Yi Bangja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yi Bangja
Description de cette image, également commentée ci-après
Princesse héritière Euimin de Corée
Biographie
Titulature
Dynastie Nashimoto-no-miya
Naissance
Tokyo
Décès
Séoul
Père Prince Nashimoto Morimasa
Mère Nabeshima Itsuko
Conjoint Prince héritier Euimin
( - )
Enfants Yi Jin
Yi Gu
Photo de mariage

Yi Bangja (李方子, Ri Masako?) (Hangeul:이방자; Hanja: 李方子) - est l'épouse du prince héritier Euimin de Corée[1]. Elle et son mari auraient été empereur et impératrice de l'empire coréen si la Corée n'avait pas été annexée à l'empire du Japon en 1910.

Naissance[modifier | modifier le code]

Née princesse Masako Nashimoto, elle est la fille ainée du prince aristocrate japonais Nashimoto Morimasa, septième fils du prince Kuni Asahiko et de son épouse, la princesse Itsuko, une fille du marquis Naohiro Nabeshima. Elle est cousine germaine de l'impératrice Kōjun du Japon, l'épouse de l'empereur Shōwa et mère de l'empereur Akihito et de la princesse Yoshiko, l'épouse du prince Yi Geon (en). Du côté de sa mère elle est aussi cousine germaine de la princesse Setsuko Matsudaira, épouse du prince Yasuhito Chichibu, frère cadet de l'empereur Hirohito.

Mariage[modifier | modifier le code]

La princesse Masako est un des principales candidates pour épouser le prince héritier du Japon, le futur empereur Hirohito. Parmi les autres candidates figurent la princesse Kuni Nagako (future impératrice Kōjun) et Tokiko Ichijō, une pairesse. La possibilité d'infertilité et la faible influence politique de sa famille sont parmi les raisons pour lesquelles elle est retirée de la liste des candidates. Cependant, la princesse Masako est choisie à la place pour épouser le prince héritier Euimin de Corée, retenu par le gouvernement japonais au prétexte d'études à l'étranger en 1916. Le mariage a lieu le au palais du roi de Corée à Tokyo. La princesse Masako est encore étudiante à l'école des filles de pairs de la Gakushūin à l'époque et son nouveau titre devient Son Altesse Royale Bangja, princesse héritière Euimin. Malgré un diagnostic de fertilité défavorable avant son mariage, elle donne cependant naissance à un fils, le prince Jin, le mais celui-ci meurt dans des circonstances suspectes lors de sa visite en Corée avec son mari le .

Le , la princesse héritière Bangja reçoit le titre formel de sa majesté Reine Lee lorsque l'empereur Sunjong, frère ainé du prince héritier Euimin, meurt. Selon les termes du traité d'annexion de la Corée, le titre royal coréen est rétrogradé d'« Empereur » à « Roi » et le prince héritier Euimin n'est jamais officiellement couronné ; par conséquent la princesse Masako continue à porter le titre de « Bangja, Princesse Euimin ». Le , elle donne naissance à un second fils, le prince Gu.

Dernière princesse héritière de Corée[modifier | modifier le code]

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, tous les anciens titres royaux et nobiliaires sont abolis par les autorités américaines d'occupation. La crainte de Syngman Rhee, président de la République de Corée, vis-à-vis de la popularité du prince héritier Euimin empêche le retour de la famille et ils vivent dans le dénuement comme résidents coréens au Japon. En novembre 1963, la princesse héritière Bangja et sa famille reviennent en Corée à l'invitation du président Park Chung-hee et sont autorisés à résider au palais de Changdeok au centre de Séoul[2]. Cependant, à cette époque, le prince héritier Euimin est déjà inconscient à la suite d'une thrombose cérébrale et est transporté à l'hôpital Sungmo de Séoul où il reste cloué au lit pour le reste de sa vie.

Par la suite, la princesse Bangja se consacre à l'éducation des handicapés mentaux et physiques. Elle devient successivement présidente de divers comités, dont le « Comité de commémoration du prince héritier Euimin » et le Myeonghwi-won, un asile pour les personnes ou les patients sourds-muets souffrant de paralysie infantile et elle fonde l'école Jahye et l'école Myeonghye qui aident les personnes handicapées à s'adapter socialement. Elle est adorée comme la « mère des handicapés en Corée » et malgré les sentiments anti-japonais en Corée persistants, elle est une Japonaise très respectée en Corée[3],[4].

Quelques membres de la famille Nashimoto (en), ses proches, lui rendent visite à Séoul en octobre 2008 pour lui rendre hommage. Les Nashimoto continuent de soutenir ses fondations caritatives pour aider les personnes handicapées de Corée même après la mort de la princesse en 1989[5].

Décès[modifier | modifier le code]

La princesse héritière Bangja meurt d'un cancer le à l'âge de 87 ans au Nakseon Hall du palais de Changdeok. Son enterrement est organisé sous forme de semi-obsèques nationales en présence du prince Takahito Mikasa et de la princesse Yuriko Mikasa du Japon et elle est enterrée auprès de son mari, le prince héritier Euimin, au Hongyureung de Namyangju près de Séoul.

Son autobiographie, Le Monde est Un. Autobiographie de la princesse Yi Pangja, est à présent épuisée.

Enfants[modifier | modifier le code]

  1. Prince Yi Jin - . Il est empoisonné durant une visite en Corée avec ses parents. Ses obsèques ont lieu le et il est enterré en Corée.
  2. Prince Yi Gu - . Le prince Gu devient le 29e chef de la maison impériale coréenne (en) à la mort de son père.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 1901-1920 : Son Altesse royale la princesse Masako de Nashimoto (naissance) ;
  • 1920-1989 : Son Altesse impériale Banja, princesse héritière Uimin de Corée ;
  • 1926-1945 : Sa Majesté la reine Lee.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ko) 김희애 조선 마지막 황태자비 이방자 역 캐스팅
  2. Naver dictionary http://100.naver.com/100.nhn?docid=126171
  3. Interview with principal of Jahye school in South Korea (우리 모두는 남이 아닌 한 이웃)
  4. Selon le témoignage de son élève qui avait été prise en charge par la princesse Lee et des travailleurs bénévoles.이방자 여사는 장애인을 이끌어준 등불 (« Princesse Lee, le phare pour les personnes handicapées ») , Yonhap News
  5. (ko) 영친왕비 이방자 여사 종친 방한

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]