Xue Tao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Xue.
Dans ce nom, le nom de famille, Xue, précède le nom personnel.
Xue Tao
Description de cette image, également commentée ci-après

Xue Tao, par Qiu Ying, xvie siècle

Naissance
Décès (à 62 ans)
Activité principale
poétesse, courtisane
Auteur
Langue d’écriture chinois

Xue Tao (chinois traditionnel 薛濤 ; chinois simplifié 薛涛 ; Wade-Giles Hsüeh T'ao, EFEO Hsiue T'ao), née en 770, morte en 832, est une courtisane et poétesse chinoise de la dynastie Tang.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Xue Tao était un fonctionnaire et fit donner à sa fille une éducation littéraire. Xue Tao a commencé à écrire de la poésie dès l'âge de sept ou neuf ans. Enfant elle a vécu à Chang'an, capitale des Tang, avant de suivre son père à Chengdu. Après la mort de ce dernier, elle devient courtisane dans cette ville à l'âge de seize ans, pour subvenir à ses besoins, et peut-être à ceux de sa mère. Elle a été la favorite du général Wei Gao (en) (745-805), gouverneur militaire du Sichuan. Après sa mort, elle se retire à la campagne, dans les environs de Chengdu. C'est là qu'elle invente un papier portant son nom, destiné à écrire des poèmes[1],[2]. Elle termine sa vie dans la pauvreté et la solitude.

Avec Yu Xuanji, elle aussi courtisane, Xue Tao est la plus connue des poétesses de la dynastie Tang.

Œuvre[modifier | modifier le code]

De nombreux poètes, tels Yuan Zhen, avec lequel elle aurait eu une relation amoureuse, Bai Juyi, Liu Yuxi ou Du Fu, ont admiré sa poésie. Wang Jian (en) a composé un poème célébrant son talent.

Quatre-vingt-neuf de ses poèmes sont conservés dans le Quan Tang shi (en), anthologie de la poésie des Tang.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert van Gulik, La Vie sexuelle dans la Chine ancienne, trad. Louis Évrard, Gallimard, « Tel », 1971, p. 225-226.
  2. André Lévy (dir.), Dictionnaire de littérature chinoise, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1994, rééd. 2000, p. 358-359

Traduction[modifier | modifier le code]

  • (en) Jeanne Larsen, Brocade River Poems. Selected Works of the Tang Dynastie Courtesan Xue Tao, Princeton, Princeton University Press, 1987
  • (fr) (zh) Hsüeh T'ao, Un torrent de montagne, trad. Pierre Lorain, préface Pierre Lorain et Zhu Jie, La Différence, « Orphée », 1992.
  • Jacques Pimpaneau, Anthologie de la littérature chinoise classique, Philippe Picquier, 2004 — Xue Tao, p. 446-449

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Li-Ling Hsiao, « Xue Tao Stationery: Delivering Love for a Thousand Years », Southeast Review of Asian Studies, vol. 33, 2011. [lire en ligne]