YesWeHack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

YesWeHack Logo

Adresse yeswehack.com
Description Bug Bounty (chasse de bugs | prime à la faille)
Type de site Informatique
Nombre d'inscrits 22 000
Siège social Paris
Lancement 2013

YesWeHack est une plateforme permettant la mise en contact entre des entreprises et des hackers éthiques (hackers aux chapeaux blancs)[1],[2]. Elle a été lancée en 2013 par Guillaume Vassault-Houlière et Manuel Dorne. Elle s'inscrit dans le cadre des « Bug Bounty », chasses aux bugs ou prime à la faille, permettant aux entreprises de rémunérer les informaticiens détectant des failles de sécurité (et rémunéré 50 à 20 000 euros)[3],[4].

L'entreprise revendique une communauté d'environ 22 000 hackers[5], classés selon leurs performances. Ces derniers ne sont cependant pas salariés mais évoluent pour la plupart sous le statut d'autoentrepreneur[6].

En 2019, l'entreprise a levé 4 millions d'euros afin de poursuivre sa croissance à l'international[7]. Elle est actuellement leader du marché européen avec son concurrent français Yogosha[8] et le néerlandais Zerocopter. Elle compte parmi ses clients Lazada[9], Parrot[10], La Poste Suisse[11], Orange, BlaBlaCar, CNP Assurances, Qwant, Dailymotion, le ministère français des Armées, Tesla, BMW ou encore la région Île-de-France[12],[13]. En mai 2020, la plateforme a également été choisie pour tester la sécurité de l'application de tracking française StopCovid, devenue TousAntiCovid[14]. Au niveau mondial, l'américaine HackerOne reste devant[15], avec plus de 100 000 membres[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.lanouvellerepublique.fr/economie/mieux-se-proteger-a-l-ere-du-digital-un-defi-de-demain », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  2. « Guillaume Vassault-Houlière, YesWeHack : le Bug Bounty est aujourd’hui une pratique mature et reconnue », sur Global Security Mag Online (consulté le )
  3. Valentin Hamon-Beugin, « «Piratage éthique»: une activité de plus en plus convoitée », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  4. « Cyberattaques : comment les banques déjouent les nouvelles menaces 4/5 », sur La Tribune (consulté le )
  5. « Cyberattaques : le bug bounty pour contrer, l’exemple de YesWeHack », sur Bpifrance, (consulté le )
  6. « Cybersécurité: comment Yes We Hack connecte les entreprises aux hackers éthiques », sur Challenges (consulté le )
  7. Nicolas Woirhaye dit, « Yes We Hack lève 4 millions d’euros pour renforcer sa plateforme d’hackers éthiques à l'international », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  8. a et b « YesWeHack et son hacking éthique lève 4 millions d’euros », sur start.lesechos.fr (consulté le )
  9. « La plateforme de e-commerce Lazada, basée en Asie du Sud-Est, lance un programme public de Bug Bounty avec YesWeHack », sur Global Security Mag Online (consulté le )
  10. « Parrot lance son Bug Bounty en partenariat avec YesWeHack », sur Global Security Mag Online (consulté le )
  11. « La Poste invite les hackers à rechercher ses failles de sécurité », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  12. « L’armée française lance un programme de bug bounty », sur Siècle Digital, (consulté le )
  13. Hassan Meddah, « Au FIC, le coup de gueule d’un hacker éthique contre Renault et Peugeot », journal,‎ (lire en ligne)
  14. « Coronavirus : les hackers font passer un sale quart d'heure à l'appli StopCovid », sur SudOuest.fr (consulté le )
  15. Par Louis Adam | Modifié le mercredi 20 févr 2019 à 14:17, « Yes We Hack lève 4 millions d’euros », sur ZDNet France (consulté le )