Yeumbeul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yeumbeul
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Région
Département
Coordonnées

Yeumbeul (ou Yembal) est une ville du Sénégal, située à une vingtaine de kilomètres de Dakar, à l'entrée de la presqu'île du Cap-Vert.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est à remarquer que très souvent, le nom et l'histoire sont liés à des événements particuliers à un personnage héroïque etc.

L'histoire du village de yeumbeul est étroitement liée à la guerre, à la religion et l'environnement. Mais il est impossible de retracer cette histoire sans remonter à l'histoire de Dakar mais aussi du Cayor en général, compte tenu du fait que Dakar a été créé par les descendants de DIAL DIOP, roi de Dakar de 1795 à 1818. La création du village tourne autour du personnage central de Moussé Anta Diop, 2eme parmi les quatre fils de DIAL DIOP. Encore aujourd'hui, le village est dirigé par ses descendants en se sens que l'actuel chef du village se nomme Moussé Diop Alé ; grand père maternel de votre serviteur.

C'est précisément au XVIIe siècle qu'un homme, Beurguet Teymou Diop, marabout guerrier venu de COKI, s'installe à Dakar aux abords de l'actuel quartier de la Médina, il enseigna le coran aux Lébous et réussit à convertir à l'islam beaucoup d'entre eux, dont le roi de Thieudème, Birame Tagoulé Kheury Mbengue. La tache devint alors tellement pesante qu'il dut recourir à l'aide de ses parents marabouts originaires du Ndiambour qui vinrent alors s'installer à Dakar. Ce quartier finit par s'appeler Thieungue (le quartier des marabouts) qui fait partie de la Médina. Le roi Birame Mbengue finit par donner en mariage sa propre fille Ngoné Mbengue à ce marabout guerrier et de cette union naquit Dial Diop qui continua l'œuvre d'islamisation entamée par son père d'où le nom de Serigne Ndakarou qui lui collera toute sa vie, il sera Serigne Ndakarou en 1765. Il créa son nouveau quartier Santhiaba et deviendra l'imam de la mosquée qu'il y érigea. Mais il en avait plus que mare des exactions de la part des Tiedos de l'armée cayorienne du Damel Amary Ngoné Ndella Fall. Il déclara la guerre à ce dernier car il voulait faire de Dakar un royaume théocratique musulman. C'est une guerre qui dura de 1790 à 1795 ou les cayoriens subissant de nombreux revers finirent par reconnaître l'indépendance de Dakar en 1795. C'est en cette même année que Dial Diop fut intronisé roi et marabout de Dakar. Durant cette guerre de libération, il a souvent fallu enger des barrages militaires afin de repousser les Tiedos. Il faut préciser que Dial Diop avait eu 04 fils (Matar Anta Diop, Moussé Anta Diop, Massamba Coki Diop et Moutoufa Diop) et 02 filles (Binta Diop et Aminata Diop). D'ailleurs sa fille Aminata Diop fut épousée par le roi de Taïba Matar Ndiaye pour donner naissance au célèbre roi Songo Ndiaye de taiba, qui livra beaucoup d'armes à Lat Dior sous l'impuissance des français. Bref durant sa guerre de libération, Dial Diop porta le choix sur son 2e fils Moussé Anta Diop pour diriger le barrage militaire de Diar Raye (Thiaroye pour les français) car il y'avait là une longue colline (Diar Raye Kao ou Thiaroye Kao) qui servait de poste d'observation militaire permettant de filtrer l'entrée des Tiedos. A la fin de la guerre Moussé Anta choisit de rester au pied de colline pour y cultiver la terre au lieu de retourner au palais Dakarois de son père .Il demande à son cousin et compagnon de Alassane Niang de s'installer à Diar Raye Guedj (Thiaroye sur mer).Encore aujourd'hui les descendants de ce dernier dirigent ce village, les Niang. Il donna en mariage sa sœur Binta Diop, fille de Dial à un marabout du Fanta Demba Dia, et ses descendants, les Dia dirigent encore cette contrée de Thiaroye Kao. Moussé Anta épousa "Beuk Paye", fille du Diaraf de Dakar dont il eut Dial Diop "Beuk paye", Youssou Beuk Diop ; il comola en secondes noces avec Mai Seck et de ce mariage naîtra Souleymane Mai Diop. Moussé Anta Diop demandera la veille de sa mort à ses fils de s'installer plus à l'Est pour laisser les terres de Thiaroye Kao à leurs cousins, les Dia. Il fut enterré à l'orée de la mosquée aujourd'hui appelée "Dioumadji" près du marché Boubess de Guédiawaye, où se trouvait anciennement le sommet de la colline appelée Wèkett par les Lébous. Ce poste d'observation culminant au barrage de Thiaroye et se situe actuellement sur la route du marché Boubess de Guédiawaye. C'est alors que, pour obéir à la consigne paternelle, son fils ainé Dial Diop "Beuk Paye" s'installa plus à l'Est sur le site appelé Gouye Teidd (Baobab couché ) c'est-à-dire prés de la route de la Marine, en face du CDEPS et du collège Momar Maréme Diop de yeumbeul. A l'époque le Baobab couché se trouvait prés du lac marécageux de yeumbeul (remuant) qui donnera plus tard son nom au village de yeumbeul. Dial Diop Beuk Paye s'y installa avec son fils Momar Kheury Diop, quittera le site pour créer son propre village dans la contée de Diander ; ce village qu'il nomme Keur Souléye existe encore. Mais les événements dans le cœur de Dakar seront toujours lourds de conséquences sur la vie du village de Yeumbeul. En effet, après la mort du grand Serigne Matar Anta Diop en 1831, d'autre grands serignes lui succédèrent, toujours choisis parmi les descendants de Dial Diop et s'ouvre alors l'ère de petit fils. Dial Diop Beuk Paye (Dial Diop II)fut intronisé grand Serigne en raison de son appartenance à la famille de Dial Diop mais aussi des origines nobles de sa mère Beuk Paye, fille de Djaraf. Il dut quitter yeumbeul pour s'installer à Dakar au palais de son grand père. Mais qui devait alors diriger le village car Souleyemane Mai parti s'installer dans le Diander, Dial Diop II Dakar et Momar Kheury ainsi que les enfants de Dial Diop II (Malick, Daouda, Alé, Moussé, Souleymane) étaient encore trop jeunes. Dial Diop II dut recourir à son neveu Magueye Ndiaye qu'il fit venir de Yoff pour diriger le village et ce durant 08 ans. Magueye Ndiaye est l'ancêtre de la famille Ndiayenne, prés de l'actuelle mosquée Layenne et parmi ses descendants, on peut citer Seydina Ndiaye prof, Ngatté Ndiaye etc. Momar Kheury grandit et devint le nouveau chef de village. Mais une peste ravageuse qui se déclara non loin du village, précisément à Malika, obligera ce dernier à déplacer les habitants vers l'actuel site du centre de yeumbeul aux alentours de la mosquée Layenne. Après Momar Kheury, le village sera dirigé par Ablaye Diop "Daour Fatim" plus connu sous le nom de Baye Aye. Ce dernier sera remplacé par Alé Diop, père de l'actuel chef du village Moussé Diop Alé. Il est à noter, Yeumbeul de par son nom rôle dans l'histoire militaire et dans la libération de Dakar donna à ce dernier des chefs illustres parmi lesquels les grands Serignes Dial Diop II, son fils Moussé Diop (grand père de Ablaye Makhtar Diop), Momar Maréme Diop, son fils Ibrahima Diop Maréme et même Libasse Diop Souleymane, petit fils de Dial Diop II. En ces temps, les valeurs qui faisaient distinguer le village étaient le courage, le sens de l'honneur, la fierté du sol natal, le sens de la justice et de l'équité nobles émouvants peut être de leur grand père Beurguet Teymou, père de Dial Diop. En effet Beurguet Teymou était un chef de la province du Guet dans le Cayor. Les chefs de cette contrée s'appelaient Beurguet ou Bourguet (roi du Guet). Le Guet était dirigé par la famille des Diop dont est issu le grand père de Lat Dior Diop, Sakhéwar Fatma Diop, père de Médoune Sakhéwar, lui même père de Sakhéwar Sokhna Mbaye Diop. Leur titre avait précédé de 03 siècles le titre de Damel car leur grand père Guédo Diop, 1er chef du Guet et général de l'armée du djoloff était issu du mariage entre le Barack du Walo Couly Coudou Mbaba Diop et Maréme Ndiaye, fille de Ndiadiane Ndiaye. Donc la religion nouvelle quoique fortement ancrée n'a pas pu altérer les sentiments guerriers et nobles de ces chefs à l'épopée prestigieuse. C'est une erreur de croire que yeumbeul est un village issu du néant. Il fut forgé par le sang, le courage et l'intelligence d'une famille aux exploits longtemps chantés par les griots. A cause de leur solidarité qui leur permit d'offrir des terres et leurs filles mariage à de nombreux gens venus de l'intérieur du pays. YEUMBEUl finira par se développer, prospérer pour ensuite devenir le grand village qu'il est aujourd'hui, même si l'exode rural, la forte natalité et la vente des témoins y contribuèrent grandement

Administration[modifier | modifier le code]

Yeumbeul se trouve dans le département de Pikine (région de Dakar).

La ville comprend deux communes d'arrondissement, Yeumbeul Nord et Yeumbeul Sud, créées en 1996.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Nimzat, Bene Barak, Boun, Thiaroye Gare et Djidah Thiaroye Kaw.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, Yeumbeul Nord et Yeumbeul Sud comptaient respectivement 104 199 et 80 439 personnes. Fin 2007, selon les prévisions officielles, ces chiffres s'élèveraient à 118 462 et 91 449.

Les premiers habitants étaient des Lébous qui vivaient en communauté dite Laayeen, mais les nouveaux habitants sont plutôt des Wolofs ou des Toucouleurs.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Yeumbeul est une zone assez défavorisée de la grande banlieue de Dakar. Le transport urbain est la principale source de revenu de la population de Yeumbeul. Mais du fait des inondations saisonnières, les routes deviennent de plus en plus dévastées entrainant des difficultés au niveau des chauffeurs. Il faut aussi noter que cette activité reste dominée par les Wolofs. Toutefois, le commerce reste une activité grandement pratiquée par la population à travers les différentes marchés hebdomadaires.

Personnalités nées à Yeumbeul[modifier | modifier le code]

  • Momar N'Diaye, footballeur
  • Mame Alassane Laye, ancien calife général des Layènes
  • Momar Maréme Diop, ancien grand serigne de Dakar, qui a donné son nom au collège local (CEM)
  • El Hadji Samba Yero Sow, ancien maire de Yeumbeul Sud, membre du Conseil Economique et Social (1986-2001), ancien President des Eleveurs du Senegal.
  • Fatou Laobé, célèbre artiste et productrice sénégalais
  • Youry Sall jeune dynamique, responsable politique Apr,

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Soumare, « Local initiatives and poverty reduction in urban areas: the example of Yeumbeul in Senegal », International Social Science Journal, 2002, vol. 54, n° 172, p. 261-266
  • (fr) Françoise Lemaître, Yeumbeul, Université de Paris I, 1971, 62 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Marie-Christine Castets, Monographie d'un espace de rencontre entre quartiers réguliers et quartiers irréguliers à la périphérie de Pikine : Guedjewaye-Yeumbeul, Université de Paris I, 1985, 123 p. (Mémoire de Maîtrise)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Philosophes guerriers de Yeumbeul, un film documentaire sur les marginaux de Yeumbeul, de Jérémy Piolat (Sénégal, France, Suisse, 1999, 52 min), primé à Montréal, Genève et Namur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]