Yassine Bouzrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yassine Bouzrou
Yassine Bouzrou photographié par Constance Viot (cropped).jpg
Yassine Bouzrou en 2020.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
BezonsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Site web

Yassine Bouzrou, né le à Bezons (Val-d'Oise), est un avocat pénaliste français. Il plaide dans de nombreux procès médiatiques, notamment concernant des affaires criminelles, politico-judiciaires, d'accusations de violences policières et d'atteinte à la vie privée.

Il est classé à plusieurs reprises comme l'un des « trente avocats les plus puissants de France » par le magazine GQ.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Yassine Bouzrou naît le à Bezons, dans le Val-d'Oise, de parents marocains. Son père est chauffeur-livreur à Rungis ; sa mère est garde-malade. Troisième enfant d'une fratrie de cinq garçons, il grandit dans la cité Gaultier, à Courbevoie[1].

Après un passage dans un internat privé, hors contrat, au Pré-Saint-Gervais en Seine-Saint-Denis puis au lycée La Folie Saint-James, à Neuilly-sur-Seine[1], il obtient un baccalauréat technologique[2]. En 2000, il suit une formation d'administration économique et sociale à l'université Paris II-Assas et intègre le droit au deuxième semestre, travaillant en parallèle dans l'immobilier. En tant qu'élève avocat, il obtient un stage chez le pénaliste Jean-Yves Liénard, puis un autre stage, non rémunéré, auprès de l'avocat Jean-Yves Le Borgne[2]. Avec ce dernier et Christian Saint-Palais, il suit entre autres les trois mois de procès de l'Erika et l'affaire Tiberi des faux électeurs du 5e arrondissement[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il crée son cabinet le . Il est le premier pénaliste parisien à se mettre à son compte le jour de sa prestation de serment [3]. L'année suivante, il s'associe à l'avocate Julie Granier et cofonde le cabinet « Bouzrou et Granier », ensuite renommé « Bouzrou Associés »[4],[5].

Philippe Bilger, avocat général dans le procès du gang des barbares, voit Yassine Bouzrou comme l'« un des meilleurs » avocats de sa génération[2]. En 2010, trois ans après sa prestation de serment, il figure dans le classement des « trente avocats les plus puissants de France » établi par l'édition française du magazine GQ[6] ; il y figure de nouveau, aux côtés de son associée Julie Granier, en 2017, 2018 et 2019[7],[8],[9].

Décrit comme un « redoutable procédurier »[3],[1], il est surnommé « l'as de la procédure » dans le milieu policier[10].

Divers[modifier | modifier le code]

En 2009, il est chroniqueur dans une émission sur la radio Générations, donnant des conseils juridiques[2].

Il prend position contre les contrôles policiers discriminatoires, soutenant le Collectif contre le contrôle au faciès, et témoignant avoir été traité de « bicot » par un policier dans son adolescence lors d'un contrôle d'identité[11].

Il a défendu plusieurs rappeurs français ; Seth Gueko et LIM, le citent dans leurs chansons[12],[13].

Affaires médiatisées[modifier | modifier le code]

Dès sa prestation de serment en 2007, Yassine Bouzrou s’installe à son propre compte sur les Champs-Élysées. Après six mois d'exercice, s'étant forgé une réputation dans le monde judiciaire, il devient l'avocat de l'un des accusés dans l'affaire du gang des barbares[14].

En 2008, il défend la famille de Lyès Gouasmia, jeune homme de 21 ans et indicateur de la BAC Nord Marseille, retrouvé mort d’une balle dans la poitrine. Accusés de complicité d’assassinat, quinze policiers ont été mis en examen[15].

En 2011, il est l'avocat d'Anh Đào Traxel, la « fille de cœur » de Jacques Chirac, dans l’affaire pour diffamation qui l’oppose en 2009 à un contributeur de l’encyclopédie en ligne Wikipédia[16].

La même année[Quand ?], il représente un ancien candidat de l’émission Nouvelle Star accusé de proxénétisme et principal prévenu dans l’affaire Zahia[17]. En , Me Bouzrou dépose une « demande d’acte préalable à une requête en révision ». Il communique à la justice le témoignage d’une ancienne escort-girl, qui met en cause l’homme d’affaires suisse Yves Bouvier[18],[19].

En 2012, Me Bouzrou représente l’homme accusé à tort de l’assassinat du leader des Tigres tamouls, Nadarajah Mathinthiran, dit « Parithi », à Paris. L’année suivante, Michel Courtois, le peintre en bâtiment poursuivi pour un quadruple meurtre dans l’affaire du « tueur de l’Essonne » fait appel à lui. Dénonçant les « aveux extorqués » à son client, il obtient sa libération[3].

En 2015, il défend l’un des commissaires dans l'affaire dite des « cols rouges » de Drouot[20],[21].

En 2016, il est désigné comme avocat par plusieurs familles de victimes des attentats de Nice[22] — comme en 2009, lorsqu'il représente les familles des victimes du crash Rio-Paris, ou en 2019, lorsqu'il représente des proches d'une victime française du crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines[23].

Il est l’avocat de la famille d’Adama Traoré, jeune homme mort le lors son interpellation par des gendarmes. Le mois suivant sa désignation, il obtient le dépaysement de l’affaire à Paris. L'hebdomadaire L'Obs considère qu'il est à l'origine de la mutation d'Yves Jannier, ancien procureur de la République de Pontoise[24].

Dénonçant les bavures policières, Me Bouzrou plaide souvent dans des affaires portant sur de telles accusations, notamment celle d'Abu Bakari Tandia, mort après sa garde à vue à Courbevoie[25], et Abdoulaye Fofana, molesté par des policiers à Montfermeil[26]. Cette bavure policière a inspiré le film Les Misérables, du réalisateur Ladj Ly, qui a reçu le César du meilleur film en [réf. souhaitée].

En , il défend Malamine Traoré, qui a tué deux policiers en percutant leur véhicule sur le périphérique parisien[27], en . En , l’accusé est condamné à 15 ans de prison avec une période de sûreté de 10 ans, une peine supérieure au jugement en première instance[28].

En , avec son associée Julie Granier, il est chargé de défendre Tariq Ramadan lorsque ce dernier est accusé de viol par Henda Ayari[29]. Alors que le suspect est en détention provisoire en , L'Express affirme que celui-ci aurait changé d'avocat. Ce ne serait plus Yassine Bouzrou et son associée qui le défendraient à l'avenir, mais le pénaliste Emmanuel Marsigny, co-fondateur et ancien associé du cabinet Metzner[30]. Cependant, selon Le Monde, si Me Marsigny est bien devenu avocat de Ramadan, Bouzrou et son associée resteraient toujours ses avocats[31]. Finalement, selon l'AFP et Le Journal du dimanche, c'est Yassine Bouzrou qui décide d'abandonner le dossier de Tariq Ramadan, en raison de ses désaccords avec le comité de soutien de celui-ci qui voulait une défense plus politique et médiatique[32],[33],[34]. La défense de Tariq Ramadan en France est dès-lors assurée par Emmanuel Marsigny[35]. En , Tariq Ramadan décide de se séparer d'Emmanuel Marsigny[36]. Ce dernier n'assure plus la défense de l'islamologue.

En , il assure la défense des intérêts de plusieurs familles victimes du scandale sanitaire Lactalis. Il dépose plainte contre Lactalis et l’Etat pour « administration de substances nuisibles » [37],[38].

En , Me Bouzrou défend les intérêts du syndicat Unité Magistrats et porte plainte « contre X » pour installation illégale d’un système de vidéosurveillance au tribunal de grande instance de Nice[39].

En 2019, il représente les intérêts du syndicat de police Vigi dans l'affaire Benalla[40]. Il demande et obtient l’extension d'une investigation dans cette affaire suite à la disparition du coffre-fort d'Alexandre Benalla à la veille de sa garde à vue[41]. Dans l'affaire Zineb Redouane, il est à l'origine de la mutation du procureur de la République Xavier Tarabeux[3].

En 2020, il défend « Haurus », un agent de la DGSI accusé d'avoir vendu des informations confidentielles sur le darknet[42],[43], et Piotr Pavlenski, un artiste et activiste politique russe réfugié en France, accusé d'avoir porté atteinte à la vie privée de Benjamin Griveaux[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Yassine Bouzrou, jeune ténor du barreau cash et sans pitié », sur nouvelobs.com, .
  2. a b c et d Luc Bronner, « Avocat Champs-Elysées », sur lemonde.fr, .
  3. a b c et d Elsa Vigoureux, « 10 choses à savoir sur Yassine Bouzrou, l’avocat de Piotr Pavlenski », sur nouvelobs.com,
  4. « CAB BOUZROU ET GRANIER », sur doctrine.fr (consulté le 5 mars 2020)
  5. « Accueil », sur bouzrou-associes.com (consulté le 5 mars 2020)
  6. « Les avocats les plus puissants de France (édition 2010) », sur gqmagazine.fr,
  7. « Jean Veil consacré par le classement GQ des avocats 2017 », sur grands-avocats.com,
  8. « Les 30 avocats les plus puissants de France (édition 2018) », sur gqmagazine.fr,
  9. « Les 30 avocats les plus puissants de France (édition 2019) », sur gqmagazine.fr,
  10. Par Ronan TésorièreLe 20 février 2020 à 18h55 et Modifié Le 9 Mars 2020 À 13h16, « Affaire Griveaux : qui est Yassine Bouzrou, l’avocat de Piotr Pavlenski », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  11. Voir sur youtube.com.
  12. StreetPress, « Les avocats stars du rap français », sur StreetPress (consulté le 25 mars 2020)
  13. « Yassine Bouzrou, jeune ténor du barreau cash et sans pitié », sur L'Obs (consulté le 25 mars 2020)
  14. Voir sur elsa-vigoureux.blogs.nouvelobs.com.
  15. « Marseille : la BAC nord terrorisait les caïds », sur lefigaro.fr, .
  16. « La "fille de coeur" de Jacques Chirac poursuit au tribunal l'un de ses détracteurs », sur lepoint.fr, .
  17. Paris Match, « Accusée de faux témoignage - Zahia Dehar visée par une plainte », sur parismatch.com (consulté le 25 mars 2020)
  18. Par Jean-Michel Décugis et Victor Fortunato avec R. T. Le 24 février 2020 à 10h30 et Modifié Le 24 Février 2020 À 16h44, « Affaire Zahia : une ex-escort-girl met en cause un célèbre marchand d’art », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  19. « Un témoignage pourrait relancer l’« affaire Zahia » », sur L'Obs (consulté le 25 mars 2020)
  20. « Jusqu'à trois ans de prison pour les "cols rouges" de Drouot », sur lepoint.fr, .
  21. « Enchères immobilières : deux gendarmes visés par une plainte pour escroquerie », sur leparisien.fr, .
  22. « Attentat de Nice : une famille de victime veut une enquête menée par des juges sur la sécurité », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2018)
  23. BFMTV, « Crash d'Ethiopian Airlines: les proches d'une victime française veulent faire condamner Boeing », sur BFMTV (consulté le 25 mars 2020)
  24. « 10 choses à savoir sur Yassine Bouzrou, l’avocat de Piotr Pavlenski », sur L'Obs (consulté le 1er juillet 2020)
  25. « Affaire Tandia : l'enquête s'enlise », sur europe1.fr, .
  26. « Bavure de Montfermeil : épilogue accablant pour les policiers », sur nouvelobs.com, .
  27. Voir sur lepoint.fr.
  28. « Policiers tués sur le périphérique : «Ce jugement est une nouvelle déception» », sur leparisien.fr,
  29. « Accusé de viol, Tariq Ramadan dément et va porter plainte pour dénonciation calomnieuse », sur francetvinfo.fr, .
  30. « Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, change d'avocat », sur lexpress.fr, (consulté le 7 mars 2018)
  31. Raphaëlle Bacqué, « Les défenseurs de Tariq Ramadan obligés de revoir leur stratégie face aux nouvelles accusations », sur Le Monde, (consulté le 11 mars 2018)
  32. « Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, change d'avocat », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  33. « La défense de Tariq Ramadan embarrassée par ses soutiens », sur Le Monde.fr (consulté le 26 mars 2018)
  34. « Tariq Ramadan, le témoignage qui invalide son alibi lyonnais », JDD,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  35. « L’avocat de Tariq Ramadan a demandé l’annulation de ses mises en examen dans les affaires de Henda Ayari et "Christelle" », sur Oumma, (consulté le 20 mai 2019)
  36. Bernadette Sauvaget, « Affaire Ramadan : le théologien s'en prend à la justice française », sur Libération.fr, (consulté le 19 mai 2020)
  37. Par Elsa MariLe 24 janvier 2018 à 19h55 et Modifié Le 24 Janvier 2018 À 20h11, « Lactalis : des parents portent plainte contre l’État », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  38. « Lactalis: des victimes entendues », sur LExpress.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  39. Par Jean-Michel DécugisLe 10 juin 2018 à 21h30 et Modifié Le 11 Juin 2018 À 09h10, « Soupçons d’espionnage au tribunal de Nice », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  40. Par Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier et Jérémie Pham-LêLe 14 février 2019 à 19h19, « Affaire Benalla : un avocat demande le dépaysement », sur leparisien.fr, (consulté le 23 mars 2020)
  41. Par JM Dé et J. P.-L. Le 14 novembre 2019 à 19h48 et Modifié Le 15 Novembre 2019 À 07h15, « Disparition du coffre de Benalla : l’enquête confiée à un juge », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  42. « Faux papiers, géolocalisation... Un agent de la DGSI soupçonné d'avoir vendu des informations confidentielles sur le darknet », sur francetvinfo.fr, .
  43. « "Haurus", l'agent français soupçonné d'avoir vendu des informations sur le darknet », sur lepoint.fr, .
  44. « Affaire Griveaux : à la demande du bâtonnier de Paris, Branco a renoncé à défendre Pavlenski », sur lemonde.fr, .

Lien externe[modifier | modifier le code]