Xavier Caïtucoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Xavier Caïtucoli
Image dans Infobox.
Fonction
Président-directeur général
Total Direct Énergie
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Xavier André Norbert CaïtucoliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École polytechnique (depuis )
École des Ponts ParisTech (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Xavier Caïtucoli (né en 1970) est un entrepreneur français.

Après avoir fait ses débuts chez LVMH, il cofonde en 2003 Direct Énergie, 3e acteur français de l'électricité et du gaz, dont il devient président-directeur général. Il conserve ses fonctions après le rachat du groupe par Total en 2018 mais quitte le groupe en 2019. Proche de Jacques Veyrat, il est par ailleurs membre du comité exécutif de sa société d'investissement Impala.

Par ailleurs engagé un temps en politique, il est membre du Mouvement national républicain avant de cofonder Polémia en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né le dans le 14e arrondissement de Paris, Xavier André Norbert Caïtucoli[1] est le fils d'un médecin[2].

Ayant grandi à Nice[3], il a obtenu le deuxième prix de piano du conservatoire de la ville[4].

Après avoir suivi les classes préparatoires scientifiques au lycée Masséna[5], il intègre l'École polytechnique (promotion 1991)[6], puis devient ingénieur des ponts et chaussées en 1996[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir envisagé un temps de « faire de la musique son métier », il entre dans le monde de l'entreprise[4]. Il commence par un stage chez LVMH, puis devient en 1997[5] directeur de l'organisation des systèmes d'information du Bon Marché[3].

En 2000, il rejoint Direct Medica[3], une société en création développant une plate-forme d'accompagnement des patients et des professionnels de santé[8] en qualité de directeur du développement[5].

Entrepreneur[modifier | modifier le code]

Direct Energie[modifier | modifier le code]

En avril ou [5], à l'occasion d'une soirée[3] avec Fabien Choné, son camarade polytechnicien et ancien cothurne, il décide de fonder Direct Énergie de concert avec lui[9]. L'entreprise est lancée en avec Thierry Roussel[4] ; il devient président-directeur général[3].

La société qu'ils ont créée se développe d'abord sur les fonds propres des entrepreneurs et de quelques fonds d'investissement : BNP Paribas Private Equity, CIC Capital Privé, CITA, Crédit Agricole Private Equity, NBGI Venture et IDI[10]. Puis, en , le groupe Louis Dreyfus prend le contrôle des 2/3 du capital, les trois fondateurs ensemble, dont Xavier Caitucoli, n'en détiendraient plus alors que 20%[10].

Par la suite, entre 2007 et 2011, différents actionnaires entrent au capital. L'homme d'affaires Stéphane Courbit via sa société LOV[11], l'électricien suisse EBM[12] et la société de l'homme d'affaires Jean-Paul BIZE, AMS Industries[12] .

En 2011 et 2012, à l'occasion du rachat de Poweo et de la fusion de Direct Énergie avec la société fondée par Charles Beigbeder, Direct Énergie se retrouve côté sur Euronext et de nouveaux actionnaires font leur entrée au capital, notamment le fonds d'investissement luxembourgeois Luxempart[13] qui était actionnaire de Poweo depuis 2007. À la suite de ces différentes opérations, selon le site Boursorama, Xavier Caitucoli détiendrait via sa société Crescendix 3,73% du capital de Direct Energie[14].

Proche de l'homme d'affaires Jacques Veyrat, il est membre du comité exécutif de sa société d'investissement, le groupe Impala[15].

Lors d'un entretien fin 2016 avec Les Échos, il déclare « Les prix de l'énergie sont trop politisés en France, il est temps de faire confiance à la concurrence »[16] et un an plus tard « Chez Direct Énergie, on aime la concurrence. Elle est l’occasion de faire valoir ses mérites et d’être conquérant dans ses offres. Je dirais même qu’au contraire, au départ, nous avons souffert du manque d’animation du secteur »[17]. Dans le cadre de ses fonctions au sein de Direct Énergie, il préside de nombreuses filiales du groupe en France et à l'étranger[18].

En , il organise une énorme levée de fonds de 130M€ pour Direct Energie afin de financer l'acquisition du producteur d’électricité renouvelable Quadran. Il participe d'ailleurs à cette opération via sa société Crescendix à hauteur de 2M€ et en profite donc pour se reluer au capital de Direct Energie[19].

Il a défendu depuis la création de Direct Energie les bénéfices de la concurrence pour le consommateur et l'intérêt pour les fournisseurs d'avoir des stratégies offensives. Il a dans ce sens déclaré aux Échos à l'occasion du rachat par Total « Protéger ses parts de marché avec des lignes Maginot n'a pas d'avenir ! »[20]

Dès , il déclarait que « s'opposer aux compteurs Linky est une forme d'obscurantisme »[21] et a déclaré sur France Inter le « Linky, ce n'est pas Facebook »[22].

À l'occasion de l'annonce, le , du rachat de Direct Energie par Total pour 2 milliards d'euros[23], il a annoncé avoir accepté de continuer à piloter le développement du groupe et déclare « le projet de faire plus grand encore m'intéresse évidemment »[24]. Il quitte néanmoins en la direction de la Business Unit Power & Gaz Europe du groupe TOTAL pour donner une nouvelle orientation à sa carrière[25].

Crescendix[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté le groupe Total, il décide d'accélérer le développement de sa société d'investissement Crescendix[26].

Homeloop[modifier | modifier le code]

Il réinvestit notamment 20M€ dans la société Homeloop, l'un des pionniers du big data appliqué à l'immobilier[27]. Homeloop est une start-up européenne de l'ibuying fondée par Aurélien gouttefarde[28]. Homeloop devient en 2020 l'une des start-ups ayant levé le plus de fonds financier en France[29]. Xavier Caïtucoli a pour ambition de faire bouger la réglementation sur le marché de l'immobilier européen afin d'augmenter le volume d'affaire sur le marché de l'iBuying Français[29]. Homeloop propose un service de transaction immobilière rapide, ce n'est pas un marchand de bien traditionnel même si elle bénéficie du régime spécifique de la profession avec des droits de mutation réduit chez le notaire[30].

Autres activités du véhicule Crescendix[modifier | modifier le code]

En janvier 2021, il serait l'un des candidats à la reprise du fleuron de l'industrie tricolore le groupe CNIM associé au producteur d'énergie QAIR[31].

SPAC Transition[modifier | modifier le code]

Xavier Caitucoli a lancé en juin 2021 avec le banquier d'affaires Erik Maris et Fabrice Dumonteil l'introduction sur Euronext Paris d'une SPAC dédiée à la transition énergétique[32],[33]. Cette société baptisée Transition a levé 215M€[34]. Il s'agit de la huitième Spac sur les marchés d'Euronext[35]. L'objectif de cette SPAC est d'acquérir des sociétés reconnues dans le secteur de la transition énergétique ayant leur siège en Europe[36].

Verso Energy[modifier | modifier le code]

Xavier Caïtucoli et Antoine Huard (ex directeur général de la Générale du Solaire) lancent en juin 2021 Verso Energy[37]. L'objectif est de développer, exploiter des solutions de stockage d'électricité renouvelable et d'hydrogène décarboné.

Autres[modifier | modifier le code]

Avec Fabien Choné, son frère Jean-Roch, et Aymeric Blanc[9], il a par ailleurs « monté son propre restaurant »[2], Ratatouille, à Montmartre[4].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 2002, il est secrétaire départemental du Mouvement national républicain[2] des Alpes-Maritimes[38], et dirige son organe de presse La Relève nationale[39].

En , il se porte conjointement candidat tête de liste (MNR) aux élections municipales de 2001 à Nice, et candidat aux élections cantonales dans le canton de Nice-1[a]. Au printemps de la même année, il ouvre à Nice la librairie du Paillon, une librairie patriote et identitaire, dont la gérance est prise en charge par Benoît Loeuillet[44].

À l'occasion des élections législatives de 2002, il est candidat dans la sixième circonscription des Alpes-Maritimes, et recueille 1,66 % des suffrages[45]. Le , il participe à la création du think tank identitaire Polémia avec notamment Jean-Yves Le Gallou[46],[47].

En 2017, Julie de La Brosse indique qu'il « semble [...] avoir définitivement rompu avec ses idées nationalistes »[2]. En 2021, il est invité à un colloque de l'Institut Iliade, structure héritière du GRECE[48]. Il soutient financièrement la candidature d'Éric Zemmour lors de l'élection présidentielle française de 2022[48],[49].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il recueille respectivement 3,02 %[40],[41] et 2,80 % des voix. Il appelle au second tour à voter « contre la gauche socialo-communiste »[42]. L'élection cantonale ayant été annulée, il obtient 2,76 % au scrutin partiel de décembre[43]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Xavier Caïtucoli », sur whoswho.fr, .
  2. a b c et d Julie de La Brosse, « Direct Energie, fournisseur de gaz et d'électricité alternatif et survolté », sur lexpansion.lexpress.fr, .
  3. a b c d et e Laurence Guidicelli, « Xavier Caïtucoli, patron électrique », sur lepoint.fr, .
  4. a b c et d « Xavier Caïtucoli, le batailleur corse qui court-circuite EDF », sur latribune.fr, .
  5. a b c et d Amélie Cordonnier, « Xavier Caïtucoli, P-DG de Direct Énergie : court-circuiter EDF, et puis c'est tout », sur capital.fr, .
  6. Fiche sur le site de l'Association des anciens élèves et diplômés de l'École polytechnique.
  7. Fiche sur le site de l'École.
  8. BFM BUSINESS, « Le dossier de la semaine: Direct Medica, une plateforme d'accompagnement des patients et du corps médical - 10/02 », BFM BUSINESS (consulté le )
  9. a et b Valérie Landrieu, « Xavier Caïtucoli Transformateur électrique », sur lesechos.fr, .
  10. a et b « Louis Dreyfus devient le principal actionnaire de Direct Energie - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  11. « Stéphane Courbit : Monsieur Télé-réalité n’a plus la baraka », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. a et b « Xavier Caïtucoli, Direct Energie : "Le client doit devenir le pilote de son énergie" », Le nouvel Economiste,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Luxempart : cède sa participation dans Direct Energie », sur zonebourse.com (consulté le ).
  14. « Société DIRECT ENERGIE : Secteur d'activité, Actionnaire, PDG et Capitalisation - Boursorama », sur www.boursorama.com (consulté le )
  15. « Groupe : Gouvernance | Impala », sur www.impala-sas.com (consulté le )
  16. Olivier Harmant, « Xavier Caïtucoli PDG de Direct Energie », sur le site des Échos, (consulté le ).
  17. Laetitia Sellam, « Xavier Caïtucoli (Direct Énergie) : « La transformation du secteur ne peut se faire qu’avec de nouveaux entrants » », sur magazine-decideurs.com, (consulté le ).
  18. « Les Barons de la Bourse », sur zonebourse.com (consulté le ).
  19. « L'énorme levée de fonds de Direct Energie pour racheter Quadran », sur Challenges (consulté le )
  20. « Energie : « Protéger ses parts de marché avec des lignes Maginot n'a pas d'avenir » - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  21. « X.Caïtucoli (Direct Energie) : « S’opposer aux compteurs Linky est une forme d’obscurantisme » - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  22. « Protection des données personnelles : le compteur Linky "n’est pas Facebook", se défend le PDG de Direct Energie », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. Total, « Total finalise l’acquisition de 73% de Direct Energie et dépose une offre publique obligatoire », sur total.com (consulté le )
  24. « Total va racheter Direct Energie pour devenir un poids lourd de l'électricité », sur boursedirect.fr- (consulté le ).
  25. « TOTAL : Xavier Caitucoli, l'un des fondateurs de Direct Energie, quitte le groupe », sur Capital.fr, (consulté le )
  26. « Crescendix - Artdesk Group », sur artdeskgroup.com (consulté le )
  27. « Crescendix confie 20 M€ de plus à Homeloop », sur Capital Finance, (consulté le )
  28. Deborah Loye, « Proptech : Homeloop, Kodit et Casavo, 3 start-up européennes de l'iBuying », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  29. a et b « Les 10 startups qui ont levé le plus de fonds en janvier 2020 », sur Les Echos Start, (consulté le )
  30. Elsa Dicharry, « Immobilier : ces start-up qui rachètent votre logement en un éclair », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  31. « Foule de repreneurs dans la vente à la découpe de Cnim », sur Les Echos, (consulté le )
  32. Muriel Image, « Le cofondateur de Direct Energie lance un Spac dédié à la transition énergétique », sur Le Revenu, (consulté le )
  33. « Un premier SPAC français dans le secteur de l'énergie », sur Les Echos, (consulté le )
  34. « Les grandes ambitions de Transition, le premier SPAC européen dédié à l'énergie », sur La Tribune (consulté le )
  35. « Le Spac Transition atteint sa cible », sur www.wansquare.com (consulté le )
  36. « Bientôt un SPAC dédié à la transition énergétique à Paris », sur Investir (consulté le )
  37. Jean-Philippe Pié, « Xavier Caïtucoli et Antoine Huard lancent Verso Energy », sur GreenUnivers, (consulté le )
  38. « Tragique assassinat de Nice : Bruno Mégret rend hommage à Adrienne Franchi », sur m-n-r.fr, .
  39. BNF 37134117.
  40. « Résultats par communes pour les communes de plus de 9 000 habitants, tour 1 et 2 », sur le site du ministère de l'Intérieur.
  41. « À Nice, une liste dissidente de droite se constitue », sur le site des Échos, .
  42. Bruno Aubry, « A Nice, Jacques Peyrat fait face à une fronde au sein de la droite », sur le site du Monde, .
  43. « Trois élections cantonales partielles », sur le site du Monde, .
  44. « Petites boutiques des horreurs », sur reflexes.samizdat.net, .
  45. « Résultats des élections législatives 2002 », sur interieur.gouv.fr.
  46. « Jean-Yves Le Gallou (MNR) lance la fondation Polémia », sur lemonde.fr, .
  47. « Direct énergie puise dans ses réseaux mégrétistes » [archive du ], sur lalettrea.fr, .
  48. a et b Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi, « Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  49. Karl Laske et Jacques Massey, « Les « VIP » de Zemmour : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]