Y'a plus Internet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Y'a plus Internet
Épisode de South Park
Numéro d'épisode Saison 12
Épisode 173
Code de production 1206
Diffusion
Chronologie
Précédent Ciel, une quéquette ! Un épisode chez les cow-boys Suivant
Liste des épisodes

Y'a plus Internet (Over Logging en VO) est le sixième épisode de la saison 12 de la série télévisée South Park, coécrit par les créateurs de la série Trey Parker et Matt Stone, et diffusé pour la première fois le .

Dans cet épisode, la famille Marsh rejoint une migration massive de la population vers l'ouest des États-Unis pour fuir la raréfaction des connexions Internet au Colorado. L'épisode parodie Les Raisins de la colère, roman de John Steinbeck paru en 1939, et son adaptation cinématographique.

Emma Sugiyama-Parker, épouse de Trey Parker fait une apparition dans cet épisode en prêtant sa voix aux jeunes japonaises des sites Internet visités par Randy. Eric Stough est aussi crédité en tant que guest star dans le rôle de l'homme qui interpelle Randy pour le simulateur de porno.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille Marsh est coincée sur Internet jusque tard le soir : Shelley chatte avec son petit ami Amir, Stan télécharge, Randy fait semblant de travailler, alors qu'il regarde des vidéos pornos. Le lendemain, il n'y a plus de connexion chez les Marsh. Ceci cause un chaos terrible dans la famille qui découvre que toute la ville est touchée. Le journal télévisé ne peut plus informer personne : toutes leurs informations provenaient d'Internet.

Après huit jours sans Internet, les Marsh commencent à ressentir le manque. Randy est malade et ne peut pas se soigner sans sa connexion, Shelley se met même à frapper Stan dans une crise d'hystérie, voulant à tout prix chatter, et pleure son petit copain virtuel. La famille part pour un raid en Californie.

La famille Marsh atteint la Silicon Valley californienne et entre dans un camp de réfugiés Internet. Il y a un accès Internet mais la connexion est limitée à 40 secondes par famille. Le gouvernement prend conscience du problème, et Kyle semble trouver une solution. Face à Internet, qui est représenté par un gigantesque routeur Wi-Fi, il tente une méthode que tout le monde utilise pour se reconnecter : il débranche et rebranche l'alimentation. Internet se remet alors en marche.

Randy achève l'épisode avec un discours moralisateur, précisant qu'il faut donner à Internet le respect qu'il mérite et l'utiliser avec modération. Il finit son discours en demandant à tous de se résoudre à ne pas utiliser Internet pour regarder du porno plus de deux fois par jour.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

La majeure partie de l'épisode parodie le roman de John Steinbeck Les Raisins de la colère et son adaptation cinématographique par John Ford[1],[2],[3]. Un extrait fait également références au discours de Steven Seagal à la fin de Terrain miné, un motif musical joué au piano rappelle les tentatives de communication avec les extra-terrestres dans Rencontres du troisième type[3], et l'évocation d'une Zone 51 se rapporte au film Independence Day. D'autres clins d'œils sont faits aux films La guerre des mondes et La Guerre selon Charlie Wilson.

Le début de l'épisode rappelle le livre Qui a piqué mon fromage ? de Spencer Johnson[réf. nécessaire].

Il fait aussi référence à L'armée des morts :

-la première quand un habitant de South Park dit qu'il n'y a plus rien au MacStore comme le dit André au Shérif dans le film

-la seconde est lors des plans montrant la ville dans le chaos comme sur le toit du centre commercial du film

-La tenue de M. Garison à sa 1re apparition rappelle celle de Hugh Hefner

-Randy se masturbe devant des vidéos avec des japonaises qui se vomissent dans la bouche l'une de l'autre : il est fait référence à la vidéo "2 Girls 1 Cup" qui a largement circulé sur internet.

Réception[modifier | modifier le code]

Travis Fickett, du site IGN Entertainment, voit Y'a plus Internet comme « un épisode satirique sur notre dépendance et notre addiction à Internet. Cependant, il ne fait que soulever la question sans avoir beaucoup de choses à en dire ni de blagues à en tirer. (...) C'est comme cela que fonctionnent beaucoup d'épisodes – comme si on attendait une grande plaisanterie qui n'arrive jamais vraiment. » Fickett a donné à l'épisode la note de 7 sur 10[3].

Josh Modell, du journal et site Internet The A.V. Club, lui a donné la note « C » et se dit déçu qu'il n'y ait « qu'un grand message, selon lequel nous nous montrons trop dépendants d'Internet et perdons notre temps à l'utiliser à des fins puériles, matraqué jusqu'à ce qu'il n'en soit plus si drôle. »[2]

Brad Trechak, rédacteur du très populaire blog TV Squad, a écrit : « Travaillant tous les jours sur Internet du fait de ma profession, j'ai eu quelques problèmes avec la manière très simpliste dont les choses sont présentées. Internet ne se résume pas aux courriels et au shopping en ligne (ni au porno, d'ailleurs). Des industries entières en dépendent. Le seul passage qui m'a paru véridique est celui qui montre des gens en état de dépression avancée parce qu'ils sont privés d'Internet. »[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Brad Trechak, « South Park "Over Logging" », TV Squad,‎ 17 avril 2008 (consulté le 18 avril 2009)
  2. a et b (en) Josh Modell, « South Park "Over Logging" », The A.V. Club,‎ 16 avril 2008 (consulté le 18 avril 2009)
  3. a, b et c (en) Travis Fickett, « South Park: "Over Logging" Review », IGN Entertainment,‎ 17 avril 2008 (consulté le 18 avril 2009)