Yvan Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yvan Beck
Image illustrative de l’article Yvan Beck
Yvan Beck en 1928
Biographie
Nationalité Yougoslave
Français (à partir de 1933)
Nat. sportive Yougoslave (1927-1931)
Français (1935-1937)
Naissance
Belgrade (Royaume de Serbie)
Décès (à 53 ans)
Sète (France)
Taille 1,96 m (6 5)
Période pro. 1925-1942
Poste Attaquant
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1925-1928 BSK Belgrade
1928 Mačva Šabac
1928-1930 FC Sète
1930-1931 Urania Genève 016 0(16)
1932-1935 FC Sète 069 0(35)
1935-1939 AS Saint-Étienne 108 (103)
1940-1943 Nîmes Olympique
1944-1945 AS Aix-en-Provence
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1927-1931 Yougoslavie 007 00(4)
1935-1937 France 005 00(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Yvan Beck, né Ivan Bek (serbe en écriture cyrillique : Иван Бек), né le à Belgrade en Serbie et décédé le à Sète en France, était un footballeur international yougoslave puis international français. Il a été naturalisé français en 1933.

Biographie[modifier | modifier le code]

Devenu Yvan Beck à la suite de sa naturalisation par un décret présidentiel signé le 6 décembre 1933 et paru au Journal officiel le 10 décembre suivant, il compte cinq sélections en équipe de France A de 1935 à 1937 alors qu'il était sociétaire du FC Sète puis de l'AS Saint-Étienne[1]. Il fut également international yougoslave avec 7 sélections pour 4 buts entre 1927 et 1931. Avec la sélection yougoslave, il fut demi-finaliste de la Coupe du monde 1930 (3 matchs et 3 buts lors de ce mondial).

En club, il joua en Yougoslavie pour le BSK Belgrade (1925-1928) puis pour le FK Mačva Šabac (1928) avant de rejoindre le FC Sète en 1928 où il fait ses débuts le . Avec les Dauphins, il remporte la Coupe de France 1930 et signe le doublé coupe-championnat en 1934. Il fut également finaliste de la Coupe de France en 1929. Il est transféré à l'AS Saint-Étienne en 1935 où il évolue jusqu'en 1939 avant de rejoindre le Nîmes Olympique (1940-1942).

Il est entré ensuite dans la résistance à l'occupant allemand et a dirigé le maquis FTP de Bayons. Il a contribué à la libération des prisonniers de la Citadelle de Sisteron.

Ce milieu de terrain offensif très technique qui enchanta les foules connut une après carrière difficile et tomba complètement dans l'oubli et la misère. Une collecte fut organisée à Sète en 1951 par Georges Bayrou pour lui venir en aide. Il meurt d'une crise cardiaque en et est enterré au cimetière Le Py de Sète le . Les sources divergent sur la date exacte de son décès.

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guide "Football 54" de L'Équipe, p. 103.
  • M. Oreggia et JM et P. Cazal, L'intégrale de l'équipe de France de football (1904-1998), Paris, First édition, 1998, p. 43-44 et p. 403
  • Y. Dupont, La Mecque du football ou mémoires d'un dauphin, Nîmes, 1973, p. 346-351
  • M. Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), Paris, L'Harmattan, 1998, p. 55
  • sous la direction de Pascal Ory, Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Editions Robert Laffont, 2013, p. 55

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]