Yakovlev Yak-27

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un aéronef image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant un aéronef et le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Yakovlev Yak-27
{{#if:
Yak-27 exposé au musée de Monino.
Yak-27 exposé au musée de Monino.

Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Rôle Avion de reconnaissance
Statut Retiré du service
Mise en service 1960
Nombre construits 180
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Toumanski RD-9F
Nombre 2
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 37,2 kN
Dimensions
Envergure 11 82 m
Longueur 18 55 m
Masses
Maximale 13 600 kg
Performances
Vitesse maximale 1 285 km/h
Plafond 16 550 m
Rayon d'action 2 380 km
Armement
Interne 1 canon Nudelman NR-23 de 23 mm avec 50 obus

Le Yakovlev Yak-27 (code OTAN : "Flashlight-C"), est un dérivé du Yak-25 pour la haute altitude, développé en 1958 comme le prototype Yak-122.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le prototype Yak-121 devait former la base de la famille du Yak-27 avions supersonique d'interception et de reconnaissance tactique destiné à remplacer le Yak-25 et ses variantes. Les intercepteurs Yak-27 et Yak-27K, armés d'un un canon et de missiles K-8, ont atteint ou dépassé les exigences, mais ont été dépassés en performances par le Sukhoi Su-9, et ainsi la production n'a pas été autorisée. Une version d'interception à haute altitude, le Yak-27V, a été converti à partir du prototype Yak-121 du équipé d'un moteur fusée Dushkin S-155 de 1300 kgf dans la partie arrière du fuselage, et de turboréacteurs RD-9AKYe à postcombustion, bien que la performance était très bonne, atteignant 23 000 m au cours des essais, le développement a été interrompu en raison de problèmes de support et de maintenance du moteur fusée Dushkin S-155.

La version dédiée à la reconnaissance photographique à haute altitude du développement de l'intercepteur Yak-27 a été nommé Yak-27R (code OTAN : «Mangrove»). Le radôme et le radar et ont été remplacés par un nez vitré pour un observateur/navigateur, le canon Nudelman-Rikhter NR-23 de tribord de canon a été conservé, mais l'arme de bâbord a été supprimée et deux caméras ajoutées. Il avait une aile allongée d'une portée de 11,82 m, avec deux turboréacteurs Toumanski RD-9AF et avait une vitesse de pointe d'environ 1285 kilomètres par heure à haute altitude, avec un plafond de 16 500 m et une autonomie de 2,380 km avec deux réservoirs d'aile. Environ 180 avions ont été produits dans l'usine no 292 de Saratov.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le Yak-27R est entré en service dans la Force aérienne soviétique en 1960 et était destiné à remplacer l'Ilyushin Il-28 avion subsonique de reconnaissance. Cependant, malgré la vitesse plus élevée et le plafond, il y avait moins de rayon d'action. Le YAK-27R a également eu quelques limitations opérationnelles et de la vitesse supersonique était utilisée uniquement par les pilotes les plus expérimentés. La position basse des moteurs rendait enclin à ingestion de corps étrangers sur les pistes non aménagées des bases avant. Avec l'augmentation de la couverture des missiles anti-aériens plus sur le théâtre européen des opérations en limitant les opérations à haute altitude, le Yak-27R était souvent moins performants que l'Il-28. Le Yak-27R a été retiré du service opérationnel dans les années 1970, et a été remplacé par le Yak-28R et le MiG-25R.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Yak-27V : intercepteur avec un moteur fusée supplémentaire. N'entra pas en service malgré un vol d'essai à 23 000 m.
  • Yak-27R (Code OTAN : Mangrove) : version dédiée à la reconnaissance photo. Il a une envergure plus grande de 11,82 m, avec 2 turboréacteurs Toumanski RD-9AF et peut atteindre 1 285 km/h à haute altitude, avec un plafond de 16 500 m et un rayon d'action de 2 380 km avec deux réservoirs sous les ailes. Environ 180 furent produits et entrèrent en service en 1960.

Survivants[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] site de Monino
  • (en) Yefim Gordon, Dmitry Komissarov et Sergey Komissarov, OKB Yakovlev : a history of the design bureau and its aircraft, Hinckley, Midland,‎ (ISBN 1-857-80203-9).