Yōko Ōta (géographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yōko Ōta
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (93 ans)
Nom dans la langue maternelle
太田陽子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université d'éducation de Tōkyō (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Yōko Ōta (太田陽子, Ōta Yōko?), née le à Tokyo, est une géographe japonaise spécialisée en géomorphologie. Elle est professeure émérite à l'université nationale de Yokohama et fait partie, avec Kazuko Urushibara, des femmes pionnières en géomorphologie au Japon. Ses 95 publications sur les failles et les terrasses marines ont été récompensées par plusieurs prix.

Carrière[modifier | modifier le code]

Yōko Ōta nait à Tokyo le [1]. Elle est diplômée du département de géographie de l'Université de littérature et des sciences de Tokyo en 1952. Elle obtient son doctorat en géographie en 1960 au département des sciences de l'université d'éducation de Tokyo[2].

Après avoir travaillé comme professeure à la Faculté d'éducation de l'université nationale de Yokohama, elle devient en 1994 professeure à la Faculté des lettres de l'université Senshu[3]. De 2000 à 2008, elle est invitée à l'université nationale de Taiwan comme professeure distinguée[4]. Elle est depuis professeure émérite à l'Université nationale de Yokohama[2] .

Travaux[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, les recherches de Yōko Ōta concernent l'étude des plis actifs, des failles et des terrasses marines. Elle étudie en particulier la déformation de la croûte terrestre depuis le dernière période interglaciaire. Elle se base sur la distribution en altitude des terrasses marines à partir d'études de cas au Japon et à l'étranger pour reconstruire les processus tectoniques et l'évolution du niveau de la mer dans la région du Pacifique[5]. Elle joue également un rôle central dans la recherche sur les failles dans diverses régions du Japon, à Taïwan et en Nouvelle-Zélande, études reconnues au niveau international[6]. Le principal ouvrage traduit en anglais, The landforms of Japan, auquel elle participe, est une contribution importante à la géomorphologie. Le caractère exemplaire des formes et modelés présentés et richement illustrés en fait un classique. L'ouvrage traite du rôle des failles dans la topographie, le volcanisme actif et la dynamique des côtes et aborde l'action des tsunamis sur la géomorphologie[7].

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de la Société japonaise pour l'étude des failles actives en 2009[8].
  • Prix de la Société géographique du Japon pour ses recherches académiques en 2013[9].
  • Membre élue de l'Union des géosciences du Japon[5].
  • Membre élue de l'Union internationale pour l'étude du quaternaire en 2011[10].
  • Membre de l'Association internationale des géomorphologues[11].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice de personne : Yoko Ota », sur BNF
  2. a et b « 名誉教授 », 横浜国立大学 (consulté le )
  3. « 専修大学文学部50年少史 » (consulté le )
  4. (en) « Yoko Ota | Geology-2015 | Conferenceseries Ltd », sur geology.conferenceseries.com (consulté le )
  5. a et b « Yoko Ota | JpGU », sur www.jpgu.org (consulté le )
  6. a et b 「地震研究の太田陽子教授 ニュージーランド王立協会 日本人初の名誉会員に」『ニュース専修』1999年(平成11年)1月15日発行第340号2面掲載、専修大学広報課発行(2019年2月14日確認)
  7. Roland Paskoff, « Une géomorphologie du Japon : Torao Yoshikawa, Sohei Kaizuka et Yoko Ota, The Landforms of Japan », Annales de géographie, vol. 93, no 515,‎ , p. 96–97 (lire en ligne, consulté le )
  8. « 2009年度活断層学会学会賞 », 日本活断層学会 (consulté le )
  9. « 学会賞学術貢献部門 » (consulté le )
  10. (en) « INQUA Honorary Life Fellows - International Union for Quaternary Research », sur INQUA (consulté le )
  11. Yoko Ota et Piort Migon, « International Association of Geomorphologists - Newsletter n° 16 (2/1999) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 5, no 2,‎ , p. 187–191 (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]