Yacouba Sawadogo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yacouba Sawadogo est un paysan né au Burkina Faso, dans la région semi-désertique du Sahel. Après avoir été commerçant, il repart dans la région de Yatenga, au village de Gourga, au début des années 1980, où il décide de stopper l'avancée du désert. Il adapte et améliore une méthode ancestrale de culture, le zaï. Malgré le scepticisme des habitants de la région, il persiste et des années plus tard une forêt d’une quinzaine d’hectares fait rempart à l'avancée du désert. Les habitants qui avaient fui sont revenus cultiver leurs champs[1].

Les résultats qu'il obtient font des émules et les méthodes d'agriculture qu'il dispense lors des jours de marché se développent[2].

Deux fois par an lors des biennales "Les journées du Marché" qu'il organise sur son terrain proche du village de Gourga il transmet ses techniques, principalement les trous Zaï. Des centaines de fermiers viennent des environs et des échanges de graines et techniques sont effectués[2].

Conflit avec le gouvernement du Burkina Faso[modifier | modifier le code]

Un projet immobilier menace 80 % des champs ainsi que l'unique maison du terrain contenant la banque de graine[3].

Documentaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mantoe Phakathi, « Burkina Faso : Yacouba Sawadogo, « l'homme qui a arrêté le désert » », sur rue89 - infosud,‎ (consulté le 13 octobre 2015).
  2. a et b Notes CA, « Innovation locale au Burkina Faso dans la vulgarisation agriculteur-à-agriculteur », sur worldbank.org (consulté le 13 octobre 2015).
  3. http://ngm.nationalgeographic.com/2008/09/soil/mann-text/6
  4. « L'homme qui arrêta le désert », sur lefigaro.fr (consulté le 13 octobre 2015).