Yukiko Kada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kada (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Yukiko Okada.

Yukiko Kada
嘉田 由紀子
Illustration.
Fonctions
Gouverneure de la préfecture de Shiga
En fonction depuis le
(12 ans, 3 mois et 27 jours)
Prédécesseur Yoshitsugu Kunimatsu
Présidente du Parti du futur du Japon
Prédécesseur Création du parti
Successeur Tomoko Abe
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Honjō (Saitama, Japon)
Nationalité japonaise
Parti politique Parti du futur du Japon
Diplômé de Université de Kyoto
Profession Universitaire

Yukiko Kada (嘉田 由紀子, Kada Yukiko), née le à Honjō (Saitama), est une universitaire et femme politique japonaise, gouverneure de la préfecture de Shiga depuis 2006.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fille d'un conseiller municipal, elle s'engage dans des études de troisième cycle après être diplômée de la faculté d'agronomie de l'université de Kyoto. Elle s'engage dans des recherches d'écologie, fréquentant entre autres l'université du Wisconsin, et s'investit dans des projets d'aide au développement en Afrique et en Asie. Après l'obtention d'un doctorat en 1981, elle oriente ses recherches sur la protection du plus grand lac d'eau douce du Japon, le lac Biwa, et participe à de nombreuses actions pour l'environnement. Elle a enseigne à la faculté d'écologie sociale de l'université Kyoto-Seika de 2000 à 2006.

La femme politique[modifier | modifier le code]

Elle est élue gouverneure de la préfecture de Shiga le , avec l'investiture du Parti social-démocrate (PSD) et en obtenant 217 842 voix soit 46,2 % des suffrages exprimés, face au sortant (qui était en place depuis 1998 et était soutenu par les trois plus grands partis nationaux) Yoshitsugu Kunimatsu (185 344 voix, 39,16 %). Investie le , elle devient la cinquième femme du pays à avoir jamais été arrivée à ce niveau de responsabilités, et la première de cette préfecture. Elle est réélue plus nettement le pour un deuxième mandat de quatre ans, avec 419 921 voix (63,17 %), face à l'ancien député libéral-démocrate Ken'ichirō Ueno (208 707 votes, 31,4 %).

Toujours portée sur les questions environnementales, elle est membre fondatrice et première présidente du parti du futur du Japon, qui rassemble les forces politiques japonaises écologistes favorables à la sortie du nucléaire civil en vue des élections législatives de décembre 2012[1]. Ce parti est également rejoint par certains dissidents récents de la coalition de centre-gauche portée au pouvoir en 2009, à savoir du Parti démocrate du Japon (PDJ) pour les proches d'Ichirō Ozawa, du Nouveau parti du peuple (NPP) avec Shizuka Kamei ou du PSD à travers Tomoko Abe, mais aussi par le maire de Nagoya Takashi Kawamura et son parti local anti-taxe Genzei Nippon.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Ph. Pons. "Une chef de parti pour les antinucléaires", in 'Le Monde', 7 décembre 2012 [1]