Xavier Lameyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie « Lameyre » redirige ici. Pour les articles homophones, voir La mer et La mère.
Xavier Lameyre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
MayotteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Xavier Lameyre, né le à Brazzaville au Congo et mort le dans le département de Mayotte, est un magistrat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Xavier Lameyre a enseigné brièvement la criminologie et la pénologie à l'Institut de criminologie de Paris (université Panthéon-Assas). De 2002 à 2007, il a travaillé à l'École nationale de la magistrature (antenne de Paris), en tant que chargé de formation et de recherche. À partir de 2013, il exerce au tribunal de grande instance de Mamoudzou (Mayotte).

Diplômé de l'École des hautes études en sciences sociales, il est l'auteur d'un mémoire[réf. nécessaire] sur les images mentales, publiée aux PUF, en 1993, sous le titre L'imagerie mentale. Xavier Lameyre est l'auteur de nombreuses publications relatives à la délinquance sexuelle[1] et aux soins pénalement ordonnés.

Ses obsèques[2] ont eu lieu le 9 septembre 2019 à Pamandzi.

Polémique[modifier | modifier le code]

Xavier Lameyre a été au cœur d'une polémique aux mois de février et juin 2010. En poste au tribunal de Grande Instance de Créteil, il fut surnommé « liberator «[3] par les syndicats de police. En effet, trois syndicats de police ont accusé Xavier Lameyre, Juge des libertés et de la détention à l'époque, de refuser de prolonger les gardes à vue pour trafic de stupéfiants qui peuvent durer jusqu’à quatre jours. Cette prise de position a suscité une importante polémique[4] puisque Xavier Lameyre a été évincé de son poste et nommé à la présidence d'une chambre du tribunal correctionnel[5]. La ministre de la Justice de l'époque, Michèle Alliot-Marie avait alors considéré qu'il ne s'agissait pas d'une sanction.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le guide des peines : prononcé, exécution et application, Dalloz, coll. « Guides Dalloz », 2005, 3e éd., 450 p. (en collaboration avec B. Lavielle)
  • Les violences sexuelles, Toulouse, Milan, coll. « Les Essentiels », n° 198, 2001, 64 p.
  • La criminalité sexuelle, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », n° 206, 2000, 127 p.
  • L’imagerie mentale, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 2780, 1993, 127 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. https://lejournaldemayotte.yt › 2019/09/10 › deces-de-xavier-lameyre-mag...
  3. [2]
  4. [3]
  5. [4]

Liens externes[modifier | modifier le code]