Yann Bouëssel du Bourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yann Bouëssel du Bourg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean-Marie Bouëssel du BourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Herve LanndiernVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Parti politique
Membre de
Maître
Directeur de thèse

Jean Marie Bouessel du Bourg, ou encore Yann Bouessel du Bourg, est une personnalité du mouvement breton, (1924-1996)

Débuts[modifier | modifier le code]

Il est né à Paris. Sa famille est originaire de Billé près de Fougères. Il était professeur d'anglais et de breton[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il devient militant nationaliste breton et fédéraliste européen dès l'adolescence et le reste jusqu'à sa mort. Il milite au PNB. Jean-Marie Bouëssel du Bourg fut arrêté par les Allemands dans la nuit du avec un autre militant du |PNB, Arsène Gefflot, administrateur de L'Heure bretonne, en train de poser des tracts. Le texte des tracts imprimés par le parti était : « Ni Anglais, ni Français, ni Allemand, Breton seulement ».

Yann Bouëssel du Bourg envisagea d'intégrer le Bezen Perrot mais y renonça, ses idées chrétiennes étant incompatibles avec le paganisme de Lainé.[réf. nécessaire]

Les bretonnants pourront lire le témoignage de Yann-Vari Bouessel du Bourg chez Imbourc'h, notamment sur ses relations avec le Bezen Perrot[réf. nécessaire]. Un de ses noms de plume est Herve Lanndiern.

Militant breton[modifier | modifier le code]

Il est rédacteur de centaines d'articles dans les revues entre 1970 et 1990 notamment sur l'histoire de la Bretagne (articles en français). Il est très proche de Xavier de Langlais, son voisin et ami. Il a eu une très grande influence dans la confédération Kendalc'h, les Scouts Bleimor, et bien sûr Al Liamm.

Il a été président de la section de littérature bretonne à l'Institut Culturel pendant des années.

Il est Son of the American Revolution, où un de ses ancêtres est participant à la guerre d'indépendance américaine.

Il a publié dans de nombreuses revues des articles sur la Bretagne dont régulièrement dans la revue Gwenn ha du, journal nationaliste breton. Il est président de 1990 à 1994 de Koun Breizh, le « souvenir breton ».

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans la revue nationaliste Gwenn ha du, Bernard Le Nail rappelle dans sa notice nécrologique : "très attaché à l'idéal chevaleresque, il avait naturellement consacré pendant des années une grande partie de son temps et de son énergie au scoutisme, d'abord au sein des scouts Bleimor, puis après la rupture avec les scouts de France, au sein du mouvement des scouts d'Europe dont il fut un temps le commissaire pour l'ensemble de la Bretagne."

Publications[modifier | modifier le code]

  • "Dreist ar Gorventenn" chez Imbourc'h,
  • Xavier de Langlais peintre écrivain illustrateur breton, Encyclopédie Bretonne no 2 1977,
  • La littérature bretonne, avec Yann Brekilien, Les Éditions d'organisation, Paris, 1982.
  • "Saint-Aubin du Cormier, Sentinelle de la Bretagne"

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a pour fils Malo Bouëssel du Bourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CULTURE : DÉCÈS DE YANN BOUESSEL DU BOURG », sur letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 11 octobre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]