Xavier Brau de Saint Pol Lias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Xavier Brau de Saint Pol Lias
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie-François-Xavier-Joseph-Jean-Honoré BrauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brau.

Xavier Brau de Saint Pol Lias ( à Seix en France - 1914 à Paris) était un explorateur et diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-François-Xavier-Joseph-Jean-Honoré Brau de Saint Pol Lias est le fils de Jean Idelfonse Adrien Brau, avocat-avoué à Foix né en 1771 à Seix, qui appartenait à l'une des plus anciennes et plus honorables familles de Seix, et de Joséphine Thérésine de Saint Pol Lias, originaire de Lézat-sur-Lèze, également dans l'Ariège.

Son grand-père paternel, François Brau, fut capitaine des Troupes nationales de l'Amérique avec des possessions immobilières à Port-au-Prince. Son grand-père maternel, Jean Pierre Joseph de Saint Pol Lias, riche propriétaire de l'Ariège (et imposé en tant que tel), fut décoré en 1814 de l'Ordre du Lys et institué Maire de Lézat-sur-Lèze. Son père Jean François Brau fut l'un des chefs royalistes de la contre-révolution de la vallée de Seix, qui émigra en Espagne et dont les biens furent de ce fait saisis et vendus comme biens nationaux. À son retour en 1809, il fut nommé maire de Seix. Royaliste fervent, il ne cessa de s'opposer aux républicains et aux bonapartistes.

Xavier Brau de Saint Pol Lias (le nom de sa mère a été ajouté par décret du 28 novembre 1876) fit ses études au collège de Pamiers, devint bachelier en sciences et en lettres et licencié en droit. Ethnologue, géographe, passionné de botanique et d'architecture.

Entré en 1868 à la Banque de France, il y reste jusqu'en 1873, puis s'occupe à temps plein de la Société de géographie, puis de la Société d'études coloniales et de la Société de géographie commerciale[1]. Il prit la tête de trois expéditions successives qui explorent l'Extrême-Orient[2], notamment Java et Sumatra, Phnom Penh, le Tonkin, le Cambodge, la Cochinchine, en étant tout à la fois un explorateur mais aussi un diplomate et un bon ambassadeur de son pays.

Il est alors le propagandiste acharné et passionné de l'expansion française, dirigeant des expéditions dont les membres sont à la fois colons et explorateurs[3], comme en 1876, lorsqu'il lance le projet d'une "Société de colons explorateurs"[4], dont la première initiative était l'établissement de colons sur la côte nord-est de Sumatra, alors appelée Malaisie, où régnait le Sultanat de Deli, annexé par le sultanat d'Aceh, qui entama en 1873 une longue guerre, la "guerre batak" contre la Hollande, propriétaire du reste de l'île. Une demi-douzaine de français participent à l'expédition à leurs propres fonds, obtiennent le soutien de la Hollande et cultivent le tabac, expérimentée avec succès dans la région par le hollandais Nienhuys, au sud du "front pionnier" du tabac, en pleine jungle. A bout de six mois, ils abandonnent, préférant poursuivre d'autres explorations.

Xavier Brau de Saint Pol Lias ramena beaucoup de souvenirs de ses nombreux périples ; ceux-ci sont exposés au Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris dans les départements d'anthropologie et d'ethnographie.

De nombreux ouvrages écrits par lui relatent cette aventure extraordinaire en Inde et en Insulinde.

Il fit construire à Seix lors de l'un de ses retours, une maison d'un style particulier pour la région, laquelle est une réplique d'une pagode d'un des pays qu'il visita. Cette maison est située en aval de la rue Fons de Seix, elle est proche du Salat.

Sa sœur Mlle Joséphine Jeanne Léocadie Brau de Saint Pol Lias finança l'édification des cinq vitraux de l'église paroissiale de Seix. Elle fit construire également la croix de la Mission qui est située au lieu-dit Esplas à l'entrée de Seix ; une plaque apposée sur la pierre le rappelle. Enfin, eu égard à la contribution financière qu'elle apporta, elle fut désignée marraine de l'une des deux grosses cloches du clocher de l'église Saint-Étienne.

La sépulture familiale imposante de la famille Brau de Saint Pol Lias existe toujours au cimetière de Seix ; elle ne contient hélas pas la dépouille de Xavier, décédé en 1914 à Paris où il est inhumé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Grands notables du premier Empire (Ariège et Gers), Édition du CNRS, 1985
  • Minutes de Me Anselme Courtade, notaire à Seix (année 1883)
  1. (en)[PDF]« The French in Sumatra And the Malay World, 1760-1890 », sur www.sabrizain.org (consulté le 25 juin 2010)
  2. La dépêche du Midi, le 22/02/2009 : Xavier Brau : explorateur et penseur du colonialisme
  3. (fr) « Xavier Brau: explorateur et penseur du colonialisme - Histoire locale. Loin du Salat, il a dirigé les premières expéditions coloniales en Extrême Orient. », sur www.ladepeche.fr (consulté le 25 juin 2010)
  4. Perak Et Les Orangs-sakeys Voyage: Dans l'intérieur de La Presqu'ile Malaise, par Brau De Saint-Pol Lias, page 191

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]