Xavier Mussat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Xavier Mussat
Xavier mussat.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
NîmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Beaux Arts d'Angoulême
Activité

Xavier Mussat est un graphiste, auteur français d'ouvrages, de dessin animé puis de bandes dessinées, illustrateur, également musicien, né le à Nîmes.

Il fait partie des cofondateurs d'Ego comme X.

Biographie[modifier | modifier le code]

Xavier Mussat obtient un Baccalauréat option arts-plastiques à Bayonne. Il entre aux Beaux-Arts d'Angoulême en 1989, choisit un cycle de graphisme publicitaire et obtient son diplôme en 1993[1].

Un an plus tard, en 1994, il participe à la création des éditions Ego comme X, avec Loïc Néhou, Fabrice Neaud, Céline Puthier et Thierry Leprévost[2],[3] et publie ses premiers récits autobiographiques dans la revue du même nom. Ses récits sont aussi publiés dans la revue Bananas. Il a en même temps une activité d'illustrateur et maquettiste en publicité[1].

En 1996, il se tourne vers le dessin animé[1]. Il travaille sur des Série télévisée puis avec le réalisateur Michel Ocelot sur son long-métrage Kirikou et la Sorcière[1].

En 1998, il abandonne le dessin animé pour la bande dessinée et commence un récit d'autofiction sur les années passées à Angoulême[1]. Ce travail lui fait créer un premier album, Sainte Famille, publié en 2001 par Ego comme X[1],[4].

Il est admis en résidence en à la « Maison des auteurs », de nouveau à Angoulême où il commence l'album suivant, Carnation[1]. Parallèlement, il se professionnalise dans l'illustration jeunesse et publie plusieurs livres. En , il s'installe à Paris. Il anime des ateliers pour enfants à la Maison des enfants de Louveciennes (ateliers d'animation, de bande dessinée puis ateliers de dessin). Depuis , il enseigne aussi l'expression visuelle en école d'arts appliqués.

En , Casterman publie son deuxième album autobiographique, Carnation[5],[6]. Fin , pour le magazine Télérama, l'album fait partie des 10 meilleures BD de 2014[7].

Après la publication de Carnation, Xavier Mussat se tourne graphiquement vers un dessin semi-abstrait. Il fonde le label Apocope et il y publie en Les Reitres où ses dessins accompagnent un texte de Paul-André Landes. En , toujours sous le label Apocope, il publie Infinite Loss. En , il auto-édite un court recueil de dessins : Éléphant.

Parallèlement à cette évolution, Xavier Mussat joue de la guitare et fait de la musique expérimentale [4]. Ainsi, il participe en 2017 et 2018 à l'ensemble Électron, orchestre d'improvisation dirigé par Olivier Benoit. De 2015 à 2017, il forme avec le bassiste marseillais Manuel Castel un duo.

En 2023, il publie une nouvelle B.D., Les Pistes invisibles, chez Albin Michel, le récit d'un homme qui abandonne sa vie quotidienne du jour au lendemain, et s'enfonce dans une forêt pour y disparaître, un récit fictif qui n'est plus tout à fait une autofiction[2].

Travaux en bande dessinée[modifier | modifier le code]

Langage[modifier | modifier le code]

Après quelques premiers tâtonnements à la gouache[8], Xavier Mussat opte pour le noir et blanc pour ses deux premiers albums, Sainte famille et Carnation.

Ses références picturales sont parvois citées dans ses albums. Il puise également dans le bestiaire de l'imagination collective[9] qui lui fournit un lexique symbolique pour parler de l'humain.

Positionnement autobiographique[modifier | modifier le code]

En 1994, Xavier Mussat est l'un des cofondateurs des Éditions Ego comme X, revue s’affirmant entièrement autobiographique.

Avec le recul, Xavier Mussat désavoue cette vision simpliste d'une supériorité de l'autobiographie sur la fiction. Prenant en compte « l'effort d'invention permanente qu’entraîne toute démarche autobiographique » et le « mouvement plus ou moins heurté qui s'effectue entre souvenir, pensée, critique et invention »[10], il affirme que la fictionnalisation en autobiographie est inévitable et que la vérité est à chercher dans la matière employée, le vécu.

Travaux dans la musique[modifier | modifier le code]

Guitare de X Mussat
Guitare augmentée, prototype par Patrick Kruger

Xavier Mussat utilise une guitare trafiquée[11] pour obtenir des effets assez éloignés de ce qu'on peut attendre d'une guitare électrique traditionnelle.

Publications[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

  • Participations aux revues Ego comme X no 1 à 5 et 7 (1994-2000), et Bananas no 1 à 3.

Illustration[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Brouillard sur l'Etna, Magnard, 2002.
  • La révolution industrielle, Mango, 2003.
  • Contes et légendes du loup, Nathan, 2004.
  • Le Moyen Âge sur un plateau, Nathan, 2005.
  • C'est pas sorcier d'être un loup, Nathan, 2006.
  • À cheval, Tourbillon, 2007.
  • Paris sur un plateau, Nathan, 2008.
  • L’Égypte des pharaons , Nathan, 2009.
  • Vivre au Moyen Âge, Nathan, 2011.

Presse Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il participe ponctuellement à différentes revues de la presse jeunesse, telles que revue Science et Vie junior, no 240, 243 et 252 ; Je lis des histoires vraies ; ou encore Superscope & Megascope.

Dessins[modifier | modifier le code]

  • Infinite Loss (Apocope)
  • Les Reîtres (Apocope)

Musique[modifier | modifier le code]

  • Ay'Nar avec Manuel Castel (Apocope)
  • 4 cous raides (album numérique[13])
  • Bruxos avec Bruno Billaudeau (Apocope)
  • Provided for courses (album numérique)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Xavier Mussat », sur Cesan
  2. a et b Marius Chapuis, « Les Pistes invisibles, dérobée belle », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. Quentin Girard, « Lignes de cœur », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Xavier Mussat, multiple », contrebandes.net,‎ (lire en ligne)
  5. Richard Tallet, « Xavier Mussat, le mal du pays », La Charente libre,‎ (lire en ligne)
  6. Cathia Engelbach, « Carnation, le corps dans tous ses états », Le Monde (blog Les Petis Miquets, blog spécialisé sur la B. D.),‎ (lire en ligne)
  7. Laurence Le Saux, « La bédéthèque idéale », Télérama,‎ (lire en ligne)
  8. Revues Ego comme x no 1 à 5
  9. Entretien avec Grégory Cimatti pour Le Quotidien du Luxembourg, en juillet 2014.
  10. Dossier "Autobiogre et graphie" de Christian Rosset (Xavier Mussat, Carnation), juin 2014. Site du9.
  11. Voir sur le site de XTETX, musique expérimentale, le paragraphe Xavier Mussat & Jac Pochat
  12. Jean-Pierre Fuéri, « Allô papa, bobo », BoDoï, no 47,‎ , p. 12.
  13. Ecoute en continu et téléchargement sur le bandcamp de l'auteur

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]