Youth for Climate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Youth for Climate
Image illustrative de l’article Youth for Climate
Situation
Région Monde, notamment France et Belgique
Création
Type Organisation non gouvernementale internationale
Domaine Dérèglement climatique
Écologie politique
Organisation
Fondatrices belges flamandes Anuna de Wever
Kyra Gantois
Coordinatrice Belgique francophone Adélaïde Charlier
Personnes clés Greta Thunberg

Site web https://youthforclimate.be
https://youthforclimate.fr

Youth for Climate (jeunesse pour le climat) est un mouvement mondial de jeunes en faveur d'une mobilisation face au réchauffement climatique. Ils organisent en particulier des grèves scolaires pour le climat dans de nombreux pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kyra Gantois et Anuna De Wever, à la marche pour le climat du 27 janvier 2019.

Le mouvement est né en Belgique début , répondant à l'appel de la suédoise Greta Thunberg, une lycéenne de 16 ans à l'origine de la première grève de l'école pour le climat.

Dans une vidéo publiée le 29 décembre sur Facebook, Anuna De Wever et Kyra Gantois, les 2 initiatrices du mouvement en Belgique, invitent les étudiants belges à faire grève chaque jeudi[1]. Adélaïde Charlier est la coordinatrice du mouvement pour la partie francophone du pays[2].

Le mouvement prend rapidement de l'ampleur, 3 000 étudiants manifestent à Bruxelles le premier jeudi puis 12 000 le jeudi suivant et 35 000 le jeudi 24 janvier[3].

Le mouvement apparaît petit à petit dans d'autres pays (France, Pays-Bas, Suisseetc.).


En France[modifier | modifier le code]

Le mouvement débute et se structure dans les premiers mois de 2019. Les premières assises nationales du mouvement à Nancy, les 13 et 14 avril clarifient le fonctionnement de Youth For Climate France sous forme de groupes de travail sans hiérarchie entre ceux-ci[4].

Le 28 Juin 2019, alors que le mouvement Extinction Rebellion bloque le pont de Sully, les jeunes de Youth For Climate France ocuppent l'espace public devant l'Elysée, pendant plus de six heures. C'est le début des actions de désobéissance civile, qui deviendront communes dans le mouvement par la suite.

Une nouvelle réunion nationale regroupe 130 participants, d’une moyenne d’âge de 17 ans à Bordeaux le week-end du 14 juillet 2019. Durant ces assises, une action de blocage d'un McDonald's de Bordeau est effectuée pendant 10 heures[5]. Des actions telles que les « lights off » (extinction d’enseignes lumineuses), ou les « clean walks » (marches de ramassage systématique de déchets et mégots sur l’espace public) avaient déjà eu lieu précédemment[6].

Les jeunes se réunissent une nouvelle fois à Grenoble du 26 octobre au 2 novembre 2019, à l'occasion de nouvelles assises, avec pour objectif pour le mouvement de se restructurer de l’intérieur, de définir des objectifs précis et une stratégie. C'est un moment clé dans l'histoire du mouvement français, puisqu'il permet à Youth For Climate France de se restructurer de l’intérieur, de réaffirmer son désir d'horizontalité de définir des objectifs précis et une stratégie[7].

Lors de la 4e grève mondiale, le 29 novembre, les militants de certains groupes locaux vont bloquer ou tenter de bloquer des centres commerciaux, en collaboration avec d'autres mouvements écologistes, sous le nom de « Block Friday » pour dénoncer la surconsommation faite pendant le Black Friday[8],[9]. D'autres groupes locaux opteront pour des manifestations.

Début décembre, une délégation de jeunes de Youth For Climate France se rend au Parlement européen. Ils échangent avec de nombreux eurodéputés, à Bruxelles. C'est une nouvelle ouverture pour le mouvement français qui témoigne ses ambitions d'agir à une échelle européenne également.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Vincent, « Deux Flamandes en « grève scolaire » contre le réchauffement climatique », DaarDaar,‎ (lire en ligne)
  2. Wahoub Fayoumi, « Anuna De Wever et Adélaïde Charlier: deux jeunes à la tête du combat pour le climat », rtbf.be info,‎ (lire en ligne)
  3. « Marche des jeunes pour le climat : les organisateurs « espèrent plus de 35 000 personnes » à Bruxelles », Le Soir,‎
  4. « Marche des jeunes pour le climat : « On va continuer de mettre la pression » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 15 juillet 2019)
  5. « Bordeaux : Des jeunes écolos bloquent un McDonald's qu'ils assimilent à une scène de crime écologique », sur 20minutes.fr, (consulté le 30 décembre 2019)
  6. « 70 « jeunes pour le Climat » occupent un McDo à Bordeaux », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2019)
  7. « Grenoble : des jeunes venus de toute la France se rassemblent pour le 3e congrès du mouvement Youth for climate », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 30 décembre 2019)
  8. Natacha Zimmermann et A. F. P. agence, « Qui sont les mouvements derrière les actions anti-Black Friday? », sur Le Figaro.fr, (consulté le 31 décembre 2019)
  9. « « Black Friday » : actions contre la surconsommation et ses conséquences écologiques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 31 décembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]