Yannick Barthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthe.
Yannick Barthe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activité

Yannick Barthe est un sociologue français. Il est chargé de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS) et chercheur au Centre de sociologie de l'innovation (CSI) de l'École des mines de Paris où il enseigne la sociologie des controverses.

Ses recherches portent principalement sur les controverses socio-techniques de même que sur les politiques publiques ayant trait aux « risques collectifs »[1]. Également intéressé par le problème des déchets nucléaires et le traitement dont ceux-ci font l'objet par les autoriés publiques, il a consacré à ce sujet une étude intitulé Le pouvoir d'indécision. La mise en politique des déchets nucléaires (2005) où il retrace l'histoire de ce problème et les modalités ayant servi à sa prise en charge en insistant sur les questions de l'« irréversibilité » et de la « réversibilisation » des choix techniques[1].

Il poursuit également des travaux sur le traitement politique des risques qu'il avait déjà amorcés en coécrivant Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001) avec Michel Callon et Pierre Lascoumes, un ouvrage portant notamment sur les procédures pouvant favoriser l'émergence d'une « démocratie technique » (ou « dialogique »). Sa démarche s'inscrit dans la perspective de la théorie de l'acteur-réseau (ou sociologie de la traduction) développée par ses collègues du CSI (Bruno Latour, Michel Callon, Madeleine Akrich).

Yannick Barthe enseigne la sociologie des risques collectifs et des politiques publiques (Master). Parallèlement, il est membre du comité de rédaction de la revue Politix et membre fondateur de la revue électronique Secret/Public[1].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • avec Michel Callon et Pierre Lascoumes, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil,« La couleur des idées », 2001. (ISBN 2-02-040432-X)
  • Le pouvoir d'indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Économica, « Études politiques », 2006. (ISBN 2-7178-5139-9)
Articles et entretiens
  • avec Michel Callon, « Décider sans trancher. Négociations et délibérations à l’heure de la démocratie dialogique », dans Négociations, (4), 2005, p. 115-129.
  • « Risque, incertitude et pacification des conflits», Risques et crises alimentaires, in C. Lahellec (éd.), Paris, Tec & Doc, 2005, p. 207-216.
  • « Comment traiter les "débordements" des sciences et des techniques ? Une brève histoire du "technology assessment" », in O. Ihl (dir.), Les « Sciences » de l'action publique, PUG, p. 245-262.
  • « Le politique et l'incertain » (entretien avec Fabien Jobard), dans Vacarme, n°40, 2007.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]