Yaël André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yaël ANDRÉ
Naissance
Bruxelles
Nationalité Drapeau de la Belgique belge
Profession réalisatrice
Films notables Histoires d'amour, Quand je serai dictateur

Yaël André est une réalisatrice et une productrice de cinéma belge, née à Bruxelles[réf. nécessaire] en 1967.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yaël André a grandi au Maroc[1]. Licenciée en philosophie de l'Université libre de Bruxelles en 1990, Yaël André entame ensuite à l'INSAS des études en réalisation cinématographique, qu'elle abandonne cependant très rapidement pour aller vivre à Berlin.

De retour, quelques années plus tard, en Belgique, elle se consacre dès lors à la réalisation et à la production de ses films. Cinéaste indépendante, elle auto-produit ses premiers films ; par la suite elle bénéficiera de coproductions de la part de chaînes de télévision publiques, notamment la RTBF et ARTE.

Caractéristiques de son œuvre[modifier | modifier le code]

Selon la réalisatrice elle-même, admiratrice de Tati, Keaton et du cinéma burlesque primitif [2], son cinéma se caractérise par le mélange de fiction et d'images documentaires [3], et, selon Philippe Simon de Cinergie, par le recours à l'improvisation et à l'humour [4]. Pour Quand je serai dictateur, Yaël André a consulté une centaine d'heures de films familiaux différents en Super 8, les a fait transférer sur support numérique et les a montées ; finalement, un cinquième du film provient d'images filmées par elle-même[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1991 : La Poésie du verre d'eau[6] (film qui n'a jamais été montré.)
  • 1995 : Sida et nutrition[6] (film qui n'a jamais été montré.)
  • 1998 : Histoires d'amour[7].
  • 2002 : Bureau des Inventaires systématiques de la mémoire résiduelle[8].
  • 2003 : Les Filles en orange[9].
  • 2006 : Portrait d’une rue avec ses habitants[6] (film qui n'a jamais été montré.)
  • 2007 : Chats errants (Zones temporaires d'inutilité)[10].
  • 2013 : Quand je serai dictateur[11].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche sur Film Festival Rotterdam (consulté le 29 septembre 2014)
  2. Yaël André interviewée par Richard Olivier, "Yaël André" in Big Memory, RTBF, avril 2012.
  3. « Pour moi, la distinction "fiction-documentaire", ça n'a aucun intérêt », Yaël André interviewée par Richard Olivier.
  4. Philippe Simon, Quand je serai dictateur de Yaël André in Cinergie, Juillet 2013.
  5. François Ekchajzer, "Yaël André : “Le film de famille est un cinéma qu'on méprise”", Télérama 02/06/2014
  6. a b et c http://www.cobra-films.be/readetails.php?id=9
  7. Fiche technique et compte-rendu critique par Philippe Simon sur Cinergie cinergie.be, juin 1998.
  8. Fiche technique et compte-rendu critique par Philippe Simon sur Cinergie [1], décembre 2003.
  9. Fiche technique et compte-rendu critique par Philippe Simon sur Cinergie [2], juin 2003.
  10. Fiche technique et compte-rendu critique par Philippe Simon sur Cinergie Idem, mars 2007.
  11. compte-rendu par Philippe Simon de Cinergie [3], juillet 2013.
  12. Belga (via dh.be), Magritte du Cinéma - Le prix du meilleur scénario attribué à Lucas Belvaux, 7 février 2015