Yannick Beaubatie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yannick Beaubatie, né à Limoges en 1971, est un écrivain[1], professeur de philosophie au lycée Edmond-Perrier, à Tulle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Héliocide[2], Souffles, 1994
  • Le Nihilisme et la morale de Nietzsche[3], Larousse, 1994, préface d’Alain Roger
  • Comment peut-on être limousin ?, Fanlac, 1999
  • Cuisine et fêtes traditionnelles en Limousin, Edisud, 1999
  • Limousin, Edisud, 2000
  • Les Paradoxes de l'échafaud. Médecine, morale et politique au siècle des Lumières[4], Fanlac, 2002[5]

Ouvrages en collaboration[modifier | modifier le code]

  • Trotsky en Corrèze. Généalogie d’une rumeur[6], en collaboration avec son père, Gilbert Beaubatie, préface de Jean-Pierre Rioux, Éditions Le Bord de l'eau, 2007[7]
  • Tulle de A à Z, en collaboration avec Gilbert Beaubatie, Éditions Alan Sutton, 2009

Direction d'ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Georges Fourest, Vingt-deux épigrammes plaisantes imitées de M. V. Martial, chevalier romain, édition établie et présentée par Yannick Beaubatie, Tusson, Du Lérot éditeur, 2017.
  • Georges Fourest, La Chanson falote, édition établie et présentée par Yannick Beaubatie, Tusson, Du Lérot éditeur, 2017.

Participations à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Balade en Limousin. Sur les pas des écrivains, sous la direction de Georges Châtain, Éditions Alexandrines, 2009 Articles : « Simone de Beauvoir : le matin des origines », p. 29-33 ; « Marcel Conche : l'infini est au bout du chemin », p. 193-197.

Textes consacrés à Georges Fourest[modifier | modifier le code]

  • « Georges Fourest et le "spectre de l’impair" », in Histoires littéraires. Revue trimestrielle consacrée à la littérature française des XIXe et XXe siècles, n°61, janvier-mars 2015, p. 7-34.
  • « Georges Fourest contre les Hugophobes », in L’Echo Hugo, Bulletin de la Société des amis de Victor Hugo, n° 14, 2015, p. 32-39.
  • « Georges Fourest en lice contre les Agélastes », in Revue des lettres, sciences et arts de la Corrèze, tome 114, 2016, p. 55-67.
  • « Quand Georges Fourest instaurait la loi martiale », in Georges Fourest, Vingt-deux épigrammes plaisantes imitées de M. V. Martial, chevalier romain, Tusson, Du Lérot éditeur, 2017, p. 7-43.
  • « Le Dernier des falots », in Georges Fourest, La Chanson falote, Tusson, Du Lérot éditeur, 2017, p. 7-12.

Articles (choix)[modifier | modifier le code]

  • « Pierre Jean Georges Cabanis : un briviste en lice contre les contempteurs du Nez », in Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, tome 97, novembre 1994, p. 148-175.
  • « Le Secret de l’échafaud » (sur Villiers de L'Isle-Adam), in Florilège, numéro 77, Dijon, décembre 1994, p. 36-44 .
  • « Olivier Basselin », in Florilège, numéro 80, septembre 1995, p. 19-26.
  • « Du lac de Sils-Maria au Cimetière marin » (sur Nietzsche et Paul Valéry), in Souffles. Nouveaux Cahiers méditerranéens, numéro 174, 1er trimestre 1996, p. 105-123.
  • « Dionysos, ou le carnaval des masques » (sur la folie de Nietzsche), in Dire, Revue des Cycles supérieurs de l’Université de Montréal, volume 5, numéro 2, hiver 1996, p. 35-37.
  • « Déraison du plus fort : Incipit parodia... » (sur la parodie en littérature), in Florilège, numéro 84, Dijon, septembre 1996, p. 59-72.
  • « Tombent les têtes et tombent les tabous... », in Florilège, numéro 85, Dijon, décembre 1996, p. 25-34.
  • « Monsieur de Pierre-Buffière et le Limousin » (Première partie), in Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, tome 100, novembre 1997, p. 8-26 ; (Deuxième partie), in op. cit., tome 101, novembre 1998, p. 14-27 ; (Troisième partie), in op. cit., tome 102, novembre 1999, p. 17-30 ; (Quatrième partie), in op. cit., tome 103, novembre 2000, p. 15-27 ; (Cinquième partie), in op. cit., tome 104, novembre 2001, p. 47-49 (sur Mirabeau en Limousin).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28gallica%20adj%20%22yannick%20beaubatie%22%29&suggest=0{
  2. (fr) Grand Prix de poésie des écrivains méditerranéens, revue Souffles, 1994
  3. (fr) Cf. Philippe Petit, L'Evénement du jeudi, 15 au 21 décembre 1994 : « On ne s'étonnera pas de trouver chez lui un style, une écriture, un ton, dont le moins que l'on puisse dire est qu'il ne ressemble pas à celui d'un chercheur d'absolu. » ; Lucile Laveggi, Le Figaro, 19 janvier 1995 : « La question du nihilisme, centrale dans l'oeuvre de Nietzsche, est traitée de façon exhaustive. Beaubatie se révèle un lecteur passionné de La Généalogie de la morale. » ; Jacques Grell, Historiens et géographes : « On reste impressionné par une connaissance parfaite des textes du philosophe allemand [...] et celle de presque tous les ouvrages sur Nietzsche parus dans notre langue. »
  4. Précédé de la Note sur le supplice de la guillotine de Pierre Jean Georges Cabanis.
  5. (fr) Cf. Pierre Serna, in Bulletin critique du livre français, 2002 : "La seconde partie du volume, tout aussi passionnante, propose une réflexion de Yannick Beaubatie sur le sens de la décapitation. [...] Mêlant histoire, politique, littérature, droit et science, l'auteur montre la richesse et la complexité des implications de cette façon de tuer dans tous les champs de la pensée et du savoir." - Voir également Guillemette Samson, in Dix-huitième siècle, n° 37, 2005, p. 671-672 : http://www.persee.fr/doc/dhs_0070-6760_2005_num_37_1_2701_t1_0671_0000_3
  6. (fr) Commentaires sur le livre et reportage de France 3 Limousin
  7. (fr) Cf. Jean-Jacques Marie, « La Valse des ragots », in La Quinzaine littéraire, n° 947, du 1er au 15 juin 2007, p. 20-21 : « ... cet ouvrage écrit avec autant de verve que de précision est à la fois d’une lecture très facile et d’une très grande actualité. Il ne peut qu’inviter son lecteur à la plus grande vigilance, sinon méfiance, vis-à-vis des bruits et rumeurs répandus par les medias, fût-ce sous la signature ou dans la bouche de très éminentes personnalités. »
  8. (fr) Cf. Raymond Bellour, Le Magazine littéraire : « ... le livre le plus vrai consacré au penseur de la déterritorialisation (...) des textes aussi forts qu'émouvants. » ; Nadia Pierre, L'Humanité : « Amis, proches ou spécialistes de l'oeuvre du philosophe lui consacrent un Tombeau. Tout le contraire d'un monument, mais les mille visages entremêlés du penseur français » ; Robert Maggiori, in Libération : « Un "tombeau" empathique du penseur de la déterritorialisation, bâti, avec de prestigieux contributeurs, par des amis de son terroir limousin. » ; Philippe Petit, in L'Evénement du jeudi : « Un beau livre ; un mélange d'études corsées, d'envois, d'hommages, d'articles, de poèmes, de souvenirs consacrés à Gilles Deleuze en Limousin. Un livre (...) qui est merveilleusement édité, qui comporte une bibliographie complète (...) Du beau travail pour évoquer le philosophe au bocage... » ; Paul Audi, in Le Monde : « ... l'idée est venue à l'esprit de certains de ses amis et disciples, regroupés autour de Yannick Beaubatie, de façonner une "image" de Gilles Deleuze, en rappelant, par une série d'esquisses et de rehauts, sa manière d'être, de vivre et de penser. Cela donne un émouvant "Tombeau", au sens poétique du terme. ».
  9. (fr) Cf. Dominique Allan Michaud, « Soudain un bloc d’empreintes… », in Cassandre, n° 62, p. 30 : « Bloc d’empreintes, il les réunit en un ouvrage sans fissure. Empreinte de riens, empreintes de tout, et parfois même empreintes de rien du tout, il mêle les tâches de Rorschach sur le papier aux marques inscrites dans la chair et dans la pierre, sur la pellicule et sur l’écran, aux traces qui sont des mots : empreintes rupestres, empreintes picturales, empreintes littéraires, de l’imaginaire incarné au réel désincarné. […] Une multitude d’auteurs réunit autant de "Raboliots de la connaissance" dans leurs domaines ou aux lisières de ceux-ci : écrivains et chercheurs conviés à un "art du détournement" par Yannick Beaubatie qui dirige l’ouvrage et le structure… »

Liens externes[modifier | modifier le code]