Yaël Hassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hassan.
Yaël Hassan
Description de cette image, également commentée ci-après

Salon du livre de Paris en 2015.

Naissance (63 ans)
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
Prix Sorcières 1998
Prix des Incorruptibles 2015
plusieurs Prix Chronos
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman jeunesse

Œuvres principales

  • Un Grand-père tombé du ciel (1997)
  • Momo, petit prince des Bleuets (1998)
  • La Promesse (1999)
  • Hé, petite ! (2003)
  • Suivez-moi-jeune-homme (2007)
  • Rue Stendhal (2011)
  • Le journal de Philol (2012)

Yaël Hassan, née en 1952[1] à Paris, est une écrivaine jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yaël Hassan naît à Paris en 1952, mais grandit en Israël, en France et en Belgique[1].

Elle s'installe à Paris avec sa famille en 1984, et dix ans plus tard, en 1994, à 42 ans, un grave accident de la route la contraint d'arrêter toute activité ; elle profite alors de ses mois de convalescence pour réaliser un de ses rêves : se lancer dans l'écriture[2].

Un grand-père tombé du ciel, publié en 1997, est son premier roman[1] : il obtiendra plusieurs récompenses, dont le Prix Sorcières l'année suivante. Elle écrit par la suite plusieurs dizaines d'ouvrages jeunesse, couronnés de divers prix de littérature jeunesse[3],[4].

En 2015, elle obtient le Prix des Incorruptibles[5] (niveau CM2/6ème) pour son roman jeunesse La Fille qui n'aimait pas les fins, écrit avec Matt7ieu Radenac[6]. L'ouvrage est également récompensé la même année du Prix Chronos (Genève) et du Prix Gragnotte[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

1997 - 2009[modifier | modifier le code]

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

  • Momo des coquelicots, Syros, Tempo, 2010
    Suite de Momo, petit prince des bleuts (1998) ; les aventures de Momo se poursuivront dans Des lauriers pour Momo (2012).
  • Libérer Rahia, Casterman, Feeling, Février 2010
  • Rue Stendhal, illustré par Pénélope Paicheler, Casterman, 2011
  • La Dame du cinéma, Oskar, 2011
  • Aglaé et Désiré, illustré par Clotilde Perrin, Casterman, Les albums Casterman, Février 2012
  • Des lauriers pour Momo, Syros, Tempo, 2012
    Suite de Momo, petit prince des bleuts (1998) et de Momo des coquelicots (2010).
  • Sacré Hugo !, illustré par Pénélope Paicheler, Casterman Junior, Septembre 2012 ; à propos de Victor Hugo
  • Le Journal de Philol, Plon Jeunesse, 2012 ; rééd. Le Livre de poche, Hachette, 2013
  • Mon rêve d'Amérique : Journal de Reïzel, 1914-1915, Gallimard Jeunesse, 2013
  • La Fille qui n'aimait pas les fins, coécrit avec Matt7ieu Radenac[6], Syros, Tempo, 2013
  • Les demoiselles des Haut-Vents, Magnard Jeunesse, 2014
  • M comme, Casterman junior, 2014
  • C'est l'histoire d'un livre, ill. Matt7ieu Radenac[6], coll. « Petit pré », éd. Le Pré du Plain, 2014
  • L'Heure des mamans, ill. Sophie Rastégar, éd. Utopique, 2014

Distinctions[modifier | modifier le code]

Yaël Hassan a reçu de nombreux prix[3],[4], dont :

  • Prix Sorcières 1998, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix du Ministère de la Jeunesse et des Sports 1996, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Grand Prix des jeunes lecteurs PEEP 1998, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix de la Première Oeuvre Châlons en Champagne 1999, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix de l'Echappée libre Annecy 1999, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix des Manges Livres de Carpentras 1999, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix des Sables d'Olonne 1999, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix du Roman Jeunesse 1996 du ministère de la Jeunesse et des Sports, pour Un Grand-père tombé du ciel
  • Prix de Beaugency
  • Prix Chronos 2000 (Paris), pour Momo, petit prince des Bleuets
  • Grand Prix Triolo de Villeneuve d'Ascq 1999, pour Momo, petit prince des Bleuets
  • Livre d'Or de la ville de Valencienne 2000, pour Momo, petit prince des Bleuets
  • Prix de la Ville de Pithiviers 2000, pour Momo, petit prince des Bleuets
  • Prix Chronos 2000 (Genève), pour Manon et Mamina
  • Prix de la ville de Lagarde 2000, pour Manon et Mamina
  • Prix du magazine Julie
  • Prix Saint-Exupéry
  • Prix Tatoulu
  • Prix Goya découverte 1999, pour La Promesse
  • Prix des Lecteurs 13/16 ans de la 25 Heure du Livre 2000, pour La Promesse
  • Prix du Livre d'Histoire Senlis 1999
  • Prix Chronos France 1999
  • Prix Chronos Suisse 1998
  • Prix Chronos 2002, pour Le professeur de musique
  • Prix Chronos 2003, pour Un arbre pour Marie
  • Prix Littéraire des Lycéens et des Apprentis de la Région PACA - Roman, 2006, pour Souviens-toi, Leah !
  • Prix Chronos 2009, pour Suivez-moi-jeune-homme
  • Prix des 9-11 ans - Littérature Jeunesse Lire en Poche Gradignan 2009, pour Sacré Hugo !
  • Prix Goya découverte 2012, pour Rue Stendhal
  • Prix de l'Encre d'Or 2012 pour Rue Stendhal
  • Prix des Incorruptibles 2015[5] (niveau CM2/6ème) pour La Fille qui n'aimait pas les fins, écrit avec Matt7ieu Radenac[6]
  • Prix Gragnotte 2015[7] (niveau 5ème) pour La Fille qui n'aimait pas les fins, écrit avec Matt7ieu Radenac
  • Prix Chronos 2015 (Genève) pour La Fille qui n'aimait pas les fins, écrit avec Matt7ieu Radenac

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Biographie, sur le site Ricochet.
  2. Autobiographie, sur son site officiel.
  3. a et b Quelques prix, sur le site Prix Littéraires.
  4. a et b Quelques prix, sur la page d'accueil de son ancien blog.
  5. a et b Lauréats 2015, site La joie par les livres, BNF.
  6. a, b, c et d La graphie du prénom contient bien le chiffre 7 ; voir la fiche du livre, sur le site de l'éditeur, Syros.
  7. a et b Article journal L'Independant.fr, du 25 mai 2015.
  8. a et b Le signe @ fait bien partie du titre, et souligne l'importance des échanges par internet et nos nouvelles formes de communication.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :