Xian de Maqu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Mǎqū Xiàn
玛曲县
Localisation du xian de Maqu (en rose) dans la préfecture de Gannan (en jaune)
Localisation du xian de Maqu (en rose) dans la préfecture de Gannan (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Gansu
Préfecture Gannan
Statut administratif Xian
Code postal 747300[1]
Démographie
Population 36 213 hab. (1999)
Géographie
Coordonnées 33° 52′ 04″ nord, 101° 42′ 40″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Mǎqū Xiàn

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Mǎqū Xiàn

Le xian de Maqu ou Machu Dzong (tibétain : རྨ་ཆུ་རྫོང་།, Wylie : rma chu rdzong ; 玛曲县 ; pinyin : Mǎqū Xiàn) est un district administratif de la province du Gansu en Chine. Il est placé sous la juridiction de la préfecture autonome tibétaine de Gannan.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 36 213 habitants en 1999[2].

Immolations[modifier | modifier le code]

Alors que des Tibétains s'immolent par le feu depuis mars 2011, Tsering Kyi, une étudiante tibétaine est morte à Maqu après s'être immolée par le feu en 2012. Ce décès se situe au lendemain de l'immolation d'une mère de famille tibétaine dans le district proche d'Aba[3]. En décembre 2016 , un autre Tibetain s'immole, Il s'agit de Tashi Rabten âgé de 30 ans, des membres de sa famille ont réclamé son corps aux autorités locales, ont été emprisonnés[4]. Rabten devient le 145e Tibétain à s'auto-immoler pour protester contre les politiques chinoises au Tibet depuis 2009, quatrième pour le faire cette année et le troisième dans le district de Maqu[5].

Curiosité[modifier | modifier le code]

Le Festival du cheval de Maqu, dans la province du Gansu, attire pendant quelques jours les populations nomades.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andreas Gruschke: The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Amdo - Volume 2. The Gansu and Sichuan Parts of Amdo, White Lotus Press, Bangkok 2001.
  • Tsering Shakya: The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet Since 1947, London 1999, (ISBN 0-14-019615-3)


Lien externe[modifier | modifier le code]