Yves Charpenel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yves Charpenel
Biographie
Naissance (66 ans)
à Paris
Nationalité Nationalité française
Thématique
Formation École nationale de la magistrature
Titres Premier avocat général à la Cour de cassation
(depuis )
Profession Magistrat
Intérêts Président de la Fondation Jean-et-Jeanne-Scelles

Yves Charpenel, né le 16 novembre 1950 à Paris, est un magistrat français. Depuis le 6 février 2012, il est premier avocat général à la Cour de cassation[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été juge à Pointe-à-Pitre (1976-1978), très brièvement juge à Paris (1978), puis magistrat détaché au ministère de la Justice (1978-1987).

Il est nommé procureur-adjoint de la République à Évry (1987-1989) puis premier substitut à Créteil (1989-1991).

Nommé conseiller technique aux cabinets des gardes des Sceaux Henri Nallet et Michel Vauzelle (1991-1993), il est, le 22 février 1993, quelques semaines avant la seconde cohabitation, nommé procureur général de la Cour d'appel de Fort-de-France, où il remplace Gabriel Bestard. À 42 ans, il est le plus jeune procureur général de France[2].

Le 10 novembre 1998, au cours de la troisième cohabitation, il est nommé par la garde des Sceaux Élisabeth Guigou au poste stratégique de directeur des affaires criminelles et des grâces.

Il est nommé procureur général de la cour d'appel de Reims en mars 2001.

Depuis juin 2005, il est avocat général à la Cour de cassation, affecté à la chambre criminelle.

Il a également, à la demande du ministère de la Justice, rendu en juillet 2007 un rapport sur les crimes en série.

Depuis septembre 2010, il est vice-président de l'Association nationale de la justice réparatrice. Cette structure propose de mettre en lien un auteur et une victime de crime ou de délit, dans l'objectif de lutter contre la récidive.

Le 5 octobre 2010, il a été nommé président de la Fondation Jean-et-Jeanne-Scelles[3].

Le 6 février 2012, il est nommé premier avocat général à la Cour de cassation. Il a été affecté à la 3e chambre civile.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Officier de l'ordre national de la Légion d'honneur
  • Officier de l'ordre national du Mérite

Notes[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Les rendez-vous de la politique pénale : Concilier devoir de justice et exigence de sécurité, Paris, Armand Colin, coll. « Sociétales », série « Sécurité et démocratie », 319 p. (ISBN 2-200-26976-5)
  • 2008 : Notre justice pénale : Essai sur le pourquoi et le comment de la justice pénale, tout ce qu'il faut savoir et comprendre de la justice pénale, Boulogne, Timée, 365 p. (ISBN 978-2-35401-077-5)
  • 2010 : Cybercriminalité : Droit pénal appliqué, avec Myriam Quéméner, Paris, Economica, coll. « Pratique du droit », 273 p. (ISBN 978-2-7178-5902-7)
  • 2012 : La Justice Réparatrice: Quand victimes et coupables échangent pour limiter la récidive, avec Stéphane Jacquot, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « Question comtemporaines », 132 p. (ISBN 978-2-296-55916-5)
  • 2012 : Le glaive & la rustine - 15 questions pour sortir la Justice française de l'impasse, Paris, Economica. (ISBN 978-2-7178-6430-4)