XVIIIe siècle en Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Cette page concerne les événements qui se sont produits au dix-huitième siècle en Bretagne (jusqu'à la révolution).

Éléments de contexte[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Années 1701 à 1709[modifier | modifier le code]

Années 1710[modifier | modifier le code]

Années 1720[modifier | modifier le code]

  • 1729, 19 février à Brest : Charles-Marie de La Grandière, seigneur du Bois-Gauthier (Civières, dans l'Eure), mort le 22 mars 1812 à Rennes, officier de marine français des XVIIIe et XIXe siècles. Il sert dans la marine royale pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle et se distingue à plusieurs reprises pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. Promu chef d'escadre et décoré de la Grand-croix de l'Ordre de Saint-Louis et de l'Ordre de Cincinnatus, il reste fidèle au Roi au début de la Révolution française, refuse toutes nouvelles promotions et se retire du service.

Années 1730[modifier | modifier le code]

Comte François-Marie d'Aboville en costume de pair de France, Ferdinand de Laroche, XIXe siècle, musée Jeanne d'Aboville, La Fère.
  • 1736, 22 juin à Brest : Charles-Marie Caffieri, (décédé le 22 juin 1794 à Paris), fils du dessinateur et sculpteur Charles-Philippe Caffieri (1698-1766) près duquel il apprit le dessin et la sculpture, avant d'étudier à Paris à l'Académie royale entre 1760 et 1764. Il retourna ensuite à Brest travailler avec son père et devint sculpteur breveté du Roi pour la Marine de Brest.

Années 1740[modifier | modifier le code]

Louis-Alexandre Expilly de la Poipe (1743-1794)
  • 1743, 24 février à Brest : Louis-Alexandre Expilly de La Poipe, mort guillotiné le 22 mai 1794 à Brest, ecclésiastique français, évêque constitutionnel du Finistère en 1790, premier évêque français choisi selon la procédure prévue par la Constitution civile du clergé.

Années 1750[modifier | modifier le code]

  • 1759, 27 juin à Brest : Jacques Le Baron, mort le 6 février 1807 à Hoff (Pologne), militaire français de la Révolution et de l’Empire.

Années 1760[modifier | modifier le code]

Pierre François Keraudren

Années 1770[modifier | modifier le code]

Années 1780[modifier | modifier le code]

Louis-Aimé Cosmao Dumanoir

Décès[modifier | modifier le code]

Années 1720[modifier | modifier le code]

de 1790 à 1800[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son patronyme est parfois orthographié « Handenau » ou encore « Odeneau »
  2. Breugnon, près de Clamecy, dans la Nièvre.
  3. La seigneurie de Coatamour ou Coat Amour, est située près de Morlaix, elle comprend le manoir de Coat Amour.
  4. La seigneurie de Keroc'hiou ou Keroriou, est également située à proximité de Morlaix, elle comprend le château de Keroriou. Selon le découpage territorial en vigueur à cette époque, les deux seigneuries sont situées sur la paroisse de Ploujean, dans l'évêché de Tréguier.
  5. Auguste-Anne de Bergevin sur le site de l'Assemblée nationale
  6. Voir Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, PUF, 1983, 812 pages, p. 74. En revanche, Jeanne Grall, Girondins et Montagnards: les dessous d'une insurrection, 1793, Ouest-France, 1989, 213 pages, p. 165 (ISBN 2737302439), et Hélène Tierchant, Hommes de la Gironde, ou, La liberté éclairée, Dossiers d'Aquitaine, 1993, 187 pages, p. 156, indiquent le 19 frimaire an XI ().
  7. « XVIIIe siècle en Bretagne », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]

Voir aussi[modifier | modifier le code]