Yves Carcelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yves Carcelle
Yves Carcelle.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Yves Carcelle, né le à Paris[1] et mort le [2], est un homme d'affaires français, membre du comité exécutif du groupe LVMH. Décédé à 66 ans des suites d'une longue maladie, il est contraint à quitter ses fonctions de PDG de la filiale de LVMH, Louis Vuitton en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'École polytechnique (X1966) et de l'INSEAD. Vers la fin des années 1960, il s'oriente vers le marketing[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Yves Carcelle commence sa carrière chez Spontex et Absorba ; il reste cinq ans chez cette dernière[3]. Après avoir dirigé Descamps entre 1985 et 1989, Bernard Arnault lui propose de rejoindre le groupe LVMH[3] au poste de Directeur de la Stratégie, et en 1990, il devient PDG de la filiale Louis Vuitton. Sous sa direction, le malletier diversifie ses gammes de maroquinerie, entreprend de créer chaussures et prêt-à-porter, et accueille Marc Jacobs[3]. En 1999, Yves Carcelle prend la tête du groupe « Mode et Maroquinerie » de LVMH[4],[5], qu'il quitte[6] fin 2012 pour devenir vice-président de la « Fondation Louis Vuitton », remplacé par l'espagnol Jordi Constans[7] au 1er janvier 2013[8].

Le bilan de sa carrière d'une vingtaine d'années chez LVMH est très positif[9], avec le nombre de boutiques multiplié par deux, le chiffre d'affaires par dix[10], l'extension vers la Chine gérée très tôt, une implantation dans toutes les plus grandes capitales du monde[8], et le développement de la gamme de prêt-à-porter avec Marc Jacobs[11].

Il est également membre du Conseil d'Administration du Comité Colbert et du Palais de Tokyo

Distinctions[modifier | modifier le code]

Yves Carcelle est nommé officier de la Légion d'honneur en 2014, après avoir reçu le grade de chevalier le [12].

Il est aussi nommé Honorary Member of the New Zealand Order of Merit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La passion japonaise de Louis Vuitton » Commerce International,
  2. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/01/97002-20140901FILWWW00102-deces-d-yves-carcelle-l-ancien-pdg-de-vuitton.php
  3. a, b, c et d Didier Grumbach, Histoires de la mode, Paris, Éditions du Regard, (1re éd. 1993 Éditions du Seuil), 452 p. (ISBN 978-2-84105-223-3), « Yves Carcelle », p. 351
  4. (en) « Yves Carcelle, chairman and chief executive, Louis Vuitton », International Herald Tribune,
  5. (en) « Man Behind the Empire », The Wall Street Journal,
  6. Thiébault Dromard, « Deux barons de LVMH quittent le groupe en quelques mois » Challenges, 10 janvier 2012
  7. Carole Bellemare, C'est Jordi Constans qui succèdera à Yves Carcelle, Le Figaro, 14 septembre 2011
  8. a et b « Louis Vuitton va changer de maître de maison » Challenges, 9 février 2012
  9. « Bernard Arnault a en fait débarqué Yves Carcelle de Vuitton » La Tribune, 15 septembre 2011
  10. Thiébault Dromard, « Vuitton dit adieu à ses années folles », Challenges, no 323,‎ , p. 42 (ISSN 0751-4417)
  11. « Yves Carcelle quitte Louis Vuitton » Le Nouvel Obs, 15 septembre 2011
  12. Légion d'honneur: ces patrons distingués par la République - Slide 2 « Copie archivée » (version du 27 janvier 2016 sur l'Internet Archive), Challenges, 3 janvier 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]