agorha, http://www.purl.org/inha/agorha/002/83282
  2. Fiche matricule, Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, R 2018, http://archives-en-ligne.ille-et-vilaine.fr/thot_internet/ark:/49933/thtqfttf1kpk/690229/14
  3. Ministère de la Culture, « Constructions d'Yves Hémar recensées dans la base Mérimée », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  4. Ouest-France, « Dinard : un homme d’affaires proche de Jacques Chirac achète la villa Castel Mond », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  5. Christel Douard et Jean Kerhervé, Manoirs : Une histoire en Bretagne, Châteaulin, Locus Solus, , 215 p. (ISBN 978-2-36833-338-9), p. 168.
  6. « L’aquarium de Dinard », sur sauvonslemuseeaquarium.org, (consulté le ).
  7. Maÿlis Dudouet, « Saint-Malo. La Piscine d’eau de mer de Bon-Secours : 86 ans d’histoire », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  8. « Plage de Bon-Secours », sur saint-malo-tourisme.com (consulté le ).
  9. Douard et Kerhervé 2021, p. 169.
  10. L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, « Maison dite maison Cornu, 11 rue du Côteau, le Val-André (Pléneuf-Val-André) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  11. Ministère de la Culture, « Mausolée de Lady Mond », sur pop.culture.gouv.fr, (consulté le ).
  12. « Cote 19800035/74/9123 », base Léonore, ministère français de la Culture.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Ruaux, Saint-Malo et le pays d'Émeraude, 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

icône vidéo Vidéo externe
Yves Hémar, l'architecte de la côte d'Émeraude. L'après guerre sur le compte YouTube de France 3 Bretagne