Youssouf Saleh Abbas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Youssouf Saleh Abbas
(ar) يوسف صالح عباس
Illustration.
Fonctions
Premier ministre tchadien

(1 an, 10 mois et 18 jours)
Président Idriss Déby
Gouvernement Youssouf Saleh Abbas
Prédécesseur Delwa Kassiré Coumakoye
Successeur Emmanuel Nadingar
Biographie
Nom de naissance Youssouf Saleh Abbas
Date de naissance (68-69 ans)
Lieu de naissance Abéché (Tchad)
Nationalité Tchadien
Parti politique MPS
Diplômé de Université russe de l'Amitié des Peuples
Université de Bordeaux
Profession Diplomate

Signature de Youssouf Saleh Abbas(ar) يوسف صالح عباس

Youssouf Saleh Abbas
Premiers ministres du Tchad

Youssouf Saleh Abbas, né en 1953 à Abéché (Ouaddaï), est un homme politique tchadien. Il est Premier ministre du [1] au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Youssouf Saleh Abbas fut directeur de cabinet du président Goukouni Oueddei dans les années 1980. Il fut premier vice-président de la Conférence nationale souveraine de 1993.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Abbas est né à Abéché dans la région du Ouaddai , à l'est du Tchad. Il a étudié en Union soviétique puis en France , obtenant une maîtrise en relations internationales. De retour au Tchad, il a travaillé au ministère des Affaires étrangères en tant que chef de la division de la coopération multilatérale et en tant que directeur de la coopération internationale du au . Il était alors conseiller diplomatique de Goukouni Oueddei. , président du gouvernement d'union nationale de transition (GUNT), du 1 er au et directeur du cabinet du chef de l'État du au président Oueddei limogé le . Du 15 au , il présida le "Séminaire National des Cadres", le forum national de haut niveau qui contribuait à éviter une dislocation du pays entre factions politico-militaires et à rétablir la position nationale. l'unité au Tchad.

Par la suite, Abbas a été conseiller auprès du directeur général du ministère des Affaires étrangères du au Il a également été vice-président de la Conférence nationale souveraine qui s'est tenue de à avril. 1993. Du au , il était directeur général du Ministère de la planification et de la coopération. Il a mené des activités de conseil auprès du PNUD et de l'USAID entre 1994 et 1997. D' à , il a été directeur général de l' Agence tchadienne d'exécution des travaux d'intérêt public avec le soutien et la coopération du monde entier. Banque.

Abbas, en opposition au président Déby, a rejoint le Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT), basé au Tibesti , groupe rebelle dirigé par Youssouf Togoïmi , lors de sa création en , au service de Paris (il vivait à Paris). exil en France depuis plusieurs années ) en tant que coordinateur externe du groupe. Le , il a démissionné du MDJT, avec trois autres membres de la coordination externe du MDJT, en raison de ce qu'il a décrit comme des "excès" de Togoïmi. Après un accord avec le gouvernement, il est retourné au Tchad. Il a rejoint Déby en 2006 et est devenu conseiller de Déby pour les relations internationales et la coopération le , ainsi que représentant spécial de Déby, de rang ministériel au sein de la Force de l'Union européenne. et la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) le . Il est resté en poste comme conseiller et représentant spécial jusqu'à sa nomination en tant que Premier ministre. Il n'est membre d'aucun parti politique.

En tant que Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , Déby a nommé Abbas Premier ministre limogeant le Premier ministre Delwa Kassiré Koumakoye . S'exprimant à la radio par la suite, Abbas a déclaré qu'il chercherait à travailler avec d'autres partis politiques lors de la formation de son gouvernement. Il a noté que les attentes de la population étaient élevées mais a ajouté que sa tâche ne serait pas facile. La nomination d'Abbas, un Est, a marqué une rupture avec la pratique habituelle de Déby consistant à nommer des premiers ministres du sud (Déby lui-même est un nordiste) et devait vraisemblablement aider à résoudre la rébellion à l'est. Au moment de sa nomination, Abbas était considéré comme un inconnu relatif du grand public, mais il jouissait d'une bonne réputation dans les milieux politiques.

Les différents groupes rebelles tchadiens ont réagi de différentes manières à la nomination d'Abbas. Mahamat Nouri de l' Alliance nationale a déclaré qu'aucun changement fondamental ne pouvait survenir sous Déby et a qualifié cette nomination de "non-événement" dénué de sens. L’ Union des forces pour le changement et la démocratie a déclaré qu’elle attendrait de voir la marge de manœuvre laissée par Déby à Abbas, tandis que le Rassemblement des Forces pour le changement a annoncé qu’il attendrait de voir quel serait le programme politique d’Abbas.

La principale coalition de partis d'opposition, la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), avait précédemment suspendu les discussions avec le gouvernement à la suite de la bataille de N'Djamena en , au cours de laquelle trois dirigeants de l'opposition (dont le porte-parole du CPDC, Ibni Oumar Mahamat) Saleh ) avait été arrêté. À la suite de la nomination d'Abbas, le CPDC a accepté de se joindre au gouvernement lors d'une réunion avec Abbas le , bien que certains membres de la coalition, y compris le Parti pour les libertés et le développement (PLD) d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, aient désapprouvé cette décision. Ils voulaient qu'Abbas révèle ce qui était arrivé à Saleh (qui manquait toujours) en échange de leur participation au gouvernement.

Le gouvernement d'Abbas a été annoncé le et comprenait quatre membres du CPDC dans des portefeuilles clés: Défense (détenue par Wadal Abdelkader Kamougué ), Justice (détenue par Jean Alingué ), Planification, Développement urbain et Logement (détenue par Hamit Mahamat Dahalob ) et Agriculture (détenue par Naimbaye Nossunian ). Le PLD a refusé de participer car Saleh n'avait pas été libéré. Le gouvernement comprenait 25 ministres et huit secrétaires d'État. une des tâches essentielles du gouvernement dirigé par Abbas était la mise en œuvre de l'accord entre le parti au pouvoir et le parti politique, signé en et destiné à mener à des élections législatives en 2009 .

Abbas est resté en poste pendant près de deux ans. Après , il n'a plus eu de réunion du gouvernement et on pensait qu'il y avait des "différences politiques" entre Abbas et Déby. Abbas a présenté sa démission à Déby le et Déby a immédiatement nommé Emmanuel Nadingar pour le remplacer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 559/PR/2008 du 15 avril 2008