Yves Gibeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibeau.
Yves Gibeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
RoucyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Tombe d'Yves Gibeau à Craonne.JPG

Tombe de l'écrivain Yves Gibeau dans l'ancien cimetière de Craonne (Aisne).

Yves Gibeau, né le à Bouzy (Marne) et mort le à Roucy (Aisne)[1], est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de militaire, Yves Gibeau passe une partie de sa jeunesse sous l'uniforme de 1929 à 1939. D'abord enfant de troupe aux Andelys (1929-1934), puis à Tulle (1934-1939), il est mobilisé en 1939 et, en 1940, prisonnier de guerre. Il est rapatrié d'Allemagne en décembre 1941 et gagne ensuite sa vie à l'aide de petits boulots.

Il exerce quelque temps le métier de chansonnier (il est alors très proche de Boris Vian), devient à la Libération journaliste à Combat, puis rédacteur en chef du journal Constellation où il publie régulièrement des mots croisés sous le pseudonyme d'A. Sylvestre (nom du héros principal de Le Grand Monôme).

Il conserve de son expérience sous les drapeaux des convictions résolument pacifistes et une haine tenace de la chose militaire. Dans son ouvrage le plus connu, Allons z'enfants..., paru en 1952, il revient sur son passé d'enfant de troupe en décrivant un milieu caractérisé par la bêtise et la brutalité.

Il réside à partir de 1981 dans un ancien presbytère à Roucy.

Fervent amateur de bicyclette et verbicruciste, il tient pendant plusieurs années et jusqu'à sa mort la rubrique mots croisés du magazine L'Express.

Le prix Yves Gibeau, décerné par un jury composé de collégiens et lycéens volontaires, récompense une œuvre littéraire choisie parmi cinq ouvrages d'auteurs contemporains parus en édition de poche.

Décédé le , Yves Gibeau a tenu à être enterré dans le cimetière de l'Ancien Craonne, sur le Chemin des Dames[2], village qui a été totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale et inspiré la Chanson de Craonne .

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie du Journal de l'année édition 1995, aux Éditions Larousse.
  2. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 13.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Queneau, Anthologie des jeunes auteurs, JAR, 1957, p. 141 et suiv.
  • Patrick Macquaire," Yves Gibeau", Cultures et Sociétés, no 38, Téraèdre, Paris 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]