Yuti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yuti - Un magazine trilingue pour les enfants de Sri Lanka.

Logo Magazine Yuti

«Yuti, the magazine for curious kids » (« Yuti, le magazine des enfants curieux »)

Description[modifier | modifier le code]

Publié entre 2006 et 2010, Yuti, qui signifie « Unité » en sanskrit, était un magazine trilingue (anglais, cinghalais, tamoul) indépendant, non communautaire, laïque et apolitique destiné aux enfants sri lankais âgés de 8 à 14 ans.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 26 décembre 2004, un violent tsunami dévastait les côtes d’Asie du sud et tuait plus de 36 000 personnes sur l'île de Sri Lanka.

Dans les jours qui suivirent, avec une poignée d'amis, Philippe Fabry créait Sri Lanka Solidarity (SLS)[1] pour aider les victimes et participer à l’effort de reconstruction du pays. Au cours des mois suivants commençait près de Hambantota la construction du village « Istouti[2] », et la création de deux chantiers navals pour fabriquer différents modèles de bateaux de pêche.

Le 22 avril 2005, des représentants des organisations Solidarité laïque (Michel Debon de Beauregard, Louis Bourgois)[3], Ceméa (Fabrice Mongiat) et de la Ligue de l'enseignement (Céline Gapenne) rencontrent le fondateur de Sri Lanka Solidarity pour initier la création d'un magazine destiné aux enfants touchés par le tsunami ainsi qu'aux victimes de la guerre civile.

Solidarité laïque était alors déjà en partenariat avec Aina (ONG), une organisation basée en Afghanistan et fondée par le photographe Reza Deghati, qui publiait Parvaz, lui aussi un magazine pour enfants défavorisés.[4]

Une équipe locale est formée pour préparer les deux premiers numéros avec (par ordre alphabétique) Anthe Ickx, Carmen Perera, Frédéric Rodas, Ishrat Ismail, Lisa Bewley, Mahen Charmugam, Philippe Fabry et Smriti Daniel[5].

Les deux premiers numéros sont présentés le 21 septembre 2006 à Colombo[6].

Parrainés par Solidarité Laïque, les magazines sont publiés par Sri Lanka Solidarity, conseillé par Aina.

Plus tard, de nombreux contributeurs rejoignent l'équipe des premières heures, comme Richard Simon, Deshan Tennekoon, Ameena Hussein, MASii, Lalith et Samantha Gunaratne, Ryan Holsinger, Tamara Holsinger, Jehan Mendis, Afdhel Aziz, l’illustrateur Sanjeewa Kumara et le dessinateur humoristique P. J. Magalhães.

Les premiers numéros de Yuti publiés par Sri Lanka Solidarity (SLS) paraissent avec le soutien exclusif de Solidarité Laïque pendant les deux premières années. D’autres organisations, locales et internationales, deviennent partenaires.

Le 15 novembre 2010 sort le numéro 9. La parution est alors interrompue par manque de fonds.

Au cours de ces cinq années, neuf numéros ont été publiés, chacun d’entre eux construit autour d’un thème différent (monographie).

Thèmes des numéros de Yuti[modifier | modifier le code]

  • Yuti no 1 : Water (L’eau)[1]
  • Yuti no 2 : Color (La couleur)
  • Yuti no 3 : Space (L’espace)
  • Yuti no 4 : Human body (Le corps humain)[2]
  • Yuti no 5 : Communication (La communication)[3]
  • Yuti no 6 : Earth (La Terre)
  • Yuti no 7 : Weather (Le climat)
  • Yuti no 8 : Animals (Les animaux)[4]
  • Yuti no 9 : Sports (Les sports)[5]

Objectifs de l’organisation SLS pour le magazine Yuti[modifier | modifier le code]

Mettre à disposition (concevoir, publier, distribuer dans toute l'île et promouvoir) un magazine éducatif trilingue pour les enfants sri lankais âgés de 8 à 14 ans de toutes origines ethniques et culturelles, Le contenu de Yuti est conçu pour aider les enfants à acquérir les compétences de vie et les valeurs nécessaires pour faire face au monde moderne en mutation[7].

Groupes cibles et bénéficiaires[modifier | modifier le code]

Le projet ambitionne une mise en œuvre à l'échelle nationale par le biais d'une distribution du magazine à son groupe cible : les enfants âgés de 8 à 14 ans vivant dans toutes les régions de Sri Lanka, y compris les régions les plus délaissées du nord et de l’est de l’île.

Toutes les communautés linguistiques, ethniques et religieuses sont incluses dans le groupe cible. Dans la mesure du possible, l’accent est mis sur la distribution du magazine aux enfants dont l'accès aux autres matériels éducatifs et aux sources d'information est faible ; cela comprend en particulier les camps de déplacés.

Le magazine Yuti étant distribué dans les écoles de toute l'île, il est également entre les mains de leurs enseignants.

Une publication éducative approuvée par le ministère de l'Éducation[modifier | modifier le code]

Lors de la phase pré-presse, une maquette couleur de Yuti est remise au ministère de l'Éducation pour approbation. Cette approbation est confirmée par une mention sur la couverture intérieure de chaque magazine. Le ministère a soutenu un programme de formation des enseignants (six ateliers de deux jours) utilisant Yuti comme matériel pédagogique dans la province de l'Est. Ce programme s’est achevé en mars 2009. Par ailleurs, ce ministère a distribué le magazine Yuti dans toutes les écoles.

Liste des partenaires de Yuti[modifier | modifier le code]

Principal partenaire et sponsor : Solidarité Laïque

Autres partenaires (par ordre alphabétique) :

  • Aina (ONG)
  • Asie Enfants Isolés
  • Agence suisse pour le développement et la coopération (Agence suisse pour le développement et la coopération (DDC))
  • AusAID[8] (Agence australienne pour le développement international - Gouvernement australien)
  • GTZ (Coopération technique allemande)[9]
  • Handicap International (pour les pages en braille)
  • HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés)
  • Région Île-de-France
  • Solidar
  • Sri Lanka Telecom
  • Trócaire (Irlande)
  • Unicef (Fonds international d'urgence des Nations unies pour l'enfance)

Sponsors occasionnels:

  • Asia Securities
  • Building a Future Foundation
  • CCF - Sri Lanka
  • Sauver les enfants
  • Fondation Sewa Lanka
  • Village d'enfants SOS de Sri Lanka

Partenaires pour la distribution du magazine dans l'île[modifier | modifier le code]

ACUT (All Ceylon Union of Teachers), ART2ART, Asia Foundation, Candle Aid Lanka, Care, CPA (Center for Performing Art), Disability Studies Unit, ECSAT, EMDH, Fonca, Forut, Friends of Prisoners, Hatton National Bank, Kinniya Vision, Methsiri Foundation, National Workers Congress, OMI (Organisation mondiale pour les migrations), Perera Hussein Publishing House, Plan International, Reconstruire et Vivre, Sahanaya, Save the Children,

Sarvodaya, Ulpotha, WUSC, etc.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Association Sri Lanka Solidarity », sur archive.is, (consulté le 12 septembre 2020)
  2. François Nicoullaud, « Après le tsunami au Sri Lanka : naissance d’un village », sur www.francais-du-monde.org, (consulté le 10 septembre 2020)
  3. « Sri Lanka : Solidarité laïque s’active », sur /www.snuipp.fr, (consulté le 17 septembre 2020)
  4. « Un magazine pour les enfants du monde », sur www.webistan.com (consulté le 17 septembre 2020)
  5. (en) SMRITI DANIEL, « Yuti Magazine: An Archive », sur https://smritidaniel.com/, 260mai 2020 (consulté le 17 septembre 2020)
  6. (en) Marisa de Silva, « A fun magazine for kids », sur www.sundaytimes.lk, (ISSN 1391-0531, consulté le 12 septembre 2020)
  7. (en) olivia-bonnal-sansoni, « Yuti », sur www.olivia-bonnal-sansoni.com (consulté le 17 septembre 2020)
  8. (en) « Indian Ocean tsunami », sur www.dfat.gov.au, (consulté le 10 septembre 2020)
  9. (de) « Theme pack: Ten years on from the tsunami », sur www.giz.de, (consulté le 10 septembre 2020)