Yukio Ozaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ozaki (homonymie).
Yukio Ozaki
Yukioozakicrop.jpg

Yukio Ozaki

Fonction
député à la Chambre des représentants du Japon (d)
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
ShinjukuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Yukio Ozaki (尾崎 行雄 Ozaki Yukio) est un homme politique japonais né le à Sagamihara dans la préfecture de Kanagawa et décédé le .

Après des études à l'université Keiō, il fut ministre de l'éducation en 1898 et maire de Tokyo de 1903 à 1912.

De tendance libérale, Ozaki était un opposant au militarisme, ce qui lui coûta deux séjours en prison lors des deux guerres mondiales.

Ozaki sert à la Chambre des représentants de la Diète pendant 63 ans (1890-1953).

Carrière dans le service public[modifier | modifier le code]

Ozaki est l'un des trois enfants d'Ozaki Yukimasa et de son épouse Sadako qui vivent dans le village de Matano, dans le comté de Tsukuide la préfecture de Kanagawa, dans les collines de la province de Sagami, à 22 km de d'Edo (actuelle Tokyo). C'est là que naissent le trois enfants Ozaki : Yukio en 1858, Yukitaka en 1865 et Yukitake en 1866 - juste à l'époque où le Japon s'ouvre au monde occidental[1].

Ozaki est étudiant au Keio Gijuku, avant de devenir rédacteur en chef du Shimbun Niigata (journal de Niigata) à l'âge de 20. À 22 ans, il retourne à Tokyo où il est nommé au Bureau de la statistique. Il est élu à l'Assemblée de la préfecture de Tokyo en 1885, avant d'être expulsé de Tokyo en 1887 pour 3 ans[2].

Yukio et son frère Yukitaka vont aux États-Unis en 1888, mais Yukio ne supporte pas les températures extrêmes et ne peut dormir dans la chaleur de New York et Washington, DC. Il rentre au Japon par l'intermédiaire de l'Angleterre et est ensuite élu pour son premier mandat à la Diète impériale japonaise. Il sert dans cette position pendant plus de 62 ans, ce qui fait de lui l'un des parlementaires les plus anciens de l'histoire[3].

En 1890, Ozaki est élu pour la première législature en tant que membre de la Chambre des représentants de la préfecture de Mie[2] où il est reconduit à 25 reprises[4]. Durant ces années, il est nommé à un certain nombre de postes ministériels. En 1898, il est ministre de l'Éducation, 1898[5], position dont il doit démissionner en raison d'un discours que les éléments conservateurs de la Diète considèrent comme favorisant le républicanisme; sa démission ne met pas fin à la crise qui culmine avec la chute du Premier Ministre du Japon Ōkuma Shigenobu et un clivage au sein du parti Kenseitō au pouvoir. Plus tard, en 1914, il est ministre de la Justice[6]. Il est encore vénéré au Japon comme le « Dieu du constitutionnalisme » (kensei no kami) et le « père du gouvernement parlementaire »[7].

Il épouse l'enseignant et auteur folkloriste Yei Theodora Ozaki, qui ne lui est pas liée, malgré le partage du même nom que son nom de jeune fille. Pendant de nombreuses années, ses lettres lui sont souvent livrés par erreur et les siennes à elle. En 1904, après la mort de sa première femme, les deux se rencontrent et se marient[8]. Des trois filles du couple, Yukika Sohma allait devenir la première traductrice simultanée anglais / japonais du Japon[9]. Elle prétendait représenter l'héritage de son père, car, déclarait-elle elle ne faisait que suivre les traces de son père en tant que président de l'Association du Japon pour l'aide et le secours (AAR Japon), l'un des réseaux d'organisations co-lauréates honorés en 1997 du prix Nobel de la paix[10].

Kunimatsu Hamada (à gauche) et Ozaki (à droite)

Ozaki était opposé au militarisme et a été parfois enfermé par les autorités pour avoir exprimé des opinions impopulaires. Il pourrait aussi applaudir ceux dont les croyances différaient des siennes. Par exemple, en 1921, des assassins potentiels se sont précipités dans sa maison alors qu'il se cachait dans le jardin avec sa fille, Yukika. Le père de l'un de ces jeunes hommes dangereux a plus tard approché Ozaki afin de présenter des excuses en personne pour les actes de son fils. Ozaki a immédiatement répondu avec un poème tanka de 32 syllabes qu'il tendit à l'homme surpris :

Si c'est le patriotisme qui a poussé le jeune homme,
Mon assassin potentiel en mérite l'honneur[11].

Il est particulièrement actif dans la lutte pour le suffrage universel ; le suffrage universel masculin est créé en 1925. Pendant les années 1930, comme homme politique indépendant, il critique l'influence croissante de l'armée japonaise et plaide pour le vote des femmes. Il est emprisonné pendant les deux guerres mondiales. Salué comme un héros politique après la Seconde Guerre mondiale, il est engagé dans des activités antimilitaristes et pro-démocratiques jusqu'à sa mort.

Comme deuxième maire élu de Tokyo après que son administration a été séparée des préfectures environnantes, il se trouve engagé dans un travail ardu et parfois désagréable, mais sa détermination à améliorer la ville obtient des résultats notables. Les projets d'infrastructure initiaux qui réclament son attention sont de grande envergure : amélioration de l'approvisionnement en eau et de l'évacuation des eaux usées, développement du surfaçage des rues, expansion des services de tramway et supervision des fusions des entreprises de gaz[12]. Sa position de maire fournit également une gamme plus ambigüe des possibilités qui incluent la distraction de dignitaires étrangers comme le secrétaire d'État William Jennings Bryan et le feld-maréchal britannique Lord Kitchener[13].

La ville de Tokyo offre 3 020 jeunes pousses de cerisiers à la ville de Washington D.C en 1912[14]. Depuis ce temps, l'exposition annuelle de Washington de la floraison des cerisiers peut être admirée dans le West Potomac Park entourant le Tidal Basin, résultat de l'obstination d'Ozaki à poursuivre ce projet du temps où il était maire de Tokyo[15]. Ces arbres en fleurs son,t à l'origine de la poursuite du festival national de floraison des cerisiers (en) à Washington, D.C. ainsi que dans d'autres États[16].

Le nom de plume d'Ozaki est Ozaki Gakudo[17] jusqu'à ce qu'il y renonce en 1946 en échange de So-tsuō (qui signifie « grand vieillard de 90 ans »), simplement parce qu'il a atteint l'âge de 90 ans[18]. À partir de 1996, un prix annuel Gakudo est « remis à des individus ou des organisations actives dans le domaines de la promotion de la démocratie, du désarmement et des droits de l'homme »[19].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ozaki, Yukio, Collected Papers Of Yukio Ozaki, vol. 8, Memories from Foreign Tour, cité dans Sayanagi, Kazuo, Life of Yukitaka Osaki, private paper issued at the Zygo Corporation, Middletown, Connecticut; Harriet Beecher Stowe Center, Hartford, Connecticut; Ozaki, Autobiography, pp. 14, 79, xvi, 106.
  2. a et b .Yukio Ozaki Foundation homepage, English Biography
  3. Ozaki Autobiography, pp. 118-119, 436 (Le parlementaire détenant le record de la plus longue période de service ininterrompu est Charles Pelham Villiers (en), membre du Parlement britannique de 1835 à 1898, pour un total de 63 ans et 6 jours de service continu ; le député qui détient le record de temps passé ensemble en tant que député est Sir Winston Churchill, député pendant 63 ans et 10 mois de service non continu – Forrester, Alison, House of Commons Information Office, Personal Email, 19 août 2004.)
  4. Ozaki, Autobiography, pp. xiv.
  5. Ozaki, Autobiography, pp. 177-184.
  6. Ozaki, Autobiography, pp. 285-294.
  7. National Diet Library, Portraits of Modern Japanese Historical Figures
  8. Ozaki, Autobiography pp. 245-246.
  9. Kumiko Torika, [Voices of the Invisible Presence: Diplomatic Interpreters in Post-World War II Japan,] John Benjamins Publishing, 2009 p. 135.
  10. Ozaki, Autobiography, p. 386; ...AAR President Yukika Sohma
  11. Ozaki, Autobiography, p. 342.
  12. Ozaki, Autobiography, p. 224-237.
  13. Ozaki, Autobiography, p. 244-245.
  14. Constable, Pamela. "Nurturing a Legacy of Fleeting Blossoms and Enduring Bonds", Washington Post, 8 avril 2007. p. A-1.
  15. Ozaki, pp. 231-233.
  16. [1]
  17. Ozaki, Autobiography, p. 277.
  18. Ozaki, Autobiography, p. 420.
  19. Inter Press Service Japan (IPSJ) wins Gakudō Award (2006)
  20. Ozaki, Autobiography, p. 393.
  21. Ozaki, Autobiography, p. 392.
  22. a et b Ozaki, Autobiography, p. 437.
  23. Ozaki, Autobiography, p. 435.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]