Yael Ronen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yaël Ronen)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yael Ronen
Yael Ronen.jpg
Yael Ronen, octobre 2014
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Thelma Yellin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Conjoint
Autres informations
Distinctions

Yael Ronen (hébreu יעל רונן (yaʕel rōnen)), née le (42 ans) à Jérusalem[1] et aussi appelée Yaeli Ronen, est une dramaturge austro-israélienne reconnue. Elle est d'une famille d'artistes : son père Ilan (actuel directeur du théâtre Habima) et son frère Michael, son cadet de 6 ans, aujourd'hui à Berlin, sont également créateurs de théâtre et sa mère, Rachel Hafler, est actrice. Depuis la saison 2013-2014, elle est régisseuse au Théâtre Maxime-Gorki de Berlin[2],[3]. Elle est divorcée de l'acteur Yousef Sweid[4].

Biographie et style dramaturgique[modifier | modifier le code]

Les pièces de Yael Ronen parlent souvent de regards croisés et de souffrances croisées israélo-palestiniens, et font souvent preuve d'un humour grinçant.

Ainsi, dans sa pièce Plonter (hébreu : פלונטר, Le bourbier), coécrite avec toute sa troupe[5], une rencontre privée entre deux couples, l'un israélien, l'autre palestinien, se termine par un fiasco car les seconds ne correspondent pas aux clichés de victimes du premier : "Comment, vous ne trimez pas toute la journée dans vos oliveraies ? Et vous ne mangez pas mon hoummous, parce que votre physiothérapeute vous prescrit un régime ? Je ne savais pas que vous aviez des physiothérapeutes."[6].

Plonter représente une innovation considérable dans le théâtre israélien, avec une équipe constituée de comédiens juifs et arabes, jouant tour à tour l’un et l’autre camp, en hébreu et en arabe[7].

Son ex-mari, l'acteur Yousef Sweid, a joué entre autres dans Plonter, où ils se sont rencontrés et où ont figuré aussi Raida Adon (également plasticienne), Mira Awad (également chanteuse), Ashraf Barhom et Shredy Jabarin. Doraid Liddawi (dans Plonter) et Loai Nofi (dans Dritte Generation) ont également fait partie de sa troupe, qui a été basée plusieurs années au Cameri Theatre de Tel Aviv.

À l’été 2009, elle est sélectionnée pour le New Theatrical Realities Prize, qui sera remis dans le cadre des cérémonies de l’Europe Theatre Prize et vise à distinguer des créations originales et innovantes[8].

Depuis Dritte Generation (3G) (Troisième génération), elle travaille aussi avec des comédiens de la Schaubühne am Lehniner Platz à Berlin[9],[10].

Sa pièce Hakoah Wien, liée à l'histoire de sa famille, réunit des comédiens allemands et autrichiens du théâtre (Schauspielhaus) de Graz ainsi que son frère, Michael Ronen[11]. Le Hakoah Wien (de l’hébreu הכוח (ha-kōaḥ) : « la force ») était un célèbre club de football juif viennois dont sont sortis plusieurs des fondateurs d’Israël. La pièce met en scène un jeune homme de ce club qui vise à rejoindre Tel Aviv dans les années 1930 et son petit-fils qui, en 2012, tâche d’obtenir un passeport autrichien pour échapper au service militaire. Dans la réalité, le grand-père de Yaeli Ronen était un athlète au Hakoah Wien (SC Hakoah Vienne) et est parti en Palestine mandataire en 1936. Yaeli, Michael et Ilan Ronen ont des passeports autrichiens et Michael réside depuis au moins 2013 à Berlin après avoir habité à Londres[12], il est marié à la comédienne Irina Szodruch.

La pièce Niemandsland (No man's land), créée également au Schauspielhaus de Graz, mixe plusieurs histoires liées à des situations de guerre ou d’après-guerre d’actualité ou récentes ; parmi les acteurs figurent Jasmin Avissar (qui est également la chorégraphe) et Osama Zaatar, le couple héros du film Love during wartime, qui rejouent leur propre histoire dans la pièce[13],[14].

Dans The Situation, trois Palestiniens, un Syrien et une Israélienne suivent un cours d'allemand, qui devient le reflet de la situation politique dans ces trois pays.

Créations[modifier | modifier le code]

Mise en scène[modifier | modifier le code]

Outre ses propres œuvres :

  • 2013 : Der Russe ist einer, der Birken liebt (Le Russe, c'est quelqu'un qui aime les bouleaux) d'Olga Grjasnowa

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (pl) « Article polonais mentionnant les noms internationaux (en anglais ou allemand) des pièces de Yaeli Ronen et son lieu de naissance » (consulté le 11 août 2012)
  2. (de)« Article du Berliner Zeitung » (consulté le 22 février 2015)
  3. (de)« Article du Berliner Morgenpost » (consulté le 22 février 2015)
  4. (he)« Annonce du divorce de Yousef Sweid et Yaeli Ronen » (consulté le 28 septembre 2015)
  5. (he)« Page du [[Cameri Theatre]] sur Plonter et son équipe artistique mentionnant la création collective » (consulté le 11 août 2012)
  6. (de)« Interview de Yael Ronen, citant ce passage de Plonter » (consulté le 11 août 2012)
  7. « Dossier "Juifs et Arabes sur la scène israélienne", section 23 » (consulté le 12 mars 2013)
  8. (en)« Article sur la nomination au "New Theatrical Realities Prize" sur Ynet, le site du quotidien [[Yediot Aharonot]] » (consulté le 11 août 2012)
  9. a et b « Article sur Dritte Generation » (consulté le 11 août 2012)
  10. a et b (de) « Article allemand sur The Day Before The Last Day (3 pages) » (consulté le 11 août 2012)
  11. a et b (de) « Article autrichien sur Hakoah Wien » [archive du ] (consulté le 12 mars 2013)
  12. (de) « Interview de Yaeli Ronen par le journal autrichien Der Standard décrivant la pièce Hakoah Wien et l'histoire de la famille » (consulté le 12 mars 2013)
  13. « Article sur Niemandsland » (consulté le 6 novembre 2013)
  14. (de)« Article autrichien sur Niemandsland » (consulté le 6 novembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]