Yuli Turovsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yuli Turovsky
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Юлий Туровский
Naissance
Moscou, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Décès (à 73 ans)
Montréal, Drapeau : Québec Québec
Drapeau du Canada Canada
Lieux de résidence Moscou (av. 1976); Montréal
Activité principale Violoncelliste chambriste
Style Musique baroque, Musique classique, Musique romantique, Musique moderne
Activités annexes Chef d'orchestre et professeur de musique (violoncelle)
Années d'activité Années 1960-2013
Collaborations Duo Turovsky (avec sa femme),
Trio Borodine (avec Rotislav Dubinsky et Luba Edlina) (1977-1993),
Ensemble I Musici de Montréal, qu'il fonde et dirige (1983-2010),
Ensemble Nouvelle Génération lui succédant (2011-…)
Éditeurs Melodya, CBS, RCI, Chandos, Analekta
Formation Conservatoire Tchaïkovski de Moscou
Maîtres Galina Kozolupova
Rudolf Barshai
Enseignement École centrale et Conservatoire de musique de Moscou;
Conservatoire de musique du Québec (1977-1985),
Université de Montréal (1979-2013)
Élèves Alain Aubut, Yegor Dyachkov, Claude Lamothe, Stéphane Tétreault
Conjoint Eleonora Leonova-Turovsky (violoniste)
Descendants Natasha Turovsky (violoniste et artiste peintre, leur fille)
Distinctions honorifiques
Site internet Orchestre de chambre Nouvelle Génération

Yuli Turovsky (en russe : Юлий Туровский) (né le à Moscou[1], et mort le à Montréal[2]) est un violoncelliste, un professeur de musique et un chef d'orchestre russe et canadien, montréalais, et le fondateur-directeur de l'orchestre de chambre I Musici de Montréal (1983-2010), reconnu internationalement, puis Nouvelle Génération (2011-) pour lui succéder.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yuli Turovsky entreprend l'apprentissage du violoncelle à l'âge de sept ans et entre au conservatoire Tchaïkovski dans la classe de Galina Kozolupova, l'une des légendes russes du violoncelle. Ayant poursuivi ses études doctorales, il est ensuite reconnu comme l'un des meilleurs violoncellistes de l'Union soviétique. Vainqueur, en 1969, du Concours de violoncelle de l'URSS et s'étant illustré par un 2e prix lors du Concours international Printemps de Prague en 1970, il voyage dans plusieurs pays en tant que membre de l'Orchestre de chambre de Moscou de Roudolf Barchaï.

En 1976, il quitte l'URSS, avec sa femme la violoniste Eleonora Leonova-Turovsky (du même âge) et leur fille Natasha (ensuite devenu violoniste et artiste peintre[3]) et avec son père à lui (un avocat journaliste). Il se fixe à Montréal en 1977, où il joue en duo avec sa femme (le Duo Turovsky) et, jusqu'en 1993[4], en trio avec Rotislav Dubinsky, jusque-là premier-violon du Quatuor Borodine (toujours actif, mais composé de musiciens différents) et Luba Edlina-Dubinsky, pianiste (le Trio Borodine).

Il avait enseigné son art à l'École centrale de musique de Moscou[1] et, en tant qu'adjoint de Galina Kozolupova au Conservatoire de Moscou[1], ce qu'il continue au Conservatoire de musique du Québec (1977-1985)[1] et à la Faculté de musique de l'Université de Montréal (1979-2012)[4].

En 1983, il fonde avec sa femme (virtuose du violon[5] et professeur à l'Université Concordia) l'ensemble I Musici de Montréal, un ensemble permanent de 15 musiciens dont le vaste répertoire s'étend de la musique baroque à la musique contemporaine[4],[6], et avec lequel il parcourt le monde, donnant plus de cent concerts par année.

De 1996 à 1999, il est, en outre, directeur artistique du Centre d'arts Orford, qu'il dote d'emblée d'un Concours international de musique[7],[8].

Yuli Turovsky, est intronisé dans l'Ordre national du Québec en juin 2010 et, déjà très souffrant de la maladie de Parkinson[9], il dirige une partie du premier programme de l'orchestre de chambre Nouvelle Génération, pour son dernier concert en carrière, le , à la salle Pollack[10], à Montréal. Ce nouvel orchestre de chambre[11],[12], il venait de le fonder pour continuer à accueillir ses étudiants (anciens et actuels) et ceux de son épouse, et pour bien montrer qu'il venait d'être poussé à céder le contrôle de « son orchestre » I Musici, désormais altéré, qui est ainsi remplacé[10] et dirigé, sous cette nouvelle appellation, par de jeunes musiciens (dont Alain Aubut, Airat Ichmouratov et Stéphane Tétreault), qu'il a formés ou lui-même choisis.

Fin janvier 2012, il reçoit un Prix Opus[9]. Sa femme meurt en mars 2012. Il assiste, ému, en avril 2012, à la Maison symphonique de Montréal, à la première interprétation du Concerto pour violoncelle de Dvorak par son très doué disciple, « l'élève de sa vie », Stéphane Tétreault[13], sur le fameux violoncelle Stradivarius (dit « Paganini, Comtesse de Stainlein »), qui venait de lui être prêté à long terme par une mécène[14]. En juin 2012, le Gouverneur général du Canada vient transmettre à Yuli Turovsky, à domicile, les insignes d'officier de l'Ordre du Canada[9].

Yuli Turovsky meurt dans sa ville d'accueil, Montréal, le (à 73 ans)[9]. — Même le quotidien Izvestia (en Russie) s'empresse alors de rendre hommage à sa mémoire[15]. Quelque 300 personnes, dont plusieurs musiciens, se sont réunies à Montréal le lundi suivant, autour de son cercueil fermé, pour lui rendre hommage[16].

En carrière, Yuli Turovsky aura participé à plus de cent enregistrements[17], notamment pour Melodya, CBS, RCI, Chandos, puis pour Analekta[4], tant comme violoncelliste soliste (virtuose)[18] que chambriste ou chef d'orchestre[19]. Parmi ses élèves violoncellistes, outre Stéphane Tétreault, sont reconnus Alain Aubut, Yegor Dyachkov, Claude Lamothe[19], entre autres.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Turovsky, Yuli », dans l'Encyclopédie de la musique au Canada
  2. Christophe Huss, « Le violoncelliste et chef d'orchestre Yuli Turovsky s'est éteint », dans Le Devoir, le 15 janvier 2013.
  3. « L'orchestre sur la toile », dernier programme de la 2e saison de l'orchestre de chambre Nouvelle Génération, comprenant, en première mondiale, Picture Gallery du compositeur, clarinettiste et chef d'orchestre Airat Ichmouratov (1973-), une suite orchestrale basée sur les œuvres de l'artiste peintre Natasha Turovsky, sur orchestrenouvellegeneration.com, prévu pour le 18 mai 2013 (et non pas 2012).
  4. a b c et d « Décès de l'interprète et pédagogue Yuli Turovsky (1939-2013) », par la Faculté de musique de l'Université de Montréal, le 16 janvier 2013.
  5. [vidéo] Eleonora Turovsky, premier violon, soliste dans « The Lark Ascending » pour violon et orchestre, de Ralph Vaughan Williams, accompagnée par l'Ensemble I Musici de Montréal, dirigé par Yuli Turovski — première partie (10:37) sur YouTube.
  6. [vidéo] Extraits de concerts des I Musici de Montréal dirigés par Yuli Turovsky.
  7. « Yuli Turovsky 1939 - 2013 : Le décès de Yuli Turovsky endeuille le Centre d’arts Orford », sur www.arts-orford.org, le 16 janvier 2013.
  8. La Presse canadienne, « Yuli Turovsky, ancien directeur artistique du Centre d'arts Orford, est mort », sur La Tribune (Sherbrooke), le 16 janvier 2013.
  9. a b c d et e Claude Gingras, « Décès du violoncelliste et chef d'orchestre Yuli Turovsky », dans La Presse, le 15 janvier 2013.
  10. a et b Claude Gingras, « Touchants adieux de Yuli Turovsky », dans La Presse, le 19 mai 2011.
  11. (ru) Юлий Туровский, « Юлий Туровский представляет — Афиша, Выпуск № 617 » (Yuli Turovsk présente [la première saison, de 4 concerts, de l'orchestre de chambre Nouvelle Génération, commençant en décembre 2011] — Affiche no 617), sur www.russianmontreal.ca, le 13 octobre 2011.
  12. Orchestre de chambre Nouvelle Génération : site officiel.
  13. [vidéo] Stéphane Tétreault, brillant élève de Yuli Turovski depuis 9 ans, jouant de son violoncelle Stradivarius, fin janvier 2012 sur YouTube.
  14. « Un précieux Stradivarius pour le violoncelliste Stéphane Tétreault », sur Radio-Canada, le 25 janvier 2012.
  15. (ru) « Умер основатель The Borodin Trio, виолончелист Юлий Туровский: Советский эмигрант, ставший национальной гордостью Канады, оставил после себя более 100 пластинок » ([Est] décédé le fondateur du Trio Borodine, [le] violoncelliste Yuli Turovsky: émigré soviétique, [il] est devenu la fierté du Canada, [il] a fait plus de 100 enregistrements), notice biographique sur Izvestia, le 16 janvier 2013.
  16. Claude Gingras, « Le monde musical se recueille lors des funérailles de Turovsky », dans La Presse, le 21 janvier 2013.
  17. (en) Yuli Turovsky sur AllMusic.
  18. [vidéo] Yuli Turovsky interprétant le 1er mouvement de la sonate Op. 8 pour violoncelle solo de Zoltán Kodály (6 min) sur YouTube.
    [vidéo] Yuli Turovsky, chef soliste avec les I Musici de Montréal, dans le 3e mouvement, Allegro di molto, du Divertimento en ré majeur pour violoncelle de Joseph Haydn (2:64) sur YouTube.
  19. a b et c « Yuli Turovsky : Chevalier, 2010 », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca
  20. « Yuli Turovsky, O.C., C.Q. : Officier de l'Ordre du Canada, admis le 3 novembre 2011, investi le 11 juin 2012 », sur www.gg.ca.

Liens externes[modifier | modifier le code]