Xavier Liébard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Xavier Liébard est un réalisateur français né le à Nantes. Il travaille essentiellement comme réalisateur de documentaires mais également comme premier assistant réalisateur et intervenant réalisateur en France et à l'étranger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Xavier Liébard découvre la mise en scène au lycée Clemenceau de Nantes, en animant un atelier théâtre. Après avoir obtenu une licence de lettres modernes à l'Université de Nantes en 1990, il fait ses premières armes comme assistant réalisateur puis au Service Cinématographique des Armées (ECPAD).

En 1993, il entre à l'école de la Fémis[1] au département réalisation. Il y découvre le documentaire et la fiction et réalise ses premiers films.

En 1996, son film de fin d'études Trompe-l'œil[2] obtient de nombreuses récompenses en festivals.

À la sortie de la Fémis, après l'écriture d'un scénario de long métrage jamais tourné, il se dirige résolument vers le documentaire en tournant son premier film, un road-movie épuré

autour du thème de l'enracinement : Le Chemin des brumes (2003).

Rare contact avec la fiction, en 2004, il travaille comme réalisateur sur le Making Off[3] de Paris je t'aime, il filme au plus près Gus Van Sant, Bruno Podalydes, Walter Sales, Daniela Thomas et Christoffer Boe.

En 2006, il accompagne un groupe de personnes âgées engagées dans les maisons de retraite et évoque avec eux la peur de vieillir dans son film Les Joyeux Compagnons ou la Corde sensible. Ce documentaire sera largement diffusé sur France 3 en 2008.

En 2008, poursuivant son travail autour de l'engagement et du collectif, il tourne en collaboration avec Jean-Raymond Garcia, Jeunes pousses[4], une série documentaire sur le monde des jeunes footballeurs, en suivant pendant une saison sportive 14 apprentis footballeurs du Tours Football club.

Entre 2010 et 2014, il signe trois films d'archives réalisés à partir d'archives amateures : Le petit Royaume de l'Abbé Sorand[5], Éclats d'Enfance[6] et Terres de Lutte[7].

Dans le même temps, il travaille comme premier assistant réalisateur et chef-opérateur sur We come as friends [8](Nous venons en amis), un fly movie politique[9] autour de la naissance du sud Soudan réalisé par Hubert Sauper[10].

En 2014, il signe un nouveau film documentaire sur l'estuaire de la Loire, Le Partage du fleuve[11]. Ce film mosaïque évoque la richesse et la complexité des estuaires, symboles de nos grands enjeux économiques.En 2016, Toujours porté par la question du vivre ensemble, le cinéaste interroge la société civile et le mode associatif en posant ses bagages durant une année au sein de la radio locale de l'île d'Yeu : Neptune FM. Son documentaire Les Voix du large[12] est une ode à la tolérance et à l'importance de la vie communautaire sur ce petit territoire de 5000 habitants.

Préoccupé par la transmission des connaissances, Il intervient également, comme intervenant professionnel et coordinateur de missions dans de nombreuses formations documentaires, en France, au Burkina Faso, en Tunisie et en Algérie.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Chef-opérateur et Premier assistant[modifier | modifier le code]

Courts-métrages réalisés[modifier | modifier le code]

Documentaires réalisés[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Prix Werner Herzog, pour Nous venons en amis
  • 2014 : Prix au Festival de Sundance, pour Nous venons en amis
  • 2014 : Prix au Festival de Berlin, pour nous venons en amis
  • 1999 : Lutin du meilleur scénario pourTrompe l'œil
  • 1999 : Prix de la presse au Festival de Clermont-Ferrand pour Trompe l'œil
  • 1998 : Mention spéciale Michel Mitrani, au Fipa de Biarritz pour Trompe l'œil
  • 1998 : Mention spéciale Michel Mitrani au FIPA de Biarritz pour Trompe l'œil
  • 1998 : Prix du public au Festival de Brest pour Trompe l'œil
  • 1995 : Prix de l'Union des réalisateurs de télévision pour Promesse d'automne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]