Yórgos Theotokás

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yórgos Theotokás
Γιώργος Θεοτοκάς, Πάρκο Ελλήνων Λογοτεχνών.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mikhaíl Theotokás (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Androníki Nomikoú (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Lilí Theotoká (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Nafsiká Stergíou (d) (jusqu'en )
Koralia Andreadis (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Yórgos Theotokás, ou Geórgios Theotokás, (né le à Constantinople, mort le ) est un romancier grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fit ses études à Athènes, Paris et Londres.

Il est l'auteur d'un essai Esprit libre (1929), manifeste de la génération littéraire des années 1930 critiquant la littérature grecque d'alors. Il fut l'ami de toute cette « génération de 1930 », dont Georges Seferis avec qui il entretint une longue correspondance.

Dans cet essai, Yórgos Theotokás attaquait les tendances sclérosées de la littérature grecque de la fin du XIXe siècle avec son provincialisme et son réalisme superficiel. Il appelait à une conception plus aventureuse de la littérature et faisait de Íon Dragoúmis un précurseur[1].

On lui doit aussi trois romans avant la Seconde Guerre mondiale : Argo (1936) qui évoquait les difficultés pour la jeunesse de grandir dans une période troublée ; Le Démon (1938) et Leonís (1940).

Après guerre, il travailla pour le théâtre et fut même par deux fois directeur du Théâtre National Grec.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marc Terrades, Le Drame de l'hellénisme. Ion Dragoumis (1878-1920) et la question nationale en Grèce au début du XXe siècle., L'Harmattan, 2005. (ISBN 2747577880)
  • (el) Mario Vitti, La Génération des années 1930., Athènes, 1977.
  • (el) Yórgos Theotokás, Esprit libre, Athènes, 1998.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Terrades, op. cit., p. 322.

Liens externes[modifier | modifier le code]