Xian de Kangding

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
image illustrant le Tibet image illustrant le monde chinois
Cet article est une ébauche concernant le Tibet et le monde chinois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Kāngdìng
康定市
Localisation de la ville de Kangding (Dartsedo) dans le xian de Kangding (en rose) et la préfecture de Garzê (en jaune)
Localisation de la ville de Kangding (Dartsedo) dans le xian de Kangding (en rose) et la préfecture de Garzê (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Sichuan
Préfecture Garzê
Statut administratif ville-district
Code postal 626000[1]
Immatriculation 川V
Démographie
Population 105 992 hab. (1999)
Géographie
Coordonnées 30° 03′ 00″ nord, 101° 58′ 00″ est
Altitude Ville de Kangding : 2 600 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Kāngdìng

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Kāngdìng
Liens
Site web www.kangding.gov.cn
Vue générale de Kangding
Une rue de Kangding

La ville-district de Kangding (chinois : 康定市 ; pinyin : kāngdìng shi) ou Dardo dzong (tibétain : དར་མདོ་རྫོང་, Wylie : dar-rtse-mdo, pinyin tibétain : Darzêdo, THL : Dardo dzong), parfois également retranscrit en Dardo ou Dartsedo, est une ville-district administratif de la province du Sichuan en Chine. La ville de Kangding est le chef-lieu de la préfecture autonome tibétaine de Garzê. La ville a été également connue en Occident sous le nom de Tachienlu ou Ta-tsien-lou, d'après la transcription chinoise Dǎjiànlú (chinois : 打箭爐) du nom tibétain Darzêdo.

Elle a été la capitale du district spécial de Chuanbian de 1916 à 1928, sous le gouvernement de Beiyang, et de l'ancienne province du Xikang de 1939 à 1950.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Dartsedo est, depuis la dynastie Song, un point important d'échanges entre Tibétains et Chinois que l'on l'appelle chama maoyi (zh) (茶马贸易 / 茶馬貿易, chá mǎ màoyì, « commerce du thé-cheval »). Du thé venant de Chine y est alors échangé contre des chevaux venus du Tibet. La province du Sichuan devient alors une importante région productrice de thé[2]. Sous la dynastie Ming, ce commerce se ralentit, le pouvoir chinois y imposant des restrictions et l'utilisant comme instrument pour contrôler les Tibétains : la production de thé du Sichuan fut réduite de deux-tiers par rapport à la dynastie Song[2]. Les Tibétains, de plus en plus demandeurs de denrées en provenance de Chine (riz, vêtements, tabac, etc.), prennent le contrôle de la ville, profitant de de la chute de la dynastie Ming pour y placer des troupes. En 1696, le contrôle tibétain y est le plus fort[2].

La dynastie Qing reprend le contrôle de la ville lors de la Bataille de Dartsedo en 1701. L'empereur y envoie une armée de 20 000 hommes depuis Jingzhou, dans la province du Hubei, pour résoudre ce conflit[3].

En 1890, afin de rallier Paris au Tonkin, en Indochine française, l'explorateur Gabriel Bonvalot traverse le plateau tibétain en plein hiver. Juste avant d'arriver à Lhassa, des ambassadeurs du gouvernement tibétain l'arrêtent. Après de longues négociations, son voyage peut reprendre. Il doit alors traverser le plateau tibétain jusqu'à son extrémité orientale. Il atteint Tatsienlou en juin, il y reste un mois et rend visite à la mission des pères français de la Société des missions étrangères. Gabriel Bonvalot décrit ainsi la ville :

« Tatsienlou a une population composée de Tibétains et de Chinois. La plupart des Chinois sont soldats ou bien marchands, occupés surtout au commerce du thé, de l'or, de la rhubarbe et des peaux. On trouve aussi dans leurs boutiques des marchandises européennes, des tapis et des draps russes, des calicots anglais, de l'horlogerie suisse, des contrefaçons allemandes. »[4].

Capitale du Xikang[modifier | modifier le code]

Kangding a été la capitale de la province du Xikang de 1939 à 1945.

Fabienne Jagou mentionne que jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'influence chinoise ne dépassait pas Dartsédo (Kangding)[5]. En 1905, alors que l'empire mandchou était dans son déclin, les frères Zhao Erfeng et Zhao Erxun, seigneurs de guerre chinois, se partagèrent la tâche de découper le Tibet en différentes régions administratives. L'Amdo et le Kham devinrent les provinces du Qinghai et du Xikang[6]. D'abord « district administratif spécial », le Xikang devint officiellement une province en 1939. Jusqu'en 1950, sa capitale a été la ville de Kangding, et son gouverneur le seigneur de la guerre Liu Wenhui.

Dans la réalité, le contrôle chinois ne portait que sur le Kham oriental, les Tibétains contrôlant le Kham occidental (région de Qamdo), le fleuve Yangzi constituant alors la frontière de fait entre Chine et Tibet[7]. Pendant cette période, la région contrôlée par Liu Wenhui devint un centre important de production d'opium[8].

En 1950, après la défaite du Kuomintang face au Parti communiste chinois dans la guerre civile chinoise, la province fut amputée du territoire de Qamdo, officialisant ainsi la situation antérieure, et sa capitale transférée à Ya'an[9]. La province ainsi réduite disparut en 1955, lors de l'intégration du Kham oriental à la province du Sichuan ; quant au territoire de Qamdo, il fut rattaché en tant que préfecture de Qamdo à la région autonome du Tibet lors de sa création en 1965.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Kangding est située au fond d'une gorge, au confluent des rivières Dar et Tse, à l'origine de son nom tibétain Dartsedo.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 105 992 habitants en 1999[10].

La ville de Kangding compte désormais une large majorité de Hans, principalement fonctionnaires, militaires ou autres officiels. Elle comptait 35 480 habitants en 2000[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Située à la porte du Tibet, la ville de Kangding a été dans le passé un centre commercial important. C'est là que se formaient les caravanes qui emportaient le thé de Ya'an vers le plateau tibétain, et que s'échangeaient les productions tibétaines comme les fourrures, le musc ou le sel, destinées à la Chine. Aujourd'hui, les activités administratives y ont pris une place importante.[réf. nécessaire]

Transports[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Kangding, situé à une quarantaine de kilomètres de la ville, deuxième plus haut aéroport du monde avec une altitude de 4 280 m, dispose d'une piste de 4 000 m. Il a été ouvert au trafic le 22 octobre 2008[12].

Il faut cinq jours de route pour atteindre Lhassa. Une autoroute stratégique réunira les deux villes à partir de 2015.

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les ans, au 25 octobre du calendrier lunaire, s'y déroule la « fête de l'allumage des lampes » (chinois : 燃灯节 ; pinyin : rándēng jié ; littéralement : « fête de l'allumage des lampes »), pendant laquelle de nombreuses bougies faites au beurre clarifié (ou Ghi, appelées diya en Inde), sont allumées, en commémoration du décès de Tsongkhapa, fondateur de l'école géloug[13].

Religion[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques du Sichuan, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. a, b et c (en) Dai Yingcong, The Sichuan frontier and Tibet: imperial strategy in the early Qing: imperial strategy in the early Qing, University of Washington Press, (ISBN 978-0-295-98952-5, présentation en ligne), p. 57.
  3. (en) Dai Yingcong, The Sichuan frontier and Tibet: imperial strategy in the early Qing: imperial strategy in the early Qing, University of Washington Press, (ISBN 978-0-295-98952-5, présentation en ligne), p. 61.
  4. Louis-Marie Blanchard, Elise Blanchard et Thomas Blanchard, Explorateurs du toit du monde : carnets de route en Haute-Asie (1850-1950), Paris, Ed. de La Martinière, , 192 p. (ISBN 978-2-732-44216-7, OCLC 718374075), p. 43
  5. Fabienne JagouLe contrôle des marches sino-tibétaines de la Chine républicaine
  6. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, Ch. 11, p. 126, 2000, Calmann-Lévy
  7. (en) « On 10th October 1932, Liu and the Tibetan leaders signed a truce in which it was agreed that the Tibetan forces would remain west of the Yangtze river and the Chinese would remain east of it. The river remained the de facto border between Tibet and China until October 1950 (Peissel 1972 Guibaut 1949) » John Studley, « The History of Kham », (consulté le 10 décembre 2007)
  8. (en) « Red Poppies: A Novel of Tibet, Review by Gang Yue », MCLC Resource Center (consulté le 10 décembre 2007)
  9. (en) « Xikang », The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition (consulté le 9 décembre 2007)
  10. (en) National Population Statistics Materials by County and City - 1999 Period, in China County & City Population 1999, Harvard China Historical GIS
  11. (en) Université du Michigan GRUMP (Global Rural Urban Mapping Project)
  12. Tibet : le deuxième plus haut aéroport du monde ouvert au trafic dans la province, Chine-informations
  13. (zh) 甘孜新闻网整合, « 甘孜节日知多少 甘孜各县的特色节日 », sur 甘孜新闻网,‎
  14. Voyages au Tibet interdit. Les pérégrinations de quatre femmes occidentales, 1889-1924, Isabelle Lehuu, p. 63
  15. Voir la Relation_du_voyage_de_MM._Gabet_et_Huc, Annales de la propagation de la foi, 1848, texte en ligne sur Wikisource, et Évariste Huc, Souvenirs d'un voyage en Tartarie, au Tibet et en Chine, 1850, texte en ligne.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marc Moniez, Christian Deweirdt et Monique Masse, Le Tibet, Paris, Ed. de l'Adret, (ISBN 2-907-62946-8), p. 469-470
  • Françoise Fauconnet-Buzelin, Les martyrs oubliés du Tibet : chronique d'une rencontre manquée (1855-1940), Paris, Les Éditions du Cerf, coll. « Histoire », , 654 p. (ISBN 978-2-204-09593-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]