Yann Tholoniat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yann Tholoniat
Description de cette image, également commentée ci-après

Yann Tholoniat

Naissance
Mâcon (France)
Activité principale

Yann Tholoniat est un universitaire français, né à Mâcon le . Son domaine de recherche est la poésie britannique romantique et post-romantique. Ses travaux portent en particulier sur des poètes tels que Robert Browning ou Robert Burns. Il est actuellement professeur en littérature britannique à l'université de Lorraine, spécialiste de Robert Browning, de Joseph Conrad et de Robert Burns.

Sa thèse de doctorat[1] a renouvelé la critique de Browning en mettant l'accent sur l'oralité de sa poésie, et a obtenu le deuxième prix de la Recherche de la Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur (SAES/AFEA) en 2010[2]. La Browning Society de Londres, intéressée par cette approche, en a demandé un compte-rendu en anglais qui a été publié dans son bulletin annuel (The Journal of Browning Studies) de 2011[3].

En 2004, il est nommé maître de conférences à l'Université Marc Bloch-Strasbourg 2 (devenue Université de Strasbourg en 2009). Il a publié de nombreux articles sur Robert Browning, Thomas De Quincey, Joseph Conrad, et Robert Burns[4].

Il a soutenu avec succès en décembre 2010 son Habilitation à diriger des recherches (HDR) et a été nommé Professeur de littérature britannique à l'Université de Lorraine en 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Yann Tholoniat, Tongue's Imperial Fiat : les polyphonies dans l’œuvre poétique de Robert Browning, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, (ISBN 978-2-86820-397-7)
  2. « Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur » (consulté le 20 août 2011).
  3. (en) Robert Ferrieux, « Recent French Scholarship on Robert and Elizabeth Barrett Browning », Journal of Browning Studies, volume 2, The Browning Society, Glasgow et Leicester, éd. Joe Phelan, 2011, p. 71-74.
  4. (en) Britta Martens, Victorian Poetry, vol. 47, chap. 3 (« Numéro spécial Robert Browning »).