Xavier Ravier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Xavier Ravier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 89 ans)
Toulouse
Activités
Autres informations
A travaillé pour
CNRS, Université de Toulouse Jean-Jaurès
Domaine
Linguiste, romaniste, professeur d'université

Xavier Ravier[1] (né le à Ladevèze-Rivière dans le Gers et décédé le à Toulouse[2]) est un linguiste, romaniste et professeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une scolarité primaire à Labatut-Rivière et des études secondaires classiques latin-grec au collège de Vic-en-Bigorre, Ravier entreprend des études supérieures à la faculté des lettres de Toulouse. Il y rencontre en Jean Séguy dont il se réclamera toute sa vie et qui décide de sa vocation de linguiste romaniste et lui confie, alors qu’il est encore étudiant, quelques enquêtes dans le cadre de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne (ALG)[3].

Entré au CNRS en 1956 en qualité de stagiaire de recherches puis d’assistant de recherches de Jean Séguy, il se voit confier en 1957 l’enquête complémentaire de l’ALG, achevée en 1963, dont les résultats constituent la matière des volumes IV à VI, soit la moitié de l’œuvre. À partir de 1967, il est investi de la responsabilité de l’Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental[4], dont les quatre volumes sont parus en 1978, 1982, 1986 et 1993.

Ces années sont aussi celles de ses recherches sur le patrimoine ethno-littéraire des Pyrénées centrales, Bigorre et Béarn essentiellement, à l’origine, d’une part, d’un ouvrage écrit en collaboration avec Séguy[5],[6], repris en 1978 sous le titre Poèmes chantés des Pyrénées gasconnes[7], et d’autre part de sa thèse de doctorat d’état Le récit mythologique en Haute-Bigorre[8],[9] soutenue en 1979[10] et publiée en 1986. Maître de recherche du CNRS[11] en octobre 1975 puis directeur de recherche en , il enseigne en outre l’occitan, de 1965 à 1973, à la faculté des lettres et sciences humaines de Pau devenue Université de Pau et des pays de l’Adour, puis, à compter de 1968, à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse devenue Université de Toulouse-Le Mirail. À partir de 1984 il est détaché du CNRS au Mirail et y devient, de 1989 à 1997, professeur de linguistique française et romane, responsable de 1989 à 1993 du département de linguistique.

À sa retraite en , nommé professeur émérite, il poursuit ses travaux dialectologiques, philologiques et onomastiques, en lien avec le laboratoire Framespa, notamment lorsque son directeur est l’historien Benoît Cursente avec qui il publie en 2005 le Cartulaire de Bigorre (XIe – XIIIe siècles[12]).

Ravier consacre plusieurs articles à la poétique et à la poésie contemporaines, aux écrivains Joë Bousquet, Rainer Maria Rilke, Giuseppe Ungaretti, Jorge Guillén ou encore aux philosophes – tout particulièrement allemands – ainsi qu’à ses rencontres avec Miquèu Camelat, Simin Palay, René Nelli, René Char, André Breton ou Gaston Massat. Ravier publie ses propres poèmes, en occitan et en français[13].

Membre de l’Institut d’estudis occitans dans les décennies 1950 et 1960 et animateur d’émissions littéraires occitanes sur Radio Toulouse, Ravier est sollicité pour son autorité scientifique par diverses structures dont il assume un temps la présidence[2], notamment le Conservatoire occitan - Centre des musiques et danses traditionnelles Toulouse-Midi-Pyrénées et le GARAE-Ethnopôle[14] à Carcassonne.

Officier des Palmes académiques et chevalier des Arts et des Lettres, membre fondateur en 1982 puis membre d’honneur de l’Académie des langues dialectales à Monaco[15], il se voit décerner en 2013 le Prix Albert Dauzat par la Société française d’onomastique[16]. En 2003, soixante de ses collègues et amis lui offrent des mélanges[17] dont le titre est emprunté à un poème d’Antonin Perbosc extrait du recueil L’Arada dont Ravier publie en 2000 une édition critique[18].

Notes et sources[modifier | modifier le code]

  1. Cette notice est la wikification de la nécrologie rédigée le par François Pic, bibliographe de l’écrit occitan imprimé
  2. a et b « La mort de Xavier Ravier, occitaniste et poète », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  3. Thomas T. Field, « Jean Séguy, l’Atlas linguistique de la Gascogne et la sociolinguistique variationniste », Academia.edu,‎ sd (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  4. Jean-Claude Dinguirard, « Comptes rendus : Ravier (Xavier), Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, volume I (cartes 1 à 264 plus trois cartes hors foliotage), Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 1978 », Annales du Midi, vol. 92, no 149,‎ , p. 485–487 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  5. Xavier Ravier et Jean Séguy, Chants folkloriques gascons de création locale récemment découverts dans les Pyrénées, Faculté des Lettres et Sciences humaines, (OCLC 490951718, lire en ligne)
  6. « Bibliographie de Xavier Ravier », dans Sempre los camps auràn segadas resurgantas : Mélanges offerts au professeur Xavier Ravier, Presses universitaires du Midi, coll. « Méridiennes », (ISBN 978-2-8107-1069-0, lire en ligne), p. 13–21
  7. Xavier Ravier et Jean Séguy, Poèmes chantés des Pyrénées gasconnes, (ISBN 978-2-222-02405-7, OCLC 256068620, lire en ligne)
  8. Javier Ravier, Le récit mythologique en Haute-Bigorre, Edisud ; Centre National de la Recherche Scientifique., (OCLC 1123536114, lire en ligne)
  9. Michel Papy, « Philologie, linguistique, ethnolinguistique et ethnolittérature : Ravier (Xavier), Le récit mythologique en Haute-Bigorre, Paris, CNRS, Aix-en-Provence, Édisud, 1986 », Annales du Midi, vol. 101, no 188,‎ , p. 463–467 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  10. Jacques Boisgontier et Daniel Fabre, « Soutenance de thèse : Ravier (Xavier), Le récit mythologique en Haute-Bigorre. Essai d'ethnolinguistique. Thèse de doctorat d'Etat ès Lettres soutenue le vendredi 7 décembre 1979 à l'Université de Toulouse-Le Mirail », Annales du Midi, vol. 92, no 149,‎ , p. 483–485 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  11. « Conseil du Patrimoine Ethnologique », Journal des anthropologues, vol. 4, no 1,‎ , p. 49–50 (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  12. (la) Xavier Ravier et Benoît Cursente, Le cartulaire de Bigorre (XIe-XIIIe siècle), CTHS, , 317 p. (ISBN 978-2-7355-0610-1, OCLC 995133283, lire en ligne)
  13. Xavier Ravier, Paraulas enta troç de prima. Poemas., Oc, (OCLC 1442709, lire en ligne)
  14. Garae-ethnopole
  15. Académie des langues dialectales de Monaco
  16. Société Française d'onomastique
  17. Ravier, Xavier., Bouvier, Jean-Claude., Gourc, Jacques. et Pic, François., Sempre los camps auràn segadas resurgantas : mélanges offerts au professeur Xavier Ravier, Université de Toulouse-Le-Mirail, (ISBN 978-2-912025-10-4, OCLC 654413385, lire en ligne)
  18. Perbosc, Antonin (1861-1944). (trad. de l'occitan), L'arada L'arée, Biarritz, Atlantica, , 101 p. (ISBN 2-84394-200-4, 978-2-84394-200-6 et 2-913400-02-7, OCLC 490992718, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]