Yves Garric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garric.
Yves Garric
Image illustrative de l’article Yves Garric
Journaliste, écrivain et réalisateur de films

Naissance (70 ans)
Colombiès, Aveyron
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession journaliste, écrivain, réalisateur
Autres activités chroniqueur scientifique, auteur dramatique et cinéaste
Récompenses Prix de l’Espace 2008
Distinctions honorifiques Prix IFHE d'Aubinière [1] 2008
Site internet http://yvesgarric.com/
Bilan Médias
Pays Flag of France.svg France
Fonction(s) principale(s) Journaliste
Presse écrite Centre Presse
Radio Radio-France
Télévision France 3
Autres médias Pièces de théâtre et cinéma

Yves Garric, né en 1948 à Colombiès (Aveyron), a mené une carrière de journaliste dans divers médias : presse écrite (Centre-Presse), radio (Radio-France) et télévision (France 3 Sud). Il est également écrivain, auteur dramatique et réalisateur de films.

Journaliste, écrivain et cinéaste[modifier | modifier le code]

Yves Garric commence sa carrière de journaliste en 1970 à Centre-Presse avant d’intégrer Radio-France puis France 3 Sud. Dès ses premiers reportages, il se pose en défenseur de l’agriculture paysanne, de l’agriculture bio, de l’environnement, du monde rural en général[1].

Des choix que ne fera que renforcer sa rencontre, dans les  années 1980, avec le cinéaste Georges Rouquier (« Farrebique », « Biquefarre »). Il a avec lui des échanges que lui-même qualifie de décisifs tant ils influenceront aussi bien son travail de journaliste que son inspiration d’écrivain et d’auteur dramatique[2],[3].

En 1987 il écrit sa toute première pièce : « Une ferme en T.R.O.P », créée sur une mise en scène de Bernard Cauhapé. Cette œuvre, qui marque un véritable tournant dans la manière d’aborder sur scène les problèmes aussi bien agricoles que de consommation, connaît un grand retentissement[4],[5].

Plusieurs dizaines de pièces jouées dans l’ensemble de la francophonie constituent le répertoire d’Yves Garric. Il est aussi l’un des auteurs pour la jeunesse les plus joués dans les écoles. Son livre « Le trapoulaminet » La Librairie Théâtrale est devenu un classique[6].

Durant la dernière partie de sa carrière de journaliste, il est chroniqueur scientifique, spécialiste de l’espace. Son livre « Michel Lefebvre, marin de l’espace » lui a valu le Prix de l’Espace 2008[7].

En tant que réalisateur, il retrace en 2014 dans un long métrage intitulé « Gilbert Espinasse, agriculteur de conscience » le parcours d’un pionnier de l’agriculture biologique[8].

Yves Garric décrit son long parcours de journaliste et d’écrivain dans son autobiographie « Qu’est-ce qu’elle a ma voix ? » parue aux Éditions Fleurines. Il porte dans cet ouvrage un regard très critique sur les médias[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Documentaires, contes, nouvelles[modifier | modifier le code]

Ouvrages documentaires[modifier | modifier le code]

Contes et des nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Yves Garric, Paille Allumette Feu... : contes authentiques et réalités fictives pour les sauvages de l'Aveyron ou d'ailleurs..., Rodez, Française d'Art Graphique, (ASIN B004AF2EI2)
  • Yves Garric, Les tigres de Cantagasse, Rodez, Éditions du Rouergue, , 167 p. (ASIN B0014I328O)
  • Yves Garric, Le Roi du Moulin d'Alric, Saint-Affrique, Fleurines, , 208 p. (ISBN 978-2912690364)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Garric, Qu'est-ce qu'elle a ma voix ?, Fleurines, , 510 p. (ISBN 978-2912690586)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre jeunes et adultes[10][modifier | modifier le code]

  • Yves Garric, Cabridou and Communication, Bouffonneries-Contrastes, (lire en ligne)

Théâtre et télévision[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre pour les enfants[modifier | modifier le code]

  • Yves Garric, Les Chercheurs de mots (lire en ligne)
  • Yves Garric, Le Trapoulaminet : neuf pièces pour enfants et adolescents de sept à quinze ans ou plus !, Librairie Théâtrale, , 174 p. (lire en ligne)[14]
  • Yves Garric, Le marchand de sable et son apprenti, Les Ateliers du Teyrac, , 17 p. (ISBN 978-2906014558, lire en ligne)
  • Yves Garric, Un rendez-vous manqué, L'Agapante & Cie (lire en ligne)
  • Yves Garric, Théâtre de nuages: sept pièces (et dépendances), Fil d'Ariane, , 156 p. (lire en ligne), p. Le Petit Nuage qui pleuvait dans son lit; La fleur et le nuage; Le nuage de lait; Bombagrêlon Ier, empereur des nuages carrés; La cage au nuage; Le Nuage et le Vent; Arlequinus
  • Yves Garric, Un gibus, une brouette, un phonogramme (lire en ligne)
  • Yves Garric, Le Gavocytron ou la Machine à apprendre (lire en ligne)
  • Yves Garric, L'Argent de poche de la peur (lire en ligne)
  • Yves Garric, Caprices de papillon (lire en ligne)[15]
  • Yves Garric, Le Bousier, la Cigale, la Fourmi et Monsieur Fabre (lire en ligne), Hommage à l'éminent entomologiste aveyronnais Jean-Henri Fabre
  • Yves Garric, Carlito (lire en ligne)
  • Yves Garric, Les canards sauvages s'habillent chez Cookinas[16]
  • Yves Garric, Les Pingouins et le Naufrage du Saloupiot-Cradingue (lire en ligne)
  • Yves Garric, Les Semeurs de montagnes (lire en ligne)
  • Yves Garric, Chamailleries de saisons (lire en ligne)

Monologues[modifier | modifier le code]

Pour la scène, Yves Garric a également écrit de nombreux monologues entre-autres :

Yves Garric, Les Oiseaux à la campagne (lire en ligne)

Yves Garric, La Terre se réchauffe (lire en ligne)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • ESTREMÒNI, réalisation Yves Garric, image Georges Berte, documentaire, durée 1 h 35 min, 2013 « Ce film d'histoire de l'art raconte le site et l'église romane de Saint-Austremoine en Aveyron. »[17],[18]
  • Gilbert Espinasse, agriculteur de conscience, réalisation Yves Garric, coproduction Éditions Fleurines et yves Garric, image Georges Berte, documentaire sur l'agriculture bio, durée 1 h 35 min, 2014 « Portrait et histoire d'un pionnier du bio. » [8],[19]
  • Dix par jour... dernières braises aveyronnaises de 14-18, réalisation Yves Garric, coproduction Éditions Fleurines et Yves Garric, image Georges Berte, documentaire sur les 15000 morts aveyronnais de la guerre 14-18, durée 1 h 38 min, 2015 «Histoires de poilus aveyronnais morts au combat ou des suites de maladie et de blessures »[20],[21]
  • Les deux mille et un moulins du Rouergue, réalisation Yves Garric, coproduction Éditions Fleurines et Yves Garric, image Georges Berte, durée 81 min, ASIN 2912690749[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yves Garric, au nom de la terre », sur ladepeche.fr (consulté le 8 mars 2016)
  2. Dominique Auzel, Georges Rouquier: de Farrebique à Biquefarre, Cahiers du cinéma, (ISBN 9782866423292, lire en ligne)
  3. « L'annuaire - », sur yvesgarric.com (consulté le 8 mars 2016) : « J’ai eu le privilège de beaucoup m’entretenir avec lui.Et j’ai reçu de lui le plus précieux des conseils pour un créateur : ne jamais suivre les modes. »
  4. « Festival du Livre et de la BD de La Fouillade - Aveyron », sur bulles12.com (consulté le 8 mars 2016) : « Passionné d’agriculture et de monde rural en même temps que d’espace et de sciences de la Terre et de l’Univers, Yves Garric a abondamment traité de ces thèmes durant sa carrière de journaliste à France 3. Ils ont également nourri son œuvre littéraire ou d’auteur dramatique : sa pièce Une ferme en T.R.O.P est considérée aujourd’hui comme un classique du théâtre contemporain »
  5. « Succès théâtral pour la compagnie Elsa T », sur Ouest-France.fr (consulté le 8 mars 2016) : « La pièce une ferme de trop était présentée dans l'ancienne salle des fêtes, vendredi soir, samedi soir et dimanche après-midi. Pour ces trois représentations, la troupe a joué à guichets fermés. Un très beau succès donc. La pièce de Yves Garric, mise en scène par Bernard Ayache fait intervenir treize comédiens et trois musiciens. »
  6. « Succès de la soirée théâtre du collège Via Domitia de Manduel », sur MidiLibre.fr (consulté le 8 mars 2016) : « Durant la dernière partie de sa carrière de journaliste, Yves Garric est chroniqueur scientifique, spécialiste de l’espace. Son livre « Michel Lefebvre, marin de l’espace » lui a valu le Prix de l’Espace 2008. »
  7. « Rignac. Un journaliste objectif, ça n'existe pas ! », sur ladepeche.fr (consulté le 8 mars 2016) : « Yves Garric évoquera quelques-uns de ses souvenirs, avec ses réussites mais aussi ses erreurs. écrivain, lauréat du prix de l’Espace en 2008, auteur dramatique joué dans toute la francophonie, »
  8. a et b « Gilbert Espinasse, un «agriculteur de conscience» », sur Centrepresseaveyron.fr (consulté le 6 janvier 2016) : « Attiré par cet agriculteur si typique (au meilleur sens du terme) de la paysannerie aveyronnaise, et pourtant complètement atypique déjà. Car avant même que ne survienne le joli mois de mai 68, il fallait oser ! Oser rompre avec les dogmes qui avaient conduit à la révolution verte. »
  9. « La mémoire du journaliste Yves Garric en 500 pages », sur ladepeche.fr (consulté le 8 mars 2016) : « Yves Garric a pratiqué le journalisme d'une manière engagée au cours d'une carrière où il a rencontré «des centaines de gens extraordinaires» et où son métier lui a permis de «voir ce que les autres ne voient pas». »
  10. « Le THéâtre à Moudre a 20 ans », sur www.midilibre.fr (consulté le 23 décembre 2015) : « Et c’est par un répertoire emblématique du journaliste et écrivain Yves Garric, qu’elle se fit connaître ; pour les comédiens amateurs, celui-ci n’écrira pas moins de 5 œuvres : "Une ferme en T.R.O.P.", "Pastorale pour le Rouergue", "Les résistants de Jean-Petit qui danse", "Les tigres de Cantagasse", "Lucienne, omnimal transgenicum". »
  11. « La pièce CO2 n'est pas qu'une simple comédie », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2018) :

    « Une comédie intelligente où on rit des scènes comiques, mais d'où on sort pensif. Quelle terre léguerons-nous à nos enfants ? »

  12. « De séduisantes «Passantes de Saint-Jacques» » (consulté le 28 juillet 2016) : « Le conte «Les Passantes de Saint-Jacques», où deux filles voyagent sur les chemins de Compostelle, l'une au Moyen âge, l'autre de nos jours, raconte les quiproquos et les déboires du parcours. Le tout en vidéorama sur des musiques celtes de Galice du cap Finistère. »
  13. [http://www.leproscenium.com/DetailRepresentation.php?IdRepresentation=8149 « D�tail d'une repr�sentation d'un texte de th��tre | Le Proscenium »], sur www.leproscenium.com (consulté le 11 janvier 2016)
  14. « Le trapoulaminet : neuf pièces pour enfants et adolescents de sept à quinze ans ou plus! / Yves Garric. », sur thalia.ent-nts.ca (consulté le 11 janvier 2016) : « Anastasie et les chocolatines ; 10 personnages. -- Écrira bien qui écrira le dernier ; 17 personnages. -- L'aquarium ; 5 personnages. -- La télépatite ; 8 personnages (4f, 4h). -- Le nouveau.-- Le trapoulaminet ; 14 personnages. -- Le vol de l'épouvantail ; 7 personnages (2f, 5h). -- Poste Merlin ; Grosse distribution. -- Tête de loup. »
  15. Spectacle Caprices de papillon
  16. « journal festival montherme 09 jeudi », sur www.jeunecomedie.fr (consulté le 11 janvier 2016)
  17. « Saint-Austremoine - ESTREMÒNI, le film », sur www.saint-austremoine.fr (consulté le 6 janvier 2016) : « Un film sur Saint-Austremoine, sa vie, l'église, la paroisse, les habitants »
  18. « Rodez. Yves Garric toujours derrière la caméra », sur ladepeche.fr (consulté le 6 janvier 2016) : « Estremòni… ou la belle halte en Rouergue du moine qui venait du sud »
  19. « Sévérac-le-Château : projection du film "Gilbert Espinasse, agriculteur de conscience" », sur MidiLibre.fr (consulté le 6 janvier 2016)
  20. « 10 soldats morts par jour en Aveyron en 1914-18 », sur ladepeche.fr (consulté le 6 janvier 2016) : « Un film «de compassion envers ces Poilus qui n’en ont pas eu à l’époque». »
  21. « 10 par jour », sur Mondes & Multitudes, (consulté le 6 janvier 2016) : « Ce film est une poignante « micro projection, à travers un petit pays, le Rouergue en l’occurrence, de 14-18. C’est en effet à micro échelle, plutôt qu’à travers les chiffres officiels, qu’on perçoit le mieux toute l’ampleur de ce cataclysme de l’Histoire… », pour reprendre l’explication du réalisateur. Avec les monuments aux morts pour fil rouge, ce long métrage mène d’un témoignage à l’autre de descendants ou de proches d’anciens poilus. »
  22. La Dépêche du Midi, « Les deux mille et un moulins du Rouergue vont crever l'écran », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]