Yuli-Yoel Edelstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yuli-Yoel Edelstein
יוּלִי־יוֹאֵל אֵדֶלְשְטֵיין
Illustration.
Yuli-Yoel Edelstein en 2019.
Fonctions
Ministre israélien de la Santé

(1 an et 27 jours)
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou V
Prédécesseur Yaakov Litzman
Successeur Nitzan Horowitz
Président de la Knesset

(7 ans et 7 jours)
Élection 18 mars 2013
Réélection 31 mars 2015
Législature 19e, 20e, 21e, 22e et 23e
Prédécesseur Reuven Rivlin
Successeur Amir Peretz (intérim)
Benny Gantz
Ministre de l'Information et de la Diaspora

(3 ans, 11 mois et 15 jours)
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou II
Prédécesseur Isaac Herzog (Diaspora)
Successeur Benyamin Netanyahou (Diaspora)
Député israélien
En fonction depuis le
(26 ans et 7 jours)
Élection 29 mai 1996
Réélection 17 mai 1999
28 janvier 2003
28 mars 2006
10 février 2009
22 janvier 2013
17 mars 2015
9 avril 2019
17 septembre 2019
2 mars 2020
23 mars 2021
Législature 14e, 15e, 16e, 17e, 18e, 19e, 20e, 21e, 22e, 23e et 24e
Biographie
Nom de naissance Yuli-Yoel Edelstein
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Tchernivtsi (RSS d'Ukraine, URSS)
Nationalité israélienne
Parti politique Yisrael Ba'aliyah (1996-2003)
Likoud (depuis 2003)
Religion Judaïsme
Présidents de la Knesset

Yuli-Yoel Edelstein, né le à Tchernivtsi (URSS, aujourd'hui Ukraine), est un homme d'État israélien, membre du parti Likoud. Originaire de l'Union soviétique, il est président de la Knesset de 2013 à 2020, puis ministre de la Santé de 2020 à 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yuli-Yoel Edelstein est né à Tchernivtsi, une ville ukrainienne, dans une famille juive. Il est le fils du prêtre orthodoxe russe Guéorgui Edelchtein, né d'un père juif et d'une mère polonaise catholique[1]. Fils d'enseignants, il est élevé par ses grands-parents maternels. C'est après la mort de son grand-père que Yuli-Yoel Edelstein commence à étudier l'hébreu.

Étudiant à l'université, il sollicite un visa pour immigrer en Israël, mais les autorités soviétiques refusent sa requête. Il enseigne clandestinement l'hébreu, n'étant pas officiellement qualifié pour le faire.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est président de la Knesset à partir du au cours des 19e, 20e, 21e, 22e et 23e législatures. Il démissionne le [2], après une injonction de la Cour suprême d'organiser l'élection de son successeur[3], alors qu'il a tenté sans succès d'ajourner la Knesset[4].

Il devient ministre de la Santé à partir de , durant la pandémie de Covid-19. À ce titre, il rejette toute demande palestinienne de vaccination de la population des territoires occupés, en dépit des Conventions de Genève sur le droit international humanitaire[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point magazine, « "Tu ne tueras point": en Russie, les derniers prêtres rebelles », sur Le Point, (consulté le )
  2. « Israël: démission du président de la Knesset, un allié de Benyamin Netanyahou », sur Le Temps,
  3. « En pleine pandémie, Israël s'enfonce dans la crise institutionnelle », sur Libération.fr, Libération, (consulté le ).
  4. « Israël : Nétanyahou accusé d'instaurer la «dictature» sous couvert de coronavirus », sur Libération.fr, Libération, (consulté le ).
  5. « Mieux vaut être colon et israélien pour être vacciné en Palestine », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]