Yasuo Mizui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yasuo Mizui
Mizui scans 205.jpeg
En 1964, à l'âge 38 ans, devant le Yoyogi National Gymnasium en construction, à Tokyo.
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Drapeau de la France France, Apt à l'hôpital
Nom dans la langue maternelle
水井康雄Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales
Microcosme et macrocosme / France, Les murs des fossiles / Japon, La clef d'amour / Berlin, L'écho de rire / États-Unis

Yasuo Mizui (水井康雄) est un sculpteur japonais du XXe siècle, né le à Kyoto et décédé en 2008 à Apt[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Yasuo Mizui est un sculpteur sur pierre. En 1944, il entre à l'École Supérieure des sciences de Kōbe. Pendant la Seconde Guerre mondiale il travaille comme technicien. Bien que désorienté dans l'après guerre, il termine sa thèse sur le moulage des grands bouddhas de bronze (fin d'études de technologies). Il est fasciné par ces statues. Il change alors d'orientation pour devenir artiste. Il affirme que les beaux-arts sont sans frontières, sans guerre et qu’ils favorisent la paix dans le monde. Après cette décision, il reprend ses études à l'université des arts de Tokyo. Puis il obtient une bourse du gouvernement français et s'inscrit à L’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, où il étudie, notamment sous la direction d'Alfred Janniot et Marcel Gimond, de 1953 à 1958[2]. Il se lie d'amitié notamment avec le sculpteur Georges Delahaie.

À partir de l'été 1954, il devient l'assistant du sculpteur espagnol Apelles Fénosa et le reste jusqu’en 1958. Mizui passe tous ses après-midis à l’atelier de Fenosa. Celui-ci lui demande de produire, dans l’attente de son arrivée à l’atelier, un petit modelage d'argile chaque jour. Cette expérience de labeur quotidien deviendra, pour Mizui, le ressort de sa création et de sa carrière. Il est invité à onze symposiums de sculpture dans divers pays, en Yougoslavie, Autriche, Israël, Grenoble, au Japon et en Tchécoslovaquie etc. En France, divers établissements publics lui demandent des sculptures au titre du 1 % artistique[3].

Jeux Olympiques au Japon et en France[modifier | modifier le code]

Il a fait Les murs des fossiles pour les Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, et Microcosme et macrocosme pour les Jeux olympiques d'hiver de Grenoble, en France.

Les murs des fossiles
Mizui scans 197.jpeg

Les murs des fossiles (granit / 2mx 93x 0.3 / 1964 / Yoyogi National Gymnasium)  Le Yoyogi National Gymnasium est un palais des sports situé dans le parc Yoyogi à Tokyo, au Japon. Il a été conçu par Kenzō Tange et construit entre 1961 et 1964. Le grand relief de Mizui a été aménagé à l'intérieur de ce bâtiment. Ce relief abstrait, qui décore un couloir de 93 m de longueur totale, est composé de 408 morceaux de blocs de granit de 35 cm x 60 cm -1,82 cm x 30 cm. Ces blocs de granit proviennent du Kitagishima, aussi appelé "île de pierre", Préfecture d'Okayama. Le poids total atteint plus de 160 tonnes. Mizui a reçu une demande de Kenzō Tange en octobre1963 qu’il commence à réaliser à partir de février1964 jusqu'à juillet de la même année avec l'assistance de dix personnes à Kitagishima. Ce granit sculpté a été transporté, composé à Tokyo et achevé à la fin août, puis en septembre, présenté à la presse étrangère[4]. Son concept exprime, en dix paysages, l'implication profonde dans l’expérience de la vie et de la nature. Il a puisé dix images dans la pierre comme une mémoire des fossiles ; Voyage - Flamme - Poids - Parfum - Obsession - Eau - Sagesse - Son - Temps - Lumière. Comme toujours, l'artiste a travaillé tous ces éléments à la main, taillant la pierre avec la pointe, la gradine, de grands et petits marteaux sans utiliser de machine[5].


"Macrocosme et Microcosme" (pierre / 13mx 81x 0,4 / Village olympique de Grenoble)[6].

Deux murs de 40 m de Macrocosme et de Microcosme où s'expriment les notions de maximum et de minimum du monde. « Le maximum » symbolise la Vie de la nature au-delà de l'individu, tels que la Forêt, la Montagne, la Mer, la Rivière, tandis que « le minimum » symbolise le conflit intérieur propre à l’être humain. Il y a la réflexion sur le monde de la nature et de l'homme[7].

マルロー

À l'époque de Charles de Gaulle, le ministre d'État chargé des Affaires culturelles et grand connaisseur des arts, André Malraux, a visité le monument et a exprimé son admiration à Mizui[8].

1 % artistique[modifier | modifier le code]

En France, la loi de 1951 prévoit que 1 % des sommes consacrées par l’État pour chaque construction d'un bâtiment public soit affecté à la réalisation d’une œuvre d’art intégrée au projet architectural. Par la suite, dans le cadre de la décentralisation, ce principe est étendu aux collectivités locales. La majorité des œuvres de Mizui en France sont des commandes entrant dans le dispositif du 1 % artistique. Ainsi, entre 1968 et 1982, il a construit 26 sculptures, obtenant donc plus d'une commande publique chaque année. Le Mur qui s'ouvre(béton / 4,5 m x 13 x 1,4 / 1972 / Lycée Louis Bascan, Rambouillet) est un mur de soutènement. L'artiste a utilisé des moules de polyester expansé, matériau qu’il a découpé grâce à une résistance électrique, une technique très personnelle de Mizui, fruit de sa formation scientifique. Lorsque la face vue est dans l'ombre, le second plan visible dans l'interstice central s'éclaire, comme une invitation à la lumière. La force de l'intention et la souplesse de la sensibilité se concentrent dans la vitalité de la pierre scuptée[9].

Symposium[modifier | modifier le code]

Clet d'amour

Le Symposium de sculpture est l’occasion d’une nouvelle direction du travail de Mizui dans la perspective de développer et de promouvoir le sens de la monumentalité sculpturale dans la beauté urbaine. C'est aussi une compétition entre les artistes visant à démontrer la capacité de chacun à façonner un même matériau. Ce mouvement a été réalisé depuis 1959, à la Carrière de St.Margarethen, en Autriche[10]. La première participation de Mizui en Autriche date de 1960. Il y découvrit le charme de travailler à partir de grands blocs de pierre de 4 mètres. En 1962, il réalise l’œuvre, la  Clef d'amour (pierre / 4 m x 0,9 x 0,6) devant le Mur de Berlin, en Allemagne, en reprenant à son compte le slogan de ce Symposium : «le mur à l'est, la création d'une sculpture à l'ouest ». Cette œuvre remporta le prix de la critique allemande. Mizui affirma "Il y a un mur qui sépare l'est et l'ouest. Le mur, il fait une histoire triste comme tous les jours. Notre colère silencieuse a soutenu cette réunion. " Cette statue a été déplacée depuis, elle est actuellement présentée dans le Berlin Square[11]. Mizui a participé au Symposium de Manazuru, Japon avec le soutien de Asahi Shinbun, en tant que leader, et a également participé à onze autres Symposiums dans huit pays différents[12],[13].

Diagonal Yin Yang[modifier | modifier le code]

Yin Yang

Devant la Fontaine de Vaucluse qui se trouve près de chez lui, Mizui affirma : «Pourquoi pas, la Chute d'eau de Nachi jaillirait quelque part en France dans la mesure où la pluie creuse sans cesse la roche de la fontaine.» Plus tard, quand il a visité la Chute d'eau de Nachi au Japon, son cœur, sa chair tremblaient devant cette cascade, il était convaincu, «La cascade de Nachi avait vraiment percée la terre pour rejaillir dans le Vaucluse.» Sa vie, jusqu'à 70 ans (le moment de la réalisation de Diagonal Yin Yang), fut partagée entre le Japon et la France. Deux chemins, deux cultures inachevées. Mizui s’interroge souvent sur la place de ces deux extrêmes dans son travail sculptural où il se sent pris entre le marteau et l'enclume. Parallèlement à ces deux réalités qui se côtoient dans son œuvre, l'une subissant l'influence de l'autre, les caractères yin et yang sont également identifiés par Mizui au Japon (yin) et à la France (yang). Cette assimilation prend davantage de consistance grâce au mouvement qui rapproche les deux pays. C’est dans la conversation et l’affrontement entre les aspects yin et yang qui sans cesse s’opposent, se répondent, se repoussent et s'embrassent qu'il découvre, à travers sa sculpture, de nouvelles formes jusque-là encore inconnues. Une montagne, une rivière, une maison ou une femme apparaissent comme des éléments Yin. Tandis qu'une fleur, un arbre, un animal, un mécène seront en général dotés du caractère Yang. Il interroge constamment l’expression de sa sculpture en termes de forces Yin ou Yang. Il dit lui-même «La réponse ressemble à un jeu de masque entre vérité et mensonge[14].» Mizui a appris par son ami Tadao Takémoto, écrivain de André Malraux et la cascade de Nachi, qu'André Malraux a dit : «La cascade de Nachi est la colonne vertébrale du Shintoïsme [15] Diagonal Yin Yang est une série de 40 sculptures de pierre, réalisée au Japon pour l'exposition de 1995 à la Galerie Tatuno Hiranomachi, à Osaka. Après cette exposition, toutes ses œuvres ont été transférées en France, dans son jardin de sa résidence à Lacoste. Deux statues a été offertes à l'occasion de l'exposition de Luxeuil-les-Bains (2013)[16].

Le Mur de l’Espoir[modifier | modifier le code]

Le Mur de l’Espoir

En 1985, lors d’un projet avec l'homme d’affaires japonais et mécène Seita Onishi, Mizui se passionne pour l’acteur américain James Dean. Ensemble, ils ont pour objectif de créer un Centre James Dean. Ce centre aurait été implanté à Cholame en Californie, aux États-Unis, à proximité du lieu de l’accident de la légende du cinéma. Il travaille sur ce projet pendant trois ans en produisant des croquis, des sculptures, et en réalisant plusieurs voyages aux États-Unis. À la suite d'un désaccord avec le propriétaire des lieux, le projet ne put aboutir. Mais il en subsiste le Mur de l’Espoir, une sculpture monumentale (13 x 4,50 x 1,20 m) dédiée à la mémoire de James Dean réalisée en trois ans et constituée de 150 tonnes de pierres extraites des carrières de Lacoste, où a vécu le sculpteur. Sur l’une des faces du mur, Mizui a sculpté dans la pierre le visage de ce mythe du cinéma. « Je me suis dit : les trois chefs-d’œuvre de James Dean ont sauvé du désespoir ses fans, les murs désespérés s’ouvrent et nous donnent la lumière de l’espoir », explique l’artiste. Le Mur de l’Espoir a été inauguré en 2006, 51 ans après la mort de l’acteur et, à défaut d’être en Californie, il accueille les visiteurs de ce musée à ciel ouvert qu’est le jardin de l’artiste à Lacoste[17].

Pierre et Ascese[modifier | modifier le code]

Mizui a affirmé : « Devant l'immense nature, je me sentais bien petit. De plus, la pierre étaient déjà belle ainsi, à l'état brut. J'avais beau lui parler, l'insulter, soupirer, elle restait impassible, muette en me boudait malgré mes supplications et mes colères. Cependant, après un certain temps, la pierre commença de parler, C'est elle qui me guidait ; Non pas ainsi ! plus tôt là ! oui, comme ça, Si je parviens un jour à me fondre dans le néant divin, ma sculpture restera comme une offrande faite à la grande nature. »[18] Jean- Rosenberg, professeur de l'Université de Poitiers, raconte à propos de la sculpture de Mizui : « Dans son art non figuratif la dimension temporelle est absente. Il n'y a pas de messages codés à travers des symboles ou des figures. Son œuvre est cosmique. On y sent l'origine de la vie et de l'évolution ; elle représente des entités universelles, non pas individualisées, mais telles qu'elles se présentent au début de l'évolution»[19].

Métagraphie[modifier | modifier le code]

La technique qui consiste à comprimer une couleur entre deux feuilles de papier ou deux autres matériaux donne naissance à des images inattendues de l'ordre du fantastique. L'artiste analyse la causalité des phénomènes susceptibles d'être considérés comme fortuits, afin d'en faire une classification. Autrement dit, il s’agit d’introduire le pouvoir de la volonté dans la création de tels phénomènes, par le développement d'une technique et de sa pratique. Ce processus exprime tout à la fois la réflexion, le changement, la succession, le fait d'aller au-delà, à côté de, entre ou avec. Obtenue par un procédé non-reproductible, la métagraphie implique que l'artiste fasse glisser de la peinture à l'eau sur un papier imperméable, puis laisse le hasard agir sur la matière. Sa propre intervention consiste à trouver le vrai équilibre entre la fluidité de la peinture à l'eau et le temps de pose. Il existe des techniques similaires, comme l'huile pressée, l'amidon pressé, la décalcomanie. Mais la manière et le choix de matière de Mizui sont différents[20]. Un critique international des beaux-arts, M. Sakaé HASEGAWA, dit en 1984 : « Quand j'ai vu ce tableau pour la première fois, j'ai pensé que cette image était la photo d'une montagne neigeuse. Mais en regardant de plus près, ce n'était pas une photo et cette image a eu une forte résonance en moi, on y perçoit le froid gelé et le silence. Je trouve que ce tableau transmet une ouverture philosophique et méditative, comme s'il pouvait laisser entrer dans le silence profond du cœur »[21].

Quatre formes achevées[modifier | modifier le code]

1. La sculpture de l’oscillation / l’Oscillo-Relief, 1972-1982 environ

L’Oscillo-Relief est la forme découpée obtenue par le mouvement d’oscillation verticale et d’oscillation horizontale d’une résistance électrique. Cette forme libre ne résulte pas d’un plan préalable, mais la technique requiert un contrôle précis. L’Oscillo-Relief est une invention fondamentale de Mizui. Il l’a appliquée à la sculpture en 1972. Oscillo-complex(pierre / 3 m x 1,3 x 1,2 / 1981 / Musée en plein air de Hakone, Préfecture de Nagano, 2e Concours de Grand Prix d'Henry Moore) . L’artiste a été invité à l’occasion du prix Herry Moor. Cette sculpture de 7 tonnes a été créée à Nancy et transférée par avion au Japon pour y être installée[22],[23].


2. La sculpture murale / le Mur-Sculpture, 1964 -

"Cosmos"(pierre / 15 m x 18 x 0,06 / 1970 / Cité Technique de Villefranche-sur-Saône ). Les 360 dalles de Comblanchien de 6 cm d'épaisseur sont solidement fixées sur le mur. Mizui lui-même dit, " Je voulais créer un graphisme d'ombre et de lumière évoquant le ciel, la terre et l'Homme." La sculpture murale rappelle, sur le plan formel, Les murs des fossiles et "Macrocosme et Microcosme"[24].


3. La sculpture à « grosse tête », 1960-1971

"Hommage à Néguev"(marbre / 3,7 m x 1,7 x 0.6 / 1962 / Néguev, Israël, Symposium). Œuvre réalisée à l’occasion d’un Symposium en Israël. À propos de cette expérience, l’artiste s’exprima en ces mots : C’était un véritable lavage de cerveau de vivre pendant deux mois dans ce désert du Néguev, j’avais le sentiment que, face à l’immensité de la nature, tout ce que je pourrais faire serait une goutte d’eau dans la mer. J’ai compris pour la première fois cette humilité devant le désert avec ma sculpture. Lorsque j’ai percé le trou au niveau du sommet, ma sculpture a été achevée, j’avais l’impression que le soleil se levait sur moi[25],[26],[27].


4. La sculpture ZIG et ZAG, 1973-1974

"ZIG ZAG "(pierre / 2 m x 0,4 x 0.4 / 1973 / L'École d’Art et de Design de Savannah, Lacoste). L’artiste a commencé à travailler avec des blocs de polystyrène, en les découpant. Il a réalisé une dizaine d’œuvres de ce type. Dans les années cinquante, les artistes parisiens aiment à établir leur atelier en Provence. Le peintre New-Yorkais, Bernard Pfriem ouvrit, au centre du village de Lacoste, une école d'art rassemblant des étudiants américains. Cette école est installée dans une grande maison se trouvant à côté de l'ancien château du Marquis de Sade. Pendant vingt ans, Mizui est resté en relation avec cette école et chaque été, y a travaillé à la réalisation d’une œuvre sculptée en commun avec ses élèves[28].

Chronologie[modifier | modifier le code]

après sa mort

Prix[modifier | modifier le code]

Les sites[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Œuvres installées :

Au Japon[modifier | modifier le code]

Œuvres installées :

Dans les autres pays[modifier | modifier le code]

Œuvres installées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour une biographie plus complète, voir : Exposition rétrospective Mizui, Musée de la Tour des Echevins, 70300 Luxeuil-les-Bains (France), du 7 au 29 septembre 2013.
  2. Dictionnaire Bénézit 1999, p. 685
  3. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, p. 10 p. 92, 2003
  4. Yoyogi National Gymnasium artiste
  5. «Le concept du relief aux Jeux olympiques», l'article sur "journal Geisei" Japon, 30 mars 1964
  6. a et b « Macrocosme Microcosme », villageolympiquegrenoble (consulté le 28 janvier 2016)
  7. « repeindre cité antique », journal Asahi Asahi Shinbun Japon, 8 octobre 1967
  8. Takemoto Tadao, « L'activité créative à âme d'artiste dans 1 % artistique en France », journal Asahi Asahi Shinbun Japon, 1er février 1980
  9. «La mémoire sur la production dans 1% artistique de la France », l'article sur " Sankei Shinbun" Japon, 18 novembre 1983
  10. a et b Symposium
  11. Yasuo Mizui «La fête de la Carrière», l'article sur "Geijyutsushinncho", édition Shinchōsha Japon, p. 80-82, 01 Janvier1961
  12. Yasuo Kamon «L'espoir pour le Symposium de sculpture», l'article sur Asahi Shinbun Japon, 24 Juin1963
  13. (ja) « Symposium », 文化資源学 (consulté le 30 janvier 2016)
  14. Yasuo Mizui, catalogue Diagonal Yin Yang, 1995
  15. Tadao Takemoto, André Malraux et la cascade de Nachi, Julliard, 1989
  16. « exposition », luxeuil-les-bains (consulté le 2 février 2016)
  17. Jean Noël Coghe, James Dean Secret, p. 364, édition/Hugo Dog, 2007年
  18. Yasuo Mizui, Pierre et Ascese, Journal des beaux arts MIZUE, Japon, octobre 1963
  19. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, p. 125,2003
  20. « métagraphie », luxeuil-les-bains (consulté le 30 janvier 2016)
  21. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003
  22. « La production monumentale en France », l'article sur " Sankei Shinbun" Japon, 18 novembre 1983
  23. « le volant de la pierre sur Mizui Yasuo », l'article sur "GeijyutsuShinchō" Shinchōsha Japon, novembre 1983
  24. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003,p. 29
  25. « Grand Hymne pour la nature», l'article sur GiijyutsuShinchō, édition "Shinchōsha" Japon, novembre 1983
  26. «Grand Hymne pour la nature », l'article sur " Sankei Shinbun" Japon, 02 décembre 1985
  27. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003,p. 18
  28. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003, p. 34
  29. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003,p. 116
  30. « Exposition "Yasuo Mizui, sculpteur de l'âme" », Wattrelos City Government (consulté le 4 avril 2018)
  31. (en) « Yasuo Mizui », Flag France Renaissance (consulté le 2 février 2016)
  32. (en) « Villeneuve-d’Ascq exposition », la voix du nord (consulté le 2 février 2016)
  33. (en) « ART-LACOSTE-2014 », Lacoste (consulté le 2 février 2016)
  34. « luxeuil-les-bains exposition », luxeuil-les-bains (consulté le 30 janvier 2016)
  35. (ja) « Kyoto exposition », l47 news (consulté le 2 février 2016)
  36. « Paris-bise-art », JDP (consulté le 5 septembre 2017)
  37. « Ministère de la Culture », Ministère de la Culture (consulté le 29 juillet 2018)
  38. « Histoire-et-patrimoine », L'universite de Bordeaux (consulté le 20 janvier 2016)
  39. « ACADEMIE DE NICE – DEPARTEMENT DU VAR », ACADEMIE DE NICE (consulté le 15 septembre 2017)
  40. a b c d e f g h i j et k « Archiv es nationales Culture; Délégation aux arts plastiques; Sous-direction de la décentralisation et du soutien à la création; Bureau commande publique, 1% (1948-1983) Répertoire (19880466/1-19880466/139) », Cultural Government France (consulté le 17 septembre 2017)
  41. a et b « Archiv es nationales; Culture; Direction générale des Arts et Lettres; Service de la création artistique (1924-1972) », Cultural Government France (consulté le 17 septembre 2017)
  42. « la signe de la vie », Le lycée Charles Coulomb (consulté le 23 février 2016)
  43. « sagesse », l'École polytechnique de Palaiseau (consulté le 23 février 2016)
  44. « Oscillo-escalier », villeneuve d'ascq (consulté le 27 janvier 2016)
  45. « Une architecture organique d'influence wrightienne », ACADEMIA (consulté le 27 janvier 2016)
  46. Claire Étienne, « Histoire urbaine -Ville nouvelle de Val-de-Reuil », sur Cairn.info, Société française d'histoire urbaine (DOI 10.3917/rhu.020.0077, consulté le 13 février 2016)
  47. a et b « fontaine », villeneuve d'ascq (consulté le 27 janvier 2016)
  48. « Catalogue collectif des collections des musées nationaux d'art, Japon », Independent Administrative Institution National Museum of Art (consulté le 6 avril 2018)
  49. (ja) « Universiade », Kobé (consulté le 28 janvier 2016)
  50. (ja) « La pierre qui m'appelle' », Gifu Keizai University (consulté le 28 janvier 2016)
  51. Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, 2003,p. 126
  52. « Trois traces », Art inventories Catalog (consulté le 11 février 2016)
  53. (ja) « Yasuo Mizui », Lannan Fondation (consulté le 28 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • TV Japon, Documentaire Yauo Mizui, L'homme qui insuffle l'âme dans la pierre, 30 minutes, réalisation 1982 par Fuji Television

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030192), p. 685.
  • (en) Pamela Kember, « Mizui, Yasuo (30 May 1925) », notice du Benezit Dictionary of Asian Artists, extrait en ligne, (ISBN 9780199923021)
  • Denys Chevalier, in: Nouveau Diction. de la Sculp. Mod., Hazan, Paris, 1970.
  • Yasuo Mizui, Mizui Yasuo, Japon, 1985
  • Yasuo Mizui, 50 ans de Sculpture, Japon, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]