Yanalif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les principales lettres du nouvel alphabet turc en 1932.

Le nouvel alphabet turk (en russe : Новый тюркский алфавит) ou yanalif, aussi écrit yañalif ou jaꞑalif, jaŋalif (en tatar latin : Jaꞑa əlifba / Yaña älifba, abrégé en Jaꞑalif / Yañalif, en tatar cyrillique : Яңалиф, signifiant « nouvel alphabet »), fut le premier système d'écriture en latin utilisé pour le tatar, le kazakh, le kirghiz, l'ouzbek, le turkmène et quelques autres langues turques de l'Union soviétique dans les années 1930. Il remplace en 1928 le Yaña imlâ basé sur l'alphabet arabe. Le yanalif est à son tour remplacé par l'alphabet cyrillique en 1939.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Imart, « Le mouvement de « latinisation » en URSS », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 6, no 2,‎ , p. 223–239 (DOI 10.3406/cmr.1965.1619, JSTOR 20169364, lire en ligne)
  • Elena Simonato, « L’alphabet imaginaire des Soviets », Études de lettres, nos 2-3,‎ (DOI 10.4000/edl.763, lire en ligne)
  • (en) Elena Simonato, « The quest for a unified alphabet: a Soviet revolutionary project », dans Massimo Maurizio et Vittorio Springfield Tomelleri, Rivoluzione visiva attraverso visioni rivoluzionarie: alfabeti, cinema e letteratura in URSS, Turin, Quaderni di ri-cognizioni, (ISBN 978-88-7590-134-9, lire en ligne)
  • Elena Simonato-Kokochkina, « Le mythe de l’unification des alphabets en URSS dans les années 1920-1930 », Langage et société, vol. 3, no 133,‎ , p. 103–123 (DOI 10.3917/ls.133.0103, lire en ligne)
  • Elena Simonato-Kokochkina, « Latiniser l’écriture russe : un projet plus que linguistique », dans Colloque « Images de la Russie : dire et connaître », ENS LSH, Lyon, 27-28 mars 2004, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]