Xennials

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les xennials désignent le groupe de personnes occidentales nées entre les générations X et Y (en anglais, Millennials), soit approximativement entre 1977 et 1983.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le terme « xennials » est un néologisme, mot-valise mélangeant le « X » de « Génération X » et « ennials » de « Millennials ».

Il apparaît pour la première fois en septembre 2014 dans un article de Good magazine[1]. Les deux auteurs, Sarah Stankorb et Jed Oelbaum s’y interrogent sur les avantages et les inconvénients des différentes générations[2]. Ils réalisent alors qu’une partie de la population comporte des particularités spécifiques et n’est pas prise en compte dans les études.

Le terme a depuis été repris dans de nombreux articles, en particulier une interview du professeur de sociologie Dan Woodman de l'université de Melbourne pour Mamamia : « Si vous êtes né entre 1977 et 1983, il y a un nouveau nom pour vous »[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

La génération des xennials se caractérise par une enfance dans une époque analogique et une vie adulte connectée très tôt[5]. Ils sont également entrés sur le marché du travail bien après la récession du début des années 1990 mais avant la crise financière mondiale[6].

Pour le chercheur Dan Woodman, « l'idée est qu'il y a cette microgénération ou génération intermédiaire entre le groupe de la Génération X - que nous considérons comme les enfants dépressifs qui portent des chemises en flanelle, qui écoutent du grunge, qui suit les baby-boomers et les Millennials - qui sont décrits comme optimistes, techniquement avisés et peut-être un peu trop sûrs d'eux et trop confiants »[4],[7],[6].

Pour Samuel Dock, psychologue clinicien, les xennials « incarnent vraiment la transition de la postmodernité à l'hypermodernité […] Ils sont la génération de l'ambivalence. Ils aiment les hamburgers, mais se soucient du bien-être animal. Ils ont lu des livres, mais se contentent des titres d'actu sur les réseaux sociaux. Ils aspirent à l'authenticité, veulent du temps pour eux, mais ont du mal à se déconnecter et font des burn-out. Ils sont en permanence sur une ligne de rupture »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jed Oelbaum et Sarah Stankorb, « Reasonable People Disagree about the Post-Gen X, Pre-Millennial Generation », sur Good, (consulté le )
  2. a et b « Xennials : la génération « en même temps » », sur Elle, (consulté le )
  3. « Ils sont nés en même temps que « Star Wars », ont connu Windows 95... Qui sont les « Xennials », cette génération oubliée ? », sur France info, (consulté le )
  4. a et b (en) Rachel Curtis, « If You Were Born Between 1977 and 1983, There's a New Name for You. », sur Mamam!a, (consulté le )
  5. Sébastien Leurquin, « Trop vieux pour être jeunes, trop jeunes pour être vieux, voici les Xennials », sur L'Express, (consulté le )
  6. a et b (en) Dan Woodman, « From Boomers to Xennials: We Love Talking About our Generations, But Must Recognise Their Limits », sur The Conversation, (consulté le )
  7. Romain Baheux, « Xennial, Millennial, Z : à quelle génération appartenez-vous ? », sur Le Parisien, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]