Xi Zhongxun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Xi Zhongxun
Illustration.
Xi Zhongxun en 1946.
Fonctions
Département de la propagande du Comité central du Parti communiste chinois

(1 an et 6 mois)
Prédécesseur Lu Dingyi
Successeur Lu Dingyi
Conseil des affaires de l'État de la république populaire de Chine

(12 ans)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Xian de Fuping (Shaanxi) (Chine)
Date de décès (à 88 ans)
Lieu de décès Pékin (Chine)
Nationalité Drapeau de la République populaire de Chine Chinoise
Parti politique Parti communiste chinois
Conjoint Hao Mingzhu
Qi Xin (en)
Enfants Xi Zhengning
Xi Heping
Xi Ganping
Qi Qiaoqiao
Qi Anan
Xi Jinping
Xi Yuanping

Xi Zhongxun (chinois : 习仲勋 ; pinyin : xí zhòngxūn) est un homme politique chinois, né le et mort le .

Il a été vice-président de l'Assemblée populaire et vice-Premier ministre, avant d'être victime de Mao Zedong en 1962 puis réhabilité lors de la prise du pouvoir de Deng Xiaoping[1].

Il est le père de l'actuel Secrétaire général du Parti communiste chinois Xi Jinping.

Biographie[modifier | modifier le code]

Xi Zhongxun est né dans le district de Fuping, à Weinan, dans la province du Shaanxi en 1913. En 1926, il entre à la Ligue de la jeunesse communiste et adhère au Parti communiste chinois en 1928.

Il sera un des responsables militaire de l'armée rouge jusqu'à la prise du pouvoir par Mao Zedong en 1949.

En 1949, suite à la proclamation de la république populaire de Chine, Xi Zhongxun devient le responsable du Parti communiste chinois, du gouvernement et de l'Armée populaire de libération pour le nord-ouest de la Chine[2].

En 1962, il est victime d'une purge maoïste et pendant 16 ans restera en détention puis travaillera en usine.

Alors qu'il était le chef du département de la propagande, il reçut en 1954 à Pékin le dalaï-lama qui lui offrit une montre (Rolex ou Omega[3]). Après sa réhabilitation à la fin des années 1970, Xi Zhongxun souhaita sans y parvenir revoir le dalaï-lama avant de mourir[4].

Après la révolution culturelle, il est réhabilité par Deng Xiaoping. Il est ensuite envoyé dans la province du Guangdong afin de mettre en œuvre les réformes économiques décidées par Deng Xiaoping. Il contribue notamment à la création de la zone économique de Shenzhen[2].

Lodi Gyari Rinpoché, qui s'est rendu en Chine en 1982 du 24 avril au 8 juin[5] comme l'un des trois membres d'une délégation de haut niveau chargée de pourparlers exploratoires, rencontra Xi Zhongxun à cette occasion. Dans un entretien en 2014, Gyari déclare espérer que Xi Jinping a hérité de l'affinité de son père pour le Tibet[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Xi Zhongxun eut deux épouses avec qui il eut sept enfants. Sa seconde épouse, Qi Xin (en), est la mère de Xi Jinping[2], actuel secrétaire-général du Parti communiste chinois et président de la république populaire de Chine.

Xi Jinping[7] est considéré comme un des principaux représentants de la faction des Princes rouges constituée des enfants des anciens du régime. Cette faction se serait un temps opposée à celle de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise dont le chef de file était le Secrétaire général Hu Jintao[1]. Il devient en 2012 son successeur.

Xi Zhongxun avait au moins un frère, Xi Zhongkai, qui fut successivement directeur adjoint du département du commerce du gouvernement provincial du Shaanxi puis directeur du département de l'organisation du comité du Parti communiste pour la province du Shaanxi[2].

Mémoire[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, à l'occasion du centenaire de la naissance de Xi Zhongxun, le régime chinois rend un hommage particulier au père de Xi Jinping, président en exercice[8]. À cette occasion, un recueil d'œuvres de Xi Zhongxun est publié[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arnaud de La Grange, Xi Jinping : le futur maître de la puissance chinoise, Le Figaro, 19 octobre 2010
  2. a b c et d (en) Cheng, Li, « Xi Jinping's Inner Circle (Part 1 : The Shaanxi Gang) », China Leadership Monitor, no 43,‎ , p. 5 - 6 (lire en ligne)
  3. (en) Claude Arpi, The two Xis and Tibet, 31 août 2012
  4. Frédéric Bobin, A Dharamsala, le scepticisme teinté d'espoir des Tibétains de la diaspora, Le Monde, 8 novembre 2012
  5. (en) Dawa Norbu, China's Tibet Policy, p. 325
  6. Austin Ramzy, Lodi Gyari, Top Envoy for the Dalai Lama, Dies at 69, The New York Times, 2 novembre 2018
  7. Biographie officielle de Xi Zhongxun Beijing Review, 6 juillet 1981
  8. Chine: hommages au père du président Xi pour le centenaire de sa naissance Le Nouvel Obs, 16 octobre 2013
  9. La Chine publie un recueil d'œuvres de Xi Zhongxun Le Quotidien du Peuple, 23 octobre 2013